TOP 15 des plus belles églises converties à Montréal!

Dans les années 50, la religion chrétienne battait encore son plein au Québec. Mais les décennies qui suivirent la Révolution tranquille furent marquées par une baisse continue de la pratique religieuse. Les églises, chapelles, couvents et sanctuaires qu’on avait bâtis furent progressivement vidés de leurs fidèles. De nos jours, les problèmes financiers qui s’accumulent poussent plusieurs communautés à vendre leurs lieux de culte. Ainsi, près de 20% des 2751 lieux de culte du Québec sont présentement fermés pour être démolis, transformés, ou pour passer aux mains d’une autre tradition religieuse! Un phénomène qui prend une ampleur exponentielle au fil des ans…

Le phénomène est si important que le gouvernement de la province décida de procéder en 2003 au recensement de tous les lieux de culte de son territoire en leur attribuant une valeur patrimoniale sous forme de cote donnant ensuite droit ou non à une aide financière à la restauration. Dix ans plus tard, le Conseil du Patrimoine Religieux du Québec publia 3 cahiers pour dresser l’état de la situation, ainsi qu’une série de fiches présentant des exemples réussis de conversions d’églises.

Dans la seule région de Montréal, c’est 77 des 470 lieux de culte qui sont présentement en mutation. Le mouvement de vente des églises est si important que le Diocèse de Montréal dut lui imposer un moratoire de 2012 à 2014 afin de prendre le temps de réfléchir à la question. Il faut dire que certaines églises à vendre représentent un patrimoine important, voire exceptionnel… On voudrait donc s’assurer que les projets de conversion respectent leur valeur architecturale et continuent de mettre en valeur les magnifiques peintures, sculptures et vitraux qu’on y trouve. Après quelques conversions discutables en condos, on essaie aussi désormais de préserver le plus possible un accès public aux anciens lieux de culte en en faisant des salles communautaires, des Centres de la Petite Enfance ou des salles de spectacle…

Le blogue Mes Quartiers t’invite aujourd’hui à découvrir les 15 plus belles églises converties à Montréal! Toutes plus originales les unes que les autres…

Voici ta carte:

carte des eglises converties

clique pour agrandir!

1) Église Sainte-Germaine-Cousin – Centre de la Petite Enfance, salle communautaire et Habitations Sainte-Germaine-Cousin (Pointe-aux-Trembles, Montréal)

La conversion de cette église, qui touche présentement à sa fin, représente une longue saga! Après avoir découvert la présence d’amiante, l’église dut être fermée en 2005, 44 ans seulement après son inauguration. Le Conseil du Patrimoine de Montréal s’opposa ensuite courageusement à sa démolition, puisqu’elle représentait un ouvrage exceptionnel d’architecture moderniste, en plus d’être la première église de forme pyramidale à Montréal. La structure de béton et de verre de près de 20 mètres de haut fut donc conservée, mais désamiantée avec précaution…

Eglise Sainte Germaine Cousin (1)

Dix années de planification et d’élaboration parsemées de nombreux défis suivirent. Au moment d’écrire ces lignes, des cloisons sont en train d’être ajoutées à l’intérieur car l’immense volume dégagé de la nef est incompatible avec l’usage que veut en faire le Centre de la Petite Enfance qui occupera bientôt l’édifice. Les petits espaces cloisonnés et vitrés qui serviront d’aires de jeux pour les enfants seront séparés de l’espace ouvert et central de la salle communautaire par des murs en angle qui répondront aux formes contemporaines de l’église.

Eglise Sainte Germaine Cousin (2)

Dehors, on a évité de planter de nouveaux arbres qui auraient pu obstruer la perspective dégagée sur l’église. Ses trois côtés vitrés ont été préservés, et c’est sur son seul côté sans fenêtres, à l’arrière, que le lien avec les nouvelles résidences construites autour a été judicieusement aménagé.

Eglise Sainte Germaine Cousin (3)

Ces logements communautaires, ouverts en décembre 2014, sont réservés aux personnes âgées et sont gérés par la Corporation Mainbourg, une entreprise d’économie sociale. Leurs couleurs bleue et grise rappellent bien le Fleuve qui se trouve un coin de rue plus loin. Une terrasse sur le toît permet d’avoir une vue spectaculaire sur l’ancien édifice religieux et sa croix d’acier dominant un clocher circulaire. La forme épurée et élancée de l’église se combine étonnamment bien à la forme sinueuse des résidences, donnant à l’ensemble une facture contemporaine surprenante et unique à Montréal!

Eglise Sainte Germaine Cousin (5)

Un excellent blogue est tenu depuis mai 2013 pour raconter tout ce qui entoure la construction de ce projet unique. Un projet de longue haleine, mais dont le résultat final éclatant récompense la patience et les efforts de collaboration de la Corporation Mainbourg, de la firme Rayside Labossière, et de Bâtir son Quartier! Portes ouvertes le 14 décembre prochain, à 14 heures! :o)

Eglise Sainte Germaine Cousin (4)

l’église Sainte-Germaine-Cousin: éblouissante sous le soleil!

2) Église Sainte-Brigide-de-Kildare – Centre Communautaire et Culturel Sainte-Brigide (Village, Montréal)

L’église, inaugurée en 1880, est reconnaissable dans le quartier grâce à son magnifique clocher, qui se termine par une flèche ciselée. Elle est aujourd’hui gérée par le Centre Communautaire et Culturel Sainte-Brigide, un organisme sans but lucratif créé en 2006 et lui-même formé de neuf organismes communautaires et culturels.

Eglise Sainte Brigide de Kildare (2)

Le Cube, un centre international de recherche et création en théâtre pour l’enfance et la jeunesse, installera bientôt à l’avant de l’église deux studios de création et une salle multifonctionnelle. L’espace restant, au fond du bâtiment, sera occupé par des organismes communautaires. Un court vidéo sur youtube explique l’occupation prévue de l’édifice pour 2017.

source: ©Beaupré Michaud et Associés, architectes

source: ©Beaupré Michaud et Associés, architectes

Il est difficile de savoir où en est rendu précisément l’aménagement intérieur de l’église, mais au moment d’écrire ces lignes, les vitraux, les peintures au plafond et la magnifique rosace sont encore conservés. Ces jours-ci, on peut même encore profiter de l’ambiance mystique des lieux lors de séances de massage de luxe offertes par le Spa le Tsar au son de grands classiques russes interprétés en direct par quatre musiciens. L’événement comprend aussi une dégustation de vins et des petites bouchées, tel que le montre ce court vidéo. Dans les prochains mois, cependant, ces espaces tomberont en travaux… Espérons que le patrimoine religieux sera conservé au maximum!

© Conseil du patrimoine religieux du Québec, Inventaire des lieux de culte du Québec (www.lieuxdeculte.qc.ca)

Sainte-Brigide-de-Kildare avant sa transformation © Conseil du patrimoine religieux du Québec, Inventaire des lieux de culte du Québec (www.lieuxdeculte.qc.ca)

3) Église Saint-Jacques – Université du Québec à Montréal (Quartier Latin, Montréal)

La cathédrale Saint-Jacques, inaugurée en 1825, fait partie des 1200 bâtiments qui furent détruits par le Grand Incendie de 1852. Déménagée à l’emplacement de l’actuelle cathédrale Marie-Reine-du-Monde, elle fit place à la construction d’une nouvelle église paroissiale (1857) qui fut elle aussi détruite par un incendie l’année suivante.

Eglise Saint Jacques (1)

C’est en 1860 que Victor Bourgeau reconstruisit l’église Saint-Jacques dont on voit aujourd’hui encore le clocher sur la rue Saint-Denis. En 1876, il ajouta à ce dernier sa flèche actuelle pour en faire le plus haut clocher de Montréal (85 mètres). Quelques années plus tard (1889), Joseph Venne construisit le transept sud qui devint l’entrée principale, rue Ste-Catherine.

Eglise Saint Jacques (3)

le mur sud de l’église

En 1933, comble de malheur: un nouvel incendie toucha l’église! Mais les deux façades furent sauvées, de même que la sacristie. On reconstruisit une dernière fois une église sur le site en 1936, mais les endettements eurent raison d’elle, et en 1975, l’Université du Québec à Montréal acheta le site et la démolit à nouveau. Du moins partiellement, car elle conserva le clocher et le transept sud pour les intégrer à un de ses pavillons!

Eglise Saint Jacques (2)

Ainsi, aujourd’hui, une visite à la Grande Place du Pavillon Judith-Jasmin permet de contempler le mur sud qui n’a rien perdu de sa splendeur. Le Salon des Boiseries, servant aux cérémonies protocolaires, conserve quant à lui les boiseries, le mobilier et les vitraux de l’ancienne sacristie, sauvés à travers le temps.

Eglise Saint Jacques (4)

En montant en ascenseur aux étages supérieurs du pavillon, on peut jeter un oeil sur le toît de la Grande Place percé de puits de lumière, qui rejoint le mur sud de Joseph Venne et le clocher de Victor Bourgeau. C’est probablement de cet endroit qu’on réalise le mieux tout l’effort qui a été fait pour préserver et intégrer les vestiges de l’église Saint-Jacques! L’Université devient ainsi pratiquement le symbole d’une alliance possible de la foi et de la raison, de la religion et des sciences…

Eglise Saint Sauveur (2)

À gauche: le clocher de l’église Saint-Sauveur en train d’être remonté (CHUM) / À droite: le clocher de l’église Saint-Jacques (UQAM).

Fait à remarquer: la rue St-Denis est probablement la seule au pays où deux anciens clochers d’églises se côtoient à quelques mètres l’un de l’autre! En effet, l’ancien clocher de l’église Saint-Sauveur fait depuis peu un retour remarqué…

Eglise Saint Sauveur (1)

Après avoir été méticuleusement démonté et conservé, des ouvriers s’affairent actuellement à le reconstituer pour l’intégrer à la construction du nouveau Centre Hospitalier de l’Université de Montréal, qui deviendra le plus grand hôpital francophone d’Amérique. Un travail spectaculaire dont le résultat rappellera à tout jamais la présence, en ce lieu, de l’ancienne église Saint-Sauveur! La reconstitution du clocher, qui sera surmonté d’une réplique de la flèche originale de 1865, peut être suivie en direct sur une caméra web

4) First Presbyterian Church – condos Les Jardins de l’Église (Plateau Mont-Royal, Montréal)

Cette église de 1910 a été transformée en immeuble de 24 condos en 1985.

First Presbyterian Church (2)

L’intérieur n’est donc malheureusement plus accessible au grand public, mais une petite visite au coin des rues Prince-Arthur et Jeanne-Mance permet de constater que la façade principale a conservé ses fenêtres en ogives.

First Presbyterian Church (7)

De belles portes ont été installées à l’entrée, encadrée de rampes stylisées…

First Presbyterian Church (6)

Des fenêtres carrées ont été percées ci et là, et certaines sont dotées de balcons en fer forgé…

First Presbyterian Church (1)

Le mur du côté Est a lui aussi été préservé.

First Presbyterian Church (5)

Des puits de lumière ont été percés dans la toiture, quand ce n’est pas carrément un solarium…

First Presbyterian Church (4)

Le clocher a encore sa splendeur originale. Vitré au sommet, il est visiblement occupé par un espace ouvert qui doit donner beaucoup de lumière naturelle au condo qui s’y trouve.

First Presbyterian Church (3)

Enfin, le côté ouest, lui, fait place à de longs balcons…

First Presbyterian Church (8)

5) Église Erskine and American United – Musée des Beaux-Arts de Montréal (Centre-Ville, Montréal)

L’ancienne église unie presbytérienne construite en 1894 est de style néo-roman. Avec les multiples ouvertures percées sur sa façade de pierres bossagés, sa demie-rosace et son magnifique clocher, elle est impossible à manquer quand on passe sur la rue Sherbrooke, en plein centre-ville.

Eglise Erskine and American United (2)

En 2006, elle fut achetée par le Musée des Beaux-Arts de Montréal, le musée de plus visité au pays. Ce dernier convertit la nef en salle de concerts et nettoya les 17 vitraux Tiffany que l’on peut y voir et qui ont été récupérés d’une autre église avant sa démolition: l’American United Church de la rue Dorchester. Il s’agit en fait de la plus importante collection canadienne de vitraux des célèbres ateliers new-yorkais.

photo: Marc Cramer. source: ©Provencher Roy

photo: Marc Cramer, source: ©Provencher Roy

Le nouveau pavillon Claire et Marc Bourgie fut construit à l’arrière de l’église à laquelle il se joint de façon étonnament harmonieuse. Sur ses six étages, il présente des collections d’art québécois et canadien. Un beau destin pour cette église de toute beauté!

Eglise Erskine and American United (3)

6) Église Saint-Joseph – Salon 1861 (La Petite Bourgogne, Montréal)

Construite selon les plans de Victor Bourgeau, l’église Saint-Joseph fut ouverte en 1862, avant même qu’on lui ajoute son clocher (1879) et ses chapelles latérales (1890). Aujourd’hui, malgré sa conversion, son aspect néo-gothique a été conservé.

Eglise Saint Joseph (1)

À l’intérieur, les bancs ont été retirés pour dégager un grand espace servant de salle de réception et d’exposition -le Salon 1861– au fond duquel un restaurateur prendra éventuellement place.

avant la transformation: ©Salon 1861 / après: ©Mes Quartiers

avant la transformation: ©Salon 1861 / après: ©Mes Quartiers

Les peintures à caractère religieux qui ornaient le plafond central, le choeur, et les plafonds des deux tribunes latérales ont malheureusement disparu: seuls les motifs floraux ont été conservés, ce qui rend le décor de Toussaint-Xénophon Renaud beaucoup moins impressionnant qu’à l’origine.

Eglise Saint Joseph (6)

avant la transformation (© Salon 1861)

après la transformation

après la transformation

Les vitraux latéraux ont cependant été conservés…

Eglise Saint Joseph (3)

…de même que les tuyaux de l’orgue.

Eglise Saint Joseph (4)

L’idée de faire de ce lieu un endroit où les différents acteurs de notre société -universités, entrepreneurs, citoyens et organismes bénévoles- puissent se rencontrer et échanger librement est cependant intéressante. Le nom qui a été choisi pour ce lieu rappelle à la fois les Salons français du XVIII ième siècle où les bourgeois se réunissaient pour échanger des idées, et l’année (1861) où débuta la construction de l’Église Saint-Joseph. Un beau rappel historique pour ce laboratoire de culture urbaine qui prendra place dans le Quartier de l’Innovation!

Eglise Saint Joseph (2)

7) Chapelle de la Maison-mère des Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame – Bibliothèque du Collège Dawson (Westmount)

On ne peut qu’être frappé par la beauté de la Chapelle néo-romane (1908) lorsqu’on arrive face à elle. Ses multiples colonnes, son fronton, sa rosace, ses petites tours et son grand dôme de cuivre lui donnent une certaine monumentalité. On ne s’étonne pas que son architecte (Jean-Omer Marchand) soit un diplômé de l’École des Beaux-Arts de Paris.

bibliotheque Dawson (1)

C’est le Collège Dawson qui acheta l’édifice en 1982. Il transforma alors la chapelle en salle de lecture pour sa bibliothèque. Les luminaires en bois cruciformes suspendus au plafond furent conservés, de même que les tuyaux de l’orgue et les sculptures ornant les murs. Les bancs d’église ont été remplacés par de petits bureaux de lecture, et un escalier a été installé à l’avant pour accéder au deuxième étage.

Dawson Library (© Dawson College)

Dawson Library (© Dawson College)

*Astuce: profite de ta visite de la bibliothèque du Collège Dawson pour faire mon itinéraire de Westmount!

8) Église Saint-Henri – Hôtel des Encans (Saint-Henri, Montréal)

L’église Saint-Henri, de style néo-classique, n’a rien perdu de son exhubérance en devenant l’Hôtel des Encans en 2004.

Eglise Saint Henri (1)

Avant la transformation. Photo: © Conseil du patrimoine religieux du Québec, Inventaire des lieux de culte du Québec (www.lieuxdeculte.qc.ca)

Eglise Saint Henri (4)

Après la transformation (photo: Carle Bernier-Genest)

Les collectionneurs participent aujourd’hui aux enchères au milieu des vitraux et du chemin de croix originaux.

Eglise Saint Henri (2)

Même l’autel est demeuré en place! La transformation a été si respectueuse du patrimoine religieux et architectural qu’elle s’est méritée le prix Orange d’Héritage Montréal en 2006…

Eglise Saint Henri (5)

Avec ses deux tours qui se présentent à l’avant-plan de la façade, et son clocher central entouré de colonnes, cette église pour le moins originale s’est même méritée une place dans l’itinéraire pour découvrir le quartier St-Henri, présenté ici même sur le blogue Mes Quartiers.

9) Église Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours – Théâtre Paradoxe (Ville-Émard, Montréal)

L’église a été montée de 1914 à 1920, mais ce n’est qu’en 1939 que les travaux furent repris pour en terminer l’intérieur. Fermée en 2009, elle est vendue 3 ans plus tard puis transformée.

Eglise Notre Dame du Perpetuel Secours (2)

Depuis sa ré-ouverture en 2014, son sous-sol est occupé par l’école d’initiation aux techniques de la scène, gérée par une entreprise d’économie sociale -le Groupe Paradoxe-, qui travaille à la ré-insertion des jeunes. Sa nef, elle, est gérée par le Théâtre Paradoxe, qui en fait une salle de spectacle et de réception pouvant être louée dans différentes configurations selon les événements: style cabaret, loft, banquet, ou théâtre à l’italienne.

Avant la transformation. Photo: © Conseil du patrimoine religieux du Québec, Inventaire des lieux de culte du Québec (www.lieuxdeculte.qc.ca)

Avant la transformation. Photo: © Conseil du patrimoine religieux du Québec, Inventaire des lieux de culte du Québec (www.lieuxdeculte.qc.ca)

Les vitraux et peintures de Guido Nincheri ont été conservés, de même que l’orgue Casavant. Le bois des confessionnaux et des bancs d’église a été réutilisé pour construire les deux petits bars, et les spectaculaires arches blanches qui faisaient l’originalité de l’église, de chaque côté de la nef, semblent trouver une place naturelle dans ce nouvel environnement festif! Quatre loges d’artistes ont été créées dans l’ancienne sacristie, et des panneaux accoustiques ont été suspendus à la voûte…

Après la transformation. Source: © Théâtre Paradoxe

Après la transformation (photo: © Théâtre Paradoxe)

Bref: une autre transformation réussie et respectueuse du patrimoine religieux réalisée par les architectes de Rayside Labossière qui ont aussi converti l’église Sainte-Germaine-Cousin présentée au tout début de cet article. Même l’intégration des gicleurs, d’un système de ventilation, d’un ascenseur, d’un nouveau système électrique et d’une nouvelle plomberie pour alimenter les loges, les toilettes et les bars, n’a pas empêché la conservation du patrimoine religieux… C’est dire la qualité du travail accompli!

10) Église Saint-Eugène – Résidence Saint-Eugène (Vieux-Rosemont, Montréal)

Construite en 1954, l’église Saint-Eugène frappe surtout par sa façade de pierres et l’originalité de sa flèche. Fermée en 1999, elle fut rachetée en vue de construire des résidences à prix modique pour les personnes âgées tout autour. Il fallut soumettre neuf versions différentes d’aménagement aux autorités municipales avant que ces dernières approuvent la transformation. Les résidences ouvrirent leurs portes en 2007.

photo avant la transformation: © Conseil du patrimoine religieux du Québec, Inventaire des lieux de culte du Québec (www.lieuxdeculte.qc.ca) / photo après: Mes Quartiers

photo avant la transformation: © Conseil du patrimoine religieux du Québec, Inventaire des lieux de culte du Québec (www.lieuxdeculte.qc.ca) / photo après: Mes Quartiers

Pour ce qui est de l’extérieur, on remarque que la surface de pierre de l’église a été restaurée, ce qui la rend encore plus frappante lorsque le soleil plombe dessus. Le terrain a été nivellé, ce qui a permis de dégager une entrée en sous-sol où on retrouve une aire d’accueil et quelques unités d’habitation. En contrepartie, deux escaliers ont dû être aménagés en façade pour atteindre les portes de l’ancienne église, mais on les a cachés derrière un muret de pierres afin de bien les intégrer…

Eglise Saint Eugene (4)

Un bel escalier moderne a aussi dû être installé à l’intérieur pour atteindre la nef à partir du sous-sol.

photo: © les Résidences Enharmonie

photo: © les Résidences Enharmonie

À l’intérieur, les vitraux ont été conservés. La nef sert maintenant de salle à manger, et une cuisine a été aménagée dans l’ancien choeur. De chaque côté de l’église, des passerelles vitrées à deux niveaux permettent de circuler vers les résidences modernes construires de part et d’autre. L’ensemble du projet a fière allure et met tellement à l’avant-scène l’ancienne église qu’on la croirait encore plus spectaculaire qu’avant sa transformation!

Eglise Saint Eugene (3)

11) Église Saint-Jean-de-la-Croix – Condos Place-de-la-Croix (La Petite Patrie, Montréal)

Les hauts clochers de l’église Saint-Jean-de-la-Croix et son imposante façade sont difficiles à manquer lorsqu’on passe sur le boulevard St-Laurent. L’édifice de 1927 n’a rien perdu de son allure lors de sa conversion en condos par Rachel Julien en 2004.

Eglise Saint Jean de la Croix (1)

De multiples puits de lumière ont été percés dans le toît pour faire pénétrer la lumière dans les Condos Place-de-la-Croix.

Eglise Saint Jean de la Croix (3)

À l’avant, la demie-rosace a conservé sa fenestration, et d’autres fenêtres ont été ajoutées, de même que des balcons juliette. Sur les côtés, de grands balcons ont été aménagés à l’intérieur des murs de pierre de l’ancienne église.

Eglise Saint Jean de la Croix (2)

À l’intérieur, difficile de mesurer le degré de préservation du patrimoine religieux, puisque l’espace est devenu privé, et donc difficilement accessible. On sait cependant que la firme A2design, qui a collaboré à la conception des unités, leur a visiblement donné une touche très actuelle.

photo: © firme A2Design

photo: © firme A2Design

*astuce: profite de ton passage devant cette église pour visiter le quartier de la Petite-Patrie en suivant mon itinéraire!

12) Church of the Ascension – Bibliothèque municipale Mordecaï-Richler (Mile-End, Montréal)

La petite église anglicane de 1905 a été transformée en bibliothèque municipale en 1993.

Church of the Ascension (1)

Son extérieur en briques rouges a été préservé, et les agrandissements réalisés à l’arrière et sur le côté sud ont été faits dans le respect de l’apparence originale du bâtiment.

Church of the Ascension (2)

Il est toujours étonnant de parcourir les allées de livres de la bibliothèque, surtout qu’au bout, on aperçoit les anciens vitraux qui n’ont rien perdu de leur éclat.

Church of the Ascension (3)

Au-dessus de nos têtes, l’ancienne structure de bois et les arches sont toujours là, ce qui donne à la bibliothèque un décor plutôt chaleureux!

Church of the Ascension (4)

13) Église Saint-Alphonse d’Youville – Condos Liguori (Villeray, Montréal)

L’église néo-gothique de 1929 ne manque pas de panache avec son large clocher carré surmonté de pinacles, sa rosace, et ses nombreuses statues!

Eglise Saint Alphonse d'Youville (2)

En principe, elle devrait n’avoir rien perdu de son allure une fois que le projet de condos Quartier V sera complété. Ce projet du Groupe Immobilier Van Houtte comprend le Liguori, un complexe de condos de huit étages (complété) côtoyant l’église sur son versant ouest; l’ancien monastère rue Crémazie, qui sera occupé par des bureaux; et l’ancienne église.

De nombreuses statues parsèment la façade!

De nombreuses statues parsèment la façade!

La conversion de cette dernière n’a pas encore commencé, mais on sait déjà que l’enveloppe extérieure de l’église sera préservée, de même que son parterre. L’accès public à l’église par la porte principale devrait être maintenu, puisque la nef sera occupée par une chapelle et une salle communautaire. Une cloison séparera cependant cet espace public du choeur et du fond de l’église qui deviendront un espacé privé comprenant une salle à manger, un salon et une bibliothèque. Mais que ce soit au niveau de la nef publique ou du choeur privé, le volume intérieur et dégagé pleine hauteur sera maintenu. Seize studios seront aménagés sous cet espace, en demi sous-sol, avec des ouvertures fenestrées sur les côtés; et trente autres seront installés dans l’ancienne salle paroissiale située à l’arrière de l’église.

Le clocher est visible à partir de certains balcons...

Le clocher est visible à partir de certains balcons…

Le Liguori et l’église seront reliés par un passage intérieur, mais un jardin privé les séparera suffisamment l’un de l’autre pour que le dégagement ainsi obtenu permette de bien voir l’église. En se promenant autour du projet, on constate d’ailleurs que la perspective sur l’impressionnant clocher est demeurée intacte!

Eglise Saint Alphonse d'Youville (1)

De gauche à droite: l’église, le monastère, et les condos du Liguori.

14) Église Presbytérienne Saint-Paul d’Écosse – Musée des Maîtres et Artisans du Québec (Saint-Laurent, Montréal)

En 1930, l’ancienne église Saint-Paul a été démantelée pièce par pièce pour faire place à la future Gare Centrale de Montréal, au centre-ville. L’année suivante, elle fut remontée méticuleusement en l’intégrant au Collège de Saint-Laurent. Servant de musée depuis 1979, elle est devenue en 2003 le Musée des Maîtres et Artisans du Québec, qui présente les traditions artisanales québécoises.

Eglise presbyterienne Saint Paul (1)

L’église du 19 ième siècle n’a rien perdu de son style néo-gothique. On a cependant profité de la reconstruction pour agrandir le choeur (l’arc blanc que l’on peut voir, au fond du musée).

Eglise presbyterienne Saint Paul (4)

Des anges sculptés ornent les arcs de bois au-dessus de nos têtes.

Eglise presbyterienne Saint Paul (5)

Les vitraux du balcon ont conservé leur éclat original…

Eglise presbyterienne Saint Paul (3)

Ce qui est particulièrement intéressant avec ce Musée, c’est qu’il présente non seulement les traditions artisanales québécoises, mais aussi des oeuvres contemporaines qui montrent bien comment nos artisans d’aujourd’hui actualisent leur art.

œuvres de Rosie Godbout

œuvres de Rosie Godbout

Les anciennes sculptures de bois peuvent donc côtoyer des oeuvres comme celles de Carole Frève et Patrick Primeau.

Eglise presbyterienne Saint Paul (2)

Une visite agréablement surprenante, et un accueil particulièrement chaleureux et sympathique dès l’entrée dans le Musée… À voir!

Eglise presbyterienne Saint Paul (7)

15) Chapelle du Sanctuaire des Soeurs de Sainte-Anne – Collégial International Sainte-Anne (Lachine, Montréal)

Construite en 1888, la chapelle est tout simplement monumentale.

College Sainte Anne (3)

Sur sa façade, un fronton triangulaire est dominé par la statue de Sainte-Anne. Deux clochers carrés encadrent le tout, coiffés de dômes.

College Sainte Anne (5)

photo: Carle Bernier-Genest

Vers l’arrière, un autre dôme, immense, coiffe une tour carrée ceinturée de colonnes et de frontons sur chacune de ses faces. Il est si gros et haut dans les airs qu’on peut l’apercevoir de partout dans Lachine, lorsqu’on suit mon itinéraire pour découvrir le quartier.

photo: Carle Bernier-Genest

photo: Carle Bernier-Genest

Ses percées permettent à la lumière naturelle de pénétrer dans la chapelle via une magnifique verrière de 1890 située au plafond de la nef.

photo: Carle Bernier-Genest

photo: Carle Bernier-Genest

En 2010, elle a été achetée par un établissement privé d’enseignement -le Collégial Sainte-Anne-, qui la transforma en bibliothèque. Sous son plafond plat tout blanc, des tables de travail ont été installées, entourées de quelques bancs d’église qui subsistent.

photo: © Collégial Sainte-Anne

photo: © Collégial Sainte-Anne

Au deuxième étage, les bureaux vitrés et fermés qui ont été aménagés sur les tribunes latérales permettent une vue plongeante. L’orgue a été enlevé pour dégager trois longues fenêtres qui font pénétrer la lumière du jour.

L'orgue cachait les fenêtres ! photo: Carle Bernier-Genest

Avant, l’orgue cachait les fenêtres ! (photo: Carle Bernier-Genest)

Les magnifiques peintures qui ornaient la chapelle ont cependant été retirées, mais elles peuvent encore être vues dans une visite virtuelle à 360 degrés de l’ancienne chapelle disponible sur internet.

Une ancienne peinture qui a disparu... (photo: Carle Bernier-Genest)

Une ancienne peinture, aujourd’hui récupérée par les Sœurs de Sainte-Anne (photo: Carle Bernier-Genest)

**********

Ainsi se termine ce tour d’horizon des 15 plus belles églises converties à Montréal! Cette visite permet de constater combien la transformation des anciennes et nombreuses églises de la ville est encadrée de façon serrée par les autorités municipales compétentes… Les promoteurs sont souvent renvoyés à leur planche à dessin, même plusieurs fois, jusqu’à ce que les projets respectent le patrimoine religieux en cause et satisfassent la population locale. Considérant le nombre élevé d’églises transformées ou qui le seront dans les prochaines années, ainsi que la façon dont le processus est maintenant encadré, Montréal est peut-être en train de devenir sans le savoir un leader mondial dans la conversion du patrimoine religieux!

Afin de comparer ce qui se fait ici avec les transformations d’églises ailleurs dans le Monde, le blogue C’est Toi Ma Ville s’est joint au mien pour publier, le même jour, un article intitulé: Transformons nos églises abandonnées. Une collaboration inédite des deux blogues montréalais pour traiter d’un même sujet!

Sinon, pour mieux prendre conscience du magnifique patrimoine religieux présent sur notre île, je t’invite à lire mon TOP 20 des plus beaux clochers d’église à Montréal! Et dans les prochains mois, un troisième article viendra compléter ma trilogie sur nos lieux de culte chrétiens…

Bonne lecture!

**********

Mes Quartiers est un blogue qui te propose des itinéraires précis et détaillés pour visiter les différents quartiers de Montréal, en passant par leurs plus belles rues. Chaque itinéraire est conçu pour te faire voir les plus beaux parcs, fontaines, sculptures et églises. En chemin, découvre aussi des restos, des bars, des terrasses et quelques commerces incontournables et accessibles. Joue au touriste dans ta propre ville, et part à la découverte d’Hochelaga, de la Petite-Bourgogne ou du Vieux-Rosemont! Ton aventure commence ICI.

La page Facebook de Mes Quartiers, tenue conjointement avec le blogue C'est toi ma Ville: deux façons de découvrir encore plus Montréal!

La page Facebook de Mes Quartiers, tenue conjointement avec le blogue C’est toi ma Ville: deux façons de découvrir encore plus Montréal!

Advertisements

15 avis sur « TOP 15 des plus belles églises converties à Montréal! »

  1. Monsieur Beaudry,

    Un très grand merci pour vos textes et les découvertes que je fais en les lisant. Je suis bénévole responsable de l’activité Marche pour le plaisir à Projet Changement et je m’inspire de vos texte pour planifier mes parcours. Nous marchons trois saisons par année, soit l’automne, l’hiver et le printemps.

    Merci encore et c’est vraiment toujours un plaisir de vous lire.

    Lise Arguin

    Projet Changement, Marche pour le plaisir

    _____

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour,

    Nous souhaitons apporter 2 petites corrections concernant le texte sur Sainte-Germaine-Cousin:les logements communautaires ne sont pas gérés par Bâtir son quartier mais par la Corporation Mainbourg, une entreprise d’économie sociale qui a pour mission de mettre sur pied et de gérer des projets d’habitation communautaires dans Pointe-aux-Trembles. Bâtir son quartier est le groupe de ressources techniques qui a accompagné la Corporation Mainbourg pour mener à bien son projet d’habitation. Bâtir son quartier conseille, forme et assiste les organismes sans but lucratif dans leur projet d’habitation mais n’est ni gestionnaire ni propriétaire de logements.
    Des portes ouvertes sont organisées le 14 décembre pour faire visiter à la communauté l’église transformée. Le soir-même un souper sur invitation rassemblera les partenaires locaux. L’inauguration officielle du site devrait avoir lieu en 2016, en présence des élus et des bailleurs de fonds. Bâtir son quartier

    Aimé par 1 personne

  3. Nous sommes très heureux de nous retrouver dans votre palmarès ! Nous nous permettons de préciser quelques faits…

    La corporation du Collège Sainte-Anne a fait l’acquisition du sanctuaire et du couvent des Soeurs de Sainte-Anne en 2010. Le sanctuaire a été transformé en biblioTEC pour nos étudiants du Collège Sainte-Anne (secteur secondaire) et du Collégial international Sainte-Anne (secteur collégial).

    L’ancienne peinture « qui a disparu » a été récupérée par les Soeurs de Sainte-Anne, anciennes propriétaires du bâtiment.

    Aimé par 1 personne

    • En écrivant mon article, j’ai recensé 16 autres églises converties dont je n’ai pas parlé, et plusieurs d’entre-elles sont effectivement devenues des organismes communautaires! Partageons l’Espoir en est justement un, et on pense aussi au Chic Resto Pop, à l’Arche de Montréal, à la Perle Retrouvée, et au Cap Barnabé, pour nommer les plus connus. Merci d’avoir abordé le sujet, c’est important d’en parler! :o)

      J’aime

  4. Ping : Diário de Montreal – Via Crucis | Sonia Zaghetto

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s