Le Vieux-Montréal (ouest)

Le Vieux-Montréal… Il n’y a probablement aucun quartier plus touristique que celui-là à Montréal! Beaucoup d’Américains parcourent des centaines de kilomètres en auto pour venir le visiter, car ils y trouvent un morceau d’Europe sans avoir à prendre l’avion. Les Français, les Anglais et les autres Européens sont quant à eux heureux d’y retrouver un peu l’ambiance de leur pays natal, les terrasses, les édifices historiques, les rues étroites…

La plupart de ces touristes font à peu près le même circuit que les Montréalais qui viennent passer la journée dans le Vieux-Montréal. L’itinéraire typique consiste à marcher de la station de métro Champs-de-Mars à la station Place d’Armes, et de découvrir en chemin l’Hôtel de Ville, la Place Jacques-Cartier, la rue Saint-Paul, le Vieux-Port et la Basilique Notre-Dame. Mais peu poussent ensuite leur visite plus à l’ouest, peut-être fatigués de leur journée. Il suffit en effet de dépasser un peu la Place d’Armes pour se rendre compte que la foule diminue drastiquement. Pourtant, le secteur ouest regorge de lieux absolument incontournables!

Tout d’abord, au niveau historique, des repères sculpturaux et une ancienne ruelle couverte permettent de longer les murs nord et ouest des anciennes fortifications. Le Musée Pointe-à-Callière permet quant à lui d’observer les artéfacts et les fondations qui témoignent de l’installation des premiers colons sur le site d’origine de la ville, alors appelée Ville-Marie. De nombreux édifices encore debouts, notamment sur la rue Saint-Jacques, témoignent aussi du temps où Montréal était la capitale économique du pays. Mais ce n’est pas tout. Car le Vieux-Montréal n’est pas qu’histoire.

D’un point de vue contemporain, l’ouest du quartier est drôlement intéressant! On y trouve des belvédères méconnus sur la ville, un marché fermier, un parc éphémère, une galerie d’art contemporain d’envergure, une sculpture-fontaine qui crache le feu toutes les heures, et même une pizzeria et une microbrasserie qui figurent selon nous parmi les meilleures à Montréal! Et à tout cela vient s’ajouter, au Port de Montréal, le réaménagement récent et réussi d’une ancienne jetée qui accueille mieux que jamais les navires de croisière…

C’est tout cela que je t’invite maintenant à découvrir, et même plus! Car je te propose aujourd’hui un itinéraire pour parcourir le secteur le moins touristique… du quartier le plus touristique de la ville 😉 Laisse-moi te guider pas à pas et en photos dans ce secteur à la fois historique et contemporain. Bienvenue dans le Vieux-Montréal (ouest). Bienvenue dans… Mes Quartiers!

Voici ta carte:

clique pour agrandir!

1) Le Square Victoria et sa sortie de métro parisienne

Ton excursion d’aujourd’hui débute à la station de métro Square-Victoria (ligne orange).

Suis les indications pour la sortie « A: Saint-Antoine ».

En montant les marches, tu fais déjà une première découverte: les murs sont couverts de carrelage blanc, typique des stations de métro parisiennes. Puis, en haut, tu réalises assez vite que c’est la sortie au complet qui ressemble à ses cousines de la Ville Lumière!

En fait, une bonne partie de la structure verte en fonte de fer est authentique! La plupart de ses composantes proviennent de certains des 141 accès de métro parisiens conçus par Hector Guimard de 1900 à 1912… En 1967, la structure a été prêtée par la Régie autonome des transports parisiens (RATP). Puis, plusieurs années plus tard, la STM en a finalement fait l’acquisition. On peut donc dire que les métros parisien et montréalais ont tous les deux bénéficié, lors de leur ouverture respective en 1900 et 1967, des mêmes oeuvres de fonte d’Hector Guimard!

Parlant de transport collectif, on trouve ici une autre curiosité… On le remarque peu, car il s’intègre bien au mobilier urbain environnant. Mais si tu regardes bien, tu remarqueras sur ta droite (direction ouest), un élégant mat de recharge électrique…

C’est que depuis quelques mois, la STM teste des bus 100% électriques qui peuvent se recharger en seulement 5 minutes! Les bus de la ligne 36 Monk se rechargent donc au début et à la fin de leur parcours. Avec un peu de chance, tu verras peut-être le système en action, lorsque le pantographe descend du mat pour s’arrimer aux batteries du bus…

Longe les jets d’eau, traverse la rue Saint-Antoine, et poursuis ta route de l’autre côté dans le Square Victoria.

Les jets d’eau se succèdent, puis tu marches sur un agréable sentier couvert d’arbres. Tu te rappelleras peut-être que de chaque côté s’entassaient, en octobre et novembre 2011, les nombreuses tentes du mouvement Occupons Montréal…

En effet, pendant une quarantaine de jours, les Indignés, inspirés par Occupy Wall Street, ont vécu ici jour et nuit, dans ce qu’ils appelaient la « Place du Peuple ». On y trouvait une cuisine et un hôpital, et les assemblées se déroulaient autour des fontaines.

Sortie du métro Square-Victoria, graffitée par les Indignés

À l’ombre de la Tour de la Bourse, la statue de la Reine Victoria avait pris une toute autre allure… 😉

Une fois le Square traversé, poursuis ton chemin tout droit sur la rue McGill (direction sud), du côté ouest de la rue.

2) La rue McGill et ses restaurants

Après quelques pas, tu croises une curieuse structure d’acier. Tu en croiseras d’ailleurs deux autres plus loin, de part et d’autre de la rue McGill, face à la Place D’Youville.

Ces structures désignent en fait l’emplacement des anciennes fortifications qui ceinturaient la Ville de 1744 à 1801. Le mur de pierre fut démoli, notamment sous la décision de James McGill dont la rue où tu te trouves porte le nom. Mais tu pourras en voir tantôt les fondations, au Musée Pointe-à-Callière…

Poursuis ta route vers le sud.

Plusieurs restaurants commencent à se succèder avec leurs terrasses. Juste après la rue le Moyne, on trouve une concentration d’édifices historiques qui ne manquent pas de panache, notamment celui où loge la Brasserie française Holder, où tu pourrais croiser la comédienne Dominique Michel, avec un peu de chance 😉 L’édifice Shaughnessy, construit en 1912, est maintenant complété sur son flanc nord par une portion récente largement fenestrée…

Au coin de rue suivant, l’Hôtel St-Paul s’élève majestueusement avec ses nombreuses colonnes, ses masques de lion et ses motifs floraux.

L’ancien édifice de la Canadian Express, complété en 1908, est un exemple typique des grattes-ciel nord-américains du début du XXième siècle. Sa façade se divise en trois parties, avec les colonnes à la base, les rangées de fenêtres répétitives au milieu, et les étages supérieurs dotés d’éléments de décoration qui les rendent plus prestigieux. Retiens bien cette composition tripartite: car tu la verras maintes fois aujourd’hui! 😉

En face se dresse l’ancien édifice du Grand Tronc (1902), avec des éléments de décor architecturaux d’inspiration française et grecque. Et de part et d’autre de la rue, tu aperçois à nouveau des structures d’acier désignant l’emplacement des anciennes fortifications… Il faut dire que tu es justement en train de longer l’ancien mur de la ville, tout le long de la rue McGill!

Au sud de l’Hôtel St-Paul, tu aperçois la Place D’Youville, où coulait autrefois la petite rivière Saint-Pierre. C’est ici que fut érigé le Marché Sainte-Anne qui devint le Parlement du Canada-Uni de 1844 à 1849. Aujourd’hui, au fond de la Place, la première caserne de pompiers de la ville (1903) tient encore debout.

Traverse la rue William et poursuis ta marche vers le sud.

Alors que les terrasses s’intensifient, l’immense édifice des Douanes dresse ses nombreuses colonnes de l’autre côté de la rue. Il a pratiquement des allures de palais tellement il est massif et imposant… De ton côté de la rue arrive alors le Parc des Frères-Charon, que je t’invite à traverser par l’une de ses diagonales. Ses pousses de céréales rappellent qu’une prairie s’est déjà trouvée ici…

Un petit belvédère circulaire permet d’observer les édifices à condos tout autour, offrant un paysage urbain contemporain. Le parc est petit mais étonnament reposant, peut-être en raison des céréales qui montent tout autour de toi et balancent au vent?

Au sud du parc, tu peux déguster une délicieuse pizza au Pizzaiole, une des meilleures à Montréal. La Pollo Pazzo, garnie de poulet, crème sûre et coriandre, est particulièrement bonne! Le restaurant prend place dans l’ancienne gare Union, qui servait au siècle dernier de terminus pour les tramways et les trains de banlieue…

L’intérieur est très beau, dans un style industriel alliant habilement le cuir, le bois, l’acier et le béton. Mais tu peux aussi manger sur la terrasse, qui est fort agréable les soirs d’été…

Quelques portes plus loin, prendre un verre au Bistro-Brasserie Les Soeurs Grises va de soi lorsqu’on visite le Vieux-Montréal. Parce que le Bistro a réussi à se classer dans notre TOP 15 des meilleures microbrasseries à Montréal, grâce à ses 9 bières brassées sur place! Mais aussi parce qu’il est situé là où se trouvait autrefois la Congrégation religieuse des Soeurs Grises de Marguerite D’Youville. On peut alors découvrir, bière à la main, les éléments de la Congrégation qui ont été récupérés et intégrés au décor, comme les chaises, les têtes de lit et la structure de la balançoire… 🙂

Fais quelques pas de plus jusqu’au bout de la rue McGill (direction sud), puis traverse en face de l’autre côté de la rue de la Commune pour atteindre l’écluse.

3) Le Marché des Éclusiers

Sur ta droite se dresse le Marché des Éclusiers. Autour d’une structure de type industrielle inspirée des voiliers et des hangars à bateaux…

…se réunissent tout l’été des fermiers qui vendent leurs produits bios et des commerçants qui s’en servent pour offrir des petits déjeuners, des burgers et des jus de fruits frais.

Des tables en bois et des chaises colorées…

…parsèment une terrasse commune…

…surplombée par une passerelle…

…où l’on peut observer la première écluse du Canal de Lachine. Car oui: c’est ici que commence le fameux Canal long de 14km que je t’ai fait découvrir dans mes itinéraires de Pointe Saint-Charles, de la Petite-Bourgogne, de St-Henri et de Lachine!

Une petite tourelle adossée au Marché…

…te permet aussi de jeter un oeil différent sur les environs. Le côté ouest offre une vue plongeante sur le Daniel McAllister, le plus grand remorqueur océanique préservé au Canada et le deuxième plus vieux au Monde (1907)!

Le côté est, lui, offre une vue sur le centre-ville…

C’est d’ailleurs dans cette direction que je t’invite à poursuivre ton aventure!

Marche vers l’est en suivant le bord de l’eau.

Ta promenade dans le Vieux-Port de Montréal t’offre graduellement une vue dégagée sur le fameux Silo à grain no.5, pour lequel on cherche une nouvelle vocation depuis plus de 20 ans. Hôtel, commerces, musée d’art moderne, véritable quartier résidentiel avec une école, belvédère sur la ville: tout est sur la table! Pendant que la Société du Vieux-Port développe des maquettes et serait sur le point de lancer un appel d’offre, d’autres imaginent un tout autre destin pour ce lieu unique qui attend depuis trop longtemps d’être développé…

Poursuis ta promenade pour atteindre le premier quai.

4) Le Grand Quai

Après quelques pas, tu te retrouves au Grand Quai, l’ancienne Jetée Alexandra qui a été réaménagée et inaugurée ces derniers jours. Sur ta droite se dresse le Centre d’interprétation portuaire, que je t’invite à visiter.

Franchis la porte d’entrée du rez-de-chaussée et monte au 2ième étage.

Dans un espace d’exposition tout vitré, dont l’accès est gratuit, tu peux découvrir plusieurs modèles réduits de navires…

…comportant de nombreux détails très réalistes!

L’exposition « Histoire de Navires » raconte l’histoire du port, sa place dans l’industrialisation du pays et les métiers qu’on y trouvait au quotidien.

Le Centre d’interprétation offre aussi quelques points de vue inusités, notamment sur le Marché Bonsecours. Mais ce n’est rien comparé à ce que je t’amène voir!

Sors à l’extérieur au deuxième étage.

Voici la nouvelle toîture du terminal de croisière! Après avoir été longtemps laissé en état de détérioration, le Quai où accostent les bateaux a enfin été réaménagé… Te voilà donc au milieu d’un champ de fleurs de toutes les couleurs!

À l’ouest s’ouvre une nouvelle perspective sur l’écluse…

Tandis qu’à l’est, les édifices du Vieux-Montréal apparaissent au-dessus des fleurs…

Grâce à ces dernières, le Silo no.5 devient presque beau 😉

Le tapis de fleurs permet d’ailleurs une mise en scène inusitée et spectaculaire des 354 blocs modulaires en béton d’Habitat 67… Formant une espèce de sculpture contemporaine géante, les 148 appartements conçus dans les années 60 par Moshe Safdie, alors étudiant à l’Université McGill, ne cessent d’étonner encore aujourd’hui!

Le toît vert, officiellement appelé la « Promenade d’Iberville », est très agréable. Au bout, des marches descendent vers la Place des Commencements, dont l’aménagement n’est pas terminé. Dans les prochaines années, une tour d’observation et une oeuvre fontaine devraient s’ajouter. Aussi, dès l’an prochain sera installée une sculpture géante de Yann Pocreau intitulée Leurs Effigies. Trois arcs de cuivre et d’acier de quatre étages, reliés entre-eux, s’élanceront dans les airs et reproduiront le contour du visage de trois pionnières de Montréal: Jeanne-Mance, Marguerite Bourgeoys et Marguerite d’Youville.

Descends l’escalier.

Pour l’instant, tu peux profiter de la grande pelouse.

Le Quai descend en pente jusqu’à un genre d’estrade de gros blocs de béton blancs qui te permet de te rapprocher du Fleuve. Malheureusement, les deux dernières rangées sont difficiles à franchir pour certaines personnes car aucun escalier n’a été aménagé entre les blocs…

Soyons clair: contrairement à ce que certains prétendent, cette Place n’est pas le plus proche accès au Fleuve à Montréal, puisque des dizaines de parcs riverains existent dans plusieurs quartiers, où l’on peut même tremper ses pieds et pêcher. Ici, on ne touche pas à l’eau: tout est clôturé. Mais un grand pas a été fait et cet accès est quand même spectaculaire! 😉

Remonte sur le toît et reviens sur tes pas.

Le retour te permet de contempler l’ensemble du centre-ville… À mon sens, cette toîture fleurie conçue par NIPPaysage et réalisée par Les Toits Vertige est tout simplement le clou de la visite du nouveau Quai! Tout le monde la prend en photo…

Contourne le Centre d’interprétation portuaire pour descendre par le grand escalier de bois. Tourne ensuite à droite (est), fais quelques pas sur le bord du Fleuve, puis engage-toi sur le sentier qui, sur ta gauche, te permet d’atteindre le lac artificiel.

5) Un lac et une terrasse sur le toît

Le Parc Linéaire de la Commune est très apprécié des gens qui visitent le Vieux-Port. Les chaudes journées d’été, on s’assoit ou s’étend dans le gazon autour du plan d’eau pour se reposer et prendre du soleil.

En longeant l’étang, tu passes à côté d’un petit pont. Si tu te retournes, tu peux contempler la silhouette postmoderne du Musée Pointe-à-Callière, où je t’amène bientôt. Mais pour l’instant, j’ai autre chose à te faire découvrir!

Au bout du lac, emprunte le court sentier droit devant puis tourne immédiatement à gauche pour sortir du Vieux-Port et atteindre la rue de la Commune. Tourne à gauche (ouest) sur cette dernière, puis à droite (nord) sur la première rue que tu croises: la rue Saint-Sulpice.

Tu as maintenant l’impression d’entrer pour la première fois au coeur du dédale des petites rues étroites du Vieux-Montréal. L’ambiance est différente, plus intime que sur la large rue McGill. Les façades de pierre grise se font face de près, de telle sorte que tu peux refaire les mêmes rues le lendemain dans le sens contraire et découvrir des détails architecturaux que tu n’avais même pas remarqués la veille…

Tourne à gauche (ouest) sur la rue Saint-Paul.

Deux ou trois portes plus loin, au 106, tu te retrouves face à l’Hôtel Nelligan. C’est fou à quel point on n’ose pas entrer dans les hôtels de notre propre ville! On est porté à penser que les restaurants et les bars qui s’y trouvent sont réservés aux clients de l’hôtel, ce qui est la plupart du temps faux. Je t’invite donc à oser pousser la porte d’entrée…

Outre un intérieur luxueux, tu découvriras ici un petit bijou méconnu de beaucoup de Montréalaises et Montréalais.

Passe devant le comptoir d’accueil, emprunte l’ascenseur, et monte au dernier étage.

En effet, sur le toît se trouve une magnifique terrasse! Tu peux y bruncher, diner, ou seulement prendre un verre. L’ambiance est vraiment agréable. C’est le moment de faire une pause dans ton excursion et de découvrir un point de vue différent sur les rues et les édifices environnants…

Après ta pause, redescends et poursuis ta route vers l’ouest sur la rue Saint-Paul.

Deux coins de rue plus loin, derrière l’ancien édifice des douanes, se dresse l’ancien Magasin-entrepôt Frothingham and Workman. Construit en 1871, l’imposant édifice de pierre grise de Montréal est doté de fenêtres semi-elliptiques. Tu as peut-être d’ailleurs remarqué que beaucoup d’édifices en sont dotés dans le secteur. Cette façade te fascinera tout particulièrement, car à bien regarder, tu remarqueras que les pierres qui ornementent les fenêtres et décrivent des arcs ont des formes bien différentes d’un étage à l’autre… !

Tourne à gauche (sud) sur la rue Place Royale.

6) Une promenade sous terre au Musée Pointe-à-Callière

La Place Royale est demeurée une place de marché jusqu’en 1807.

Une trentaine d’années plus tard fut construit la maison de la Douane, qui donne maintenant sur la nouvelle Place publique.

Aujourd’hui, la maison et la crypte archéologique qui se trouve sous tes pieds appartiennent au Musée Pointe-à-Callière que je t’invite maintenant à visiter.

Traverse la rue Place d’Youville, qui borde l’avant de la Place Royale.

Sur la pointe de rue, devant le musée, tu reconnaîtras peut-être un ancien modèle de trottoir qui était courant à Montréal il y a 40 ans!

Entre dans le musée.

Sans même avoir besoin de payer, tu peux monter dans la tourelle du Musée! Un ascenseur te conduit sans effort au belvédère de l’Éperon, complètement méconnu des Montréalaises et Montréalais. Cela te permet tout d’abord d’observer la Place Royale, d’où tu arrives…

…et l’ensemble de la rue de la Commune qui borde le Vieux-Port.

En face, tu vois le lac que tu as longé plus tôt, avec ses fontaines.

Au loin, la magnifique structure du Pont Jacques-Cartier enjambe le Fleuve.

Tu peux aussi apercevoir d’un seul coup d’oeil trois autres façons d’admirer la ville de haut: en montant dans la Spirale, un manège du parc d’attractions La Ronde; en gravissant la tour de l’Horloge, que je te ferai découvrir dans mon itinéraire du secteur est du Vieux-Montréal; et en montant à bord de la Grande Roue de Montréal.

Un bon zoom permet même de photographier le Casino de Montréal, qui se trouve sur l’île Notre-Dame…

Si tu désires profiter de ce paysage plus longtemps, n’hésite pas à descendre d’un étage pour aller bruncher au Bistro L’Arrivage. Nous te suggérons sans hésiter d’essayer Le Gargantua, qui comprend un oeuf bénédictine au porc effiloché, une crêpe de saucisse de canard, un pain doré brioché, du fromage, du caramel au beurre salé, une délicieuse marmelade servie sur cuillière, et un yaourt et crumble. Regarde: une image vaut mille mots! 🙂

Redescends pour visiter le musée. N’oublie pas de présenter ta carte Accès Montréal si tu en as une: tu bénéficieras d’un rabais! 😉

La visite du Musée commence par un spectacle multimédia sur l’histoire et la fondation de la ville. Car oui, tu te trouves ici sur le site d’origine de Ville-Marie, où les premiers colons français se sont installés en 1642, au confluent du Fleuve et de la Rivière Saint-Pierre. Puis, un dédale de sentiers sous terre te permet de marcher au milieu des fondations et des vestiges archéologiques. Des fantômes te racontent, de façon interactive, l’histoire des lieux…

Des passerelles métalliques te font pénétrer au milieu des ruines de l’ancienne Place du Marché, sous l’actuelle Place Royale…

On t’explique alors les différentes utilisations des lieux au fil du temps au moyen de repères lumineux qui changent de couleur pendant la narration!

Sous des planchers de verre…

…on trouve aussi des maquettes qui reproduisent le site du musée tel qu’on le trouvait à différentes époques. Ici, on se trouve à l’époque où la ville était la métropole du Canada, en 1871 (on reconnaît la tour aujourd’hui remplacée par celle du Musée dans laquelle tu es monté tantôt).

Si tu visites le Musée avec des enfants, ils adoreront et se souviendront toute leur vie de ces passerelles sous terre. Car l’expérience est concrète, matérielle, interactive. Mais le clou de la visite pour eux sera sans doute de marcher et courir dans le premier égoût collecteur construit en Amérique du Nord, qui canalisa la Rivière Saint-Pierre jusqu’en 1989.

Des projections lumineuses et un environnement sonore changeant…

…accompagne ta marche vers la nouvelle section du Musée où tu pourras découvrir les vestiges du premier fort de Ville-Marie (1643), sous des planchers de verre.

Et comme si ce n’était pas assez, des expositions temporaires fascinantes se succèdent au Musée. À titre d’exemple, au moment d’écrire ces quelques lignes a lieu l’exposition Reines d’Égypte.

Des centaines d’artéfacts, sur deux étages, sont accompagnés de vidéos réalisés par Ubisoft Montréal qui te plongent dans l’ambiance de l’Égypte ancienne du Nouvel Empire, 1500 ans avant notre ère. Tu peux ainsi découvrir des sculptures…

…des bijoux…

…des sarcophages…

…des stèles…

…et des vases égyptiens qui te racontent la vie des reines d’Égypte et qui n’ont rien perdu de leurs couleurs d’origine. Tout simplement fascinant!

Sors du Musée par où tu es entré, puis tourne à gauche et poursuis ton excursion vers l’ouest.

Du côté nord, tu trouves de belles maisons en pierre vieilles de 200 ans: la maison Pierre-Berthelet et la maison Joseph-Athanase-Normandeau.

Une fois derrière le musée, tu aperçois devant toi la Place de la Grande-Paix de Montréal, de l’autre côté de la rue Saint-François-Xavier. Elle rend hommage au traité signé en 1701 qui mit fin à un siècle de conflits entre les Français, les nations améridiennes alliées, et les Iroquois. Un obélisque se dresse au centre: le Monument aux pionniers.

Tourne à droite (nord) sur la rue Saint-François-Xavier.

7) Un parc éphémère et une galerie d’art contemporain

Au premier coin de rue (Saint-Paul Ouest), tu croises le charmant Stash Café, un restaurant polonais où tu peux manger pour quelques dollars seulement des pieroglies dans une ambiance feutrée, au son du pianiste, avant d’enfiler un shooter de vodka! 😉

Puis, deux coins de rue plus loin (rue de l’Hôpital) apparaît un espèce de temple greco-romain que tu n’aurais jamais pensé trouver sur cette étroite rue. Il s’agit du Théâtre du Centaur, un théâtre anglophone qui occupe l’édifice de l’ancienne Bourse de Montréal. Imagine-toi donc que cette dernière a été conçue par le même architecte (George B. Post) que la Bourse de New-York! Les transactions financières ont eu lieu ici de 1904 à 1965, avant de déménager dans la Tour de la Bourse… le gratte-ciel de couleur bronze de 47 étages que tu as vu au début de ta journée, derrière la statue de la Reine Victoria, tu te rappelles? Malgré son âge, la série de colonnes à chapiteaux corinthiens de l’ancienne Bourse en impose encore…

Tourne à gauche (ouest) sur la rue de l’Hôpital.

L’ancien édifice du Canadien Pacifique aussi. Tu es trop proche pour en saisir l’ampleur, mais en levant la tête, tu apercevras au-dessus de la porte d’entrée l’inscription qui rappelle que c’est ici que la compagnie ferroviaire logeait son service de télégraphie.

Derrière toi, l’édifice Aldred (art déco) et les tours de la Basilique Notre-Dame dépassent à l’arrière-plan. Je te les ferai découvrir plus tard dans mon circuit du secteur est du Vieux-Montréal… Mais en attendant, je t’invite plutôt à pénétrer dans le parc Pigeon Hole qui apparaît sur ta droite.

Il s’agit en fait d’un parc éphémère aménagé en 2009 sur un terrain vacant avec l’accord de son propriétaire, le temps qu’un promoteur immobilier le développe. Depuis la démolition de l’ancien stationnement étagé Pigeon Hole, personne n’a construit sur ce terrain. Les citoyens se le sont donc réapproprié et l’espace a beaucoup évolué d’une année à l’autre.

Aujourd’hui, il est aménagé par l’arrondissement, la Société de Développement Commercial (SDC) du Vieux-Montréal qui en est la locataire, et l’Agence Apollo. Mais profites-en bien, car le bail se termine au printemps 2019 et on ne sait pas ce qu’il en adviendra. C’est d’ailleurs peut-être justement le moment pour toi de te reposer sur l’un des bancs et de contempler un peu les environs… Car je t’amène ensuite visiter une galerie d’art!

Tourne à gauche (sud) sur la rue Saint-Jean et marche jusqu’à l’entrée portant le numéro 451.

Tout d’abord, réglons une chose: la visite de cette galerie est complètement gratuite! Alors si l’art t’intéresse moindrement, aucune raison de ne pas pousser la porte pour aller voir ce qui se cache à l’intérieur… 😉

La Fondation DHC/ART est un organisme sans but lucratif qui propose deux ou trois expositions d’art contemporain par année. Peu de Montréalaises et Montréalais connaissent ce petit bijou du Vieux-Montréal: j’ai moi-même passé devant cette porte je ne sais combien de fois sans la remarquer. Et pourtant, les oeuvres qui y sont présentées sont majeures. On peut parfois les aimer, parfois non. Mais jamais elles ne laissent indifférent!

À titre d’exemple, depuis que je visite cette galerie, j’ai particulièrement aimé l’exposition consacrée à l’artiste belge Wim Delvoye. Ce dernier réussit, dans ses oeuvres qui ne manquent pas d’humour, à juxtaposer des idées contradictoires qui deviennent ainsi presque harmonieuses. Qu’on pense à Car Tyre (2011), où valeur et utilité se rejoignent par la transformation de pneus en oeuvre d’art…

…ou D11 (2007) qui mise plutôt sur la contradiction entre le sacré et le profane, le moyen-âge et la modernité, en reproduisant un bulldozer à partir de pièces d’acier inoxydable finement ciselées au laser dont les détails sont à l’image d’une cathédrale gothique…

Plus récemment, dans le cadre d’une exposition concacrée au don, à l’offrande et au cadeau, j’ai aussi découvert cette oeuvre du Cubain Felix Gonzalez-Torres (Blue Placebo, 2011), qui consiste à étaler au sol 130kg de bonbons enveloppés dans du papier cellophane bleu:

Une fois que tu auras fait le tour des différents étages, sache que la galerie se poursuit à quelques portes d’ici!

Sors de la galerie et reviens sur tes pas sur la rue Saint-Jean, jusqu’au numéro 465 qui est tout près.

Encore une fois, c’est évidemment gratuit. Une façon pour la mécène Phoebe Greenberg de redonner à la communauté et de faire découvrir l’art au public! Au moment d’écrire ces quelques lignes, DHC/ART expose des oeuvres de Bharti Kher, une artiste vivant à New Delhi. Celle-ci s’inspire du point apposé au centre du front (le bindi: troisième oeil spirituel) dans certaines traditions, graduellement devenu pour plusieurs un objet décoratif. Et elle le reproduit à répétition dans la plupart de ses oeuvres, comme ici pour ce panneau mural texturé (Virus IX, 2018):

Les bindis couvrent également cet escalier et cette chaise de bois, sur lesquels tombe un sari, une pièce d’étoffe portée en Asie du Sud. Voici The Night She Left (2011):

Ce ne sont que quelques exemples de la qualité des oeuvres et de l’envergure des artistes que tu peux découvrir au DHC/ART. Une fois que l’on sait où trouver la galerie, difficile maintenant de passer devant sans aller faire un tour! 😉

Sors de la galerie et tourne à droite (nord). Dépasse le parc éphémère et longe le LHotel.

8) La rue St-Jacques et ses édifices historiques

Une série d’auvents rouges te guident jusqu’à la rue St-Jacques: ce sont ceux du LHotel Montréal. Le soir, l’ancien édifice de la Banque d’Épargne s’illumine tout en mauve!

Sur le coin de rue, les passants se font inévitablement photographier avec la sculpture « LOVE » de Robert Indiana. Après sa première version sculptée en 1970, des dizaines d’autres se sont répandues dans les grandes villes du Monde…

En face de la sculpture, de l’autre côté de la rue, l’édifice de la Hanson Brothers, une ancienne banque d’investissement, affiche un style art déco avec ses lignes verticales et ses motifs floraux.

Traverse du côté nord de la rue St-Jacques.

Avec le recul, tu peux maintenant contempler les édifices du côté sud. Les deux bâtiments du coin sud-est forment peut-être, selon certains, « le plus bel ensemble montréalais d’esprit beaux-arts », grâce à leur raffinement à la française.

L’édifice de la Guardian Fire and Life, à gauche, possède des têtes d’Hermès de chaque côté de l’entrée et des masques de lion qui ornent son deuxième étage (entre les guirlandes).

Tandis que l’édifice de la London and Landcashire Life, à droite, possède une entrée dont le fronton est orné d’angelots ailés et de motifs floraux qui débordent de chaque côté. Sur le dessus, on aperçoit les armoiries de la Grande-Bretagne et la devise « Dieu et mon droit ».

Ce type de fronton est également repris au dernier étage muni d’un balconnet…

…au centre d’une toîture complexe à la Mansart comprenant de nombreux détails sculptés.

Marche vers l’ouest sur la rue St-Jacques.

Plus tu avances, plus tu découvres comment une des premières rues tracée à Montréal (fin XVII ième siècle) est devenue 200 ans plus tard la rue des banques et des compagnies d’assurance, la Wall Street du Canada. Tu te retrouves d’ailleurs assez vite devant la monumentale façade de la Canadian Imperial Bank of Commerce, avec ses colonnes démesurées. Ces dernières, de type corinthien, s’élèvent dans les airs sur quatre niveaux, donnant à l’ensemble l’aspect d’un gigantesque temple greco-romain. L’édifice abrite aujourd’hui le Théâtre St-James, comprenant trois salles qui peuvent être louées, dont la majestueuse salle impériale.

À l’édifice suivant, la Canada Life, le bas des colonnes qui encadrent le portail principal présente des masques entourés de motifs floraux.

En face, de l’autre côté de la rue, les duos de colonnes en granit rouge de l’édifice de la Banque Molson (1866) te font lever les yeux verticalement jusqu’à la sculpture qui couronne le tout: une femme et un homme accompagné d’une ruche, symbole franc-maçon du travail collectif.

Si tu as déjà visité Milan, le rez-de-chaussée à bossages, de chaque côté de l’entrée, te rappellera plusieurs édifices de la capitale économique italienne…

édifices à bossage typiques à Milan

Parlant de façade à bossages, que dire du socle de l’ancien siège social de la Banque Royale, qui s’élève sur le coin sud-ouest? Haut de 5 étages, il est dominé par des dizaines de colonnes faisant le tour des quatre côtés! Au-dessus, une tour de 17 étages s’élève en retrait, parce que selon un réglement municipal datant de 1924, c’était la condition pour que les architectes aient le droit de construire un édifice de plus de 130 pieds de haut à Montréal…

Bref, après toutes ces découvertes, tu comprends assez vite pourquoi le secteur que tu viens de traverser était le principal centre d’affaires du pays il y a 100 ans! Même si aujourd’hui les affaires se brassent davantage du côté de Toronto, la rue St-Jacques n’a rien perdu de son panache…

Reviens du côté sud de la rue St-Jacques, puis traverse la rue St-Pierre en te dirigeant vers le socle de l’ancienne Banque Royale.

Du côté nord de la rue St-Jacques, l’Hôtel Le St-James s’ajoute aux édifices qu’il faut absolument voir dans le secteur ouest du Vieux-Montréal… Et encore une fois, oui: il s’agit d’une ancienne banque!

Plusieurs corniches viennent atténuer la verticalité de édifice de la Merchant’s Bank (1873) et séparer les différents types de colonnes et pilliers que l’on aperçoit: doriques, ioniques et corinthiens. Le soir, les différents éléments architecturaux des étages supérieurs ressortent encore davantage, notamment autour des fenêtres.

Longe le socle de l’ancienne Banque Royale jusqu’à l’entrée principale, au no.360, et entre!

Tu ne pensais pas que je te ferais encore entrer quelque part, hein? Eh bien le jeu en vaut la chandelle, comme on dit… Une fois franchi le portail en marbre décoré de bronze, le hall d’entrée s’offre à toi, avec ses ascenseurs aux portes dorées sculptées.

Puis, une volée de marches t’amène au hall des guichets de l’ancien siège social de la Banque Royale. Et c’est là que ta machoire se décroche: voici le Crew Café! En avant des vieux guichets ont été installés le comptoir de service et des tables communes. En plus, des cubicules semi-privés et une salle de réunion sont réservés aux abonnés du café! L’espace est dominé par un plafond plat à caissons où sont suspendus trois superbes lustres…

En te retournant, tu seras impressionné par les arcs que le plafond décrit au-dessus de l’escalier: on croirait vraiment se trouver dans la voûte d’une basilique romaine!

Sors du Crew Café et tourne à droite (est). Puis, tourne à gauche (nord) sur la rue Saint-Pierre et marche jusqu’à la rue suivante (Saint-Antoine). De l’autre côté, sur ta gauche, tu aperçois la Place Jean-Paul-Riopelle. Je t’invite à la rejoindre.

9) La Place Jean-Paul-Riopelle et sa fontaine de feu

Dès ton arrivée sur la Place, tu croises Le Grand Jean-Paul, une sculpture de bronze de Roseline Granet (2003) représentant le célèbre peintre et sculpteur québécois, grandeur nature.

Derrière, des bancs publics sont disposés ci et là dans une petite forêt urbaine de 88 arbres. En t’avançant parmi eux, tu finis par découvrir l’unique sculpture-fontaine réalisée par Jean-Paul Riopelle: « La Joute ».

Tu peux apercevoir son nom sur une plaque sculptée située tout près qui, avec ses cinq anneaux, rappelle que l’oeuvre a d’abord été installée sur l’esplanade du Stade en vue des Jeux Olympiques d’été de 1976. En 2004, on la déménagea ici, dans le Quartier International. On en profita pour la restaurer et lui ajouter un cercle de feu, conformément à la vision initiale de l’artiste.

Dans un bassin circulaire prennent place une trentaine de figures animales et mythiques en bronze. Au centre, la Tour de la vie propulse un jet parapluie. En soirée, à la demie de chaque heure, les douze caniveaux de la place publique et du boisé tout autour projettent lumière et brume.

Le spectacle atteint sa pleine intensité quelques minutes plus tard lorsque le cercle de feu s’active au centre de la fontaine.

Le spectacle est d’autant plus captivant que la fontaine s’active en ayant en arrière-plan l’immense mur multicolore du Palais des Congrès, composé de 390 panneaux de verre!

Reviens sur tes pas en direction de la rue Saint-Antoine. Traverse-la à nouveau et marche vers le sud sur la rue de Bleury. Entre dans le Centre de Commerce Mondial, sur ta droite, au numéro 750.

10) Une ruelle cachée: son mur et sa fontaine

Il y a plus de 25 ans se trouvait ici la ruelle des Fortifications. Mais en 1992, on la couvrit d’une verrière et on rénova les douze édifices qui se trouvaient de part et d’autre pour créer le Centre de Commerce Mondial. En regardant de chaque côté, tu pourras peut-être imaginer de quoi avaient l’air les bâtiments lorsqu’ils donnaient sur la ruelle ouverte aux quatre vents. Mais il faudra un effort supplémentaire pour que tu puisses imaginer que c’est aussi ici que se trouvait autrefois le mur nord des anciens remparts de la ville avant qu’ils ne soient démolis au début du XIXième siècle. D’où le nom de la ruelle: des Fortifications.

En avançant dans l’ancienne ruelle, tu tombes assez vite sur un fragment du Mur de Berlin, donné à Montréal par cette dernière pour son 350ième anniversaire. Il est quand même ironique que le vestige d’un ancien mur démoli en Allemagne se retrouve précisément à l’endroit où un autre mur, celui des anciennes fortifications, a lui aussi été démoli! 😉

Dépasse le Mur et marche sous les passerelles, jusqu’à ce que tu atteignes le bassin d’eau.

Les lecteurs qui ont déjà suivi mon itinéraire pour découvrir le Montréal Souterrain seront sans doute heureux de retrouver ce magnifique bassin entouré de lampadaires stylisés.

Leur éclairage se reflète sur la mince couche d’eau qui coule sur la surface de granit noir du bassin. L’effet miroir est saisissant et attire toujours de nombreux photographes.

Mais il n’y a pas que le bassin qui attire les curieux. Car face à lui, sur ta droite, se trouve une fontaine surmontée d’une sculpture d’Amphitrite, la déesse de la mer.

Datant de 250 ans, elle décorait autrefois une fontaine de la ville de Saint-Mihiel, en France.

De part et d’autre, des escaliers permettent d’atteindre un belvédère surplombant le bassin, si jamais tu veux faire des photos toi aussi 😉

Tu peux ensuite retourner en bas, longer le bassin jusqu’au bout et te retourner pour voir Amphitrite se reflèter dans l’eau…

Et c’est sur cette étonnante vision que se termine ton excursion d’aujourd’hui, dans le secteur le moins touristique du plus touristique des quartiers montréalais! J’espère avoir réussi à te le faire découvrir sous un nouvel angle…

Après le bassin, au bout de la ruelle, un escalier roulant te permet de descendre vers ce couloir ondulé de briques.

 

Emprunte-le et une fois au bout, dans la rotonde qui se trouve sous le Square Victoria, tourne à droite pour atteindre la station de métro du même nom. Te voilà revenu à ton point de départ!

**********

J’espère que tu as aimé ton aventure! Je prépare bientôt la suite: un itinéraire pour te faire découvrir le secteur est du Vieux-Montréal. Alors n’oublie pas de t’abonner à mon blogue ou à ma page facebook, pour être averti(e) lorsque l’article sera publié!

En attendant, je t’invite à parcourir mes autres itinéraires qui te feront découvrir de nombreux quartiers qu’on ne penserait parfois même pas visiter. De Maisonneuve au Vieux Pointe-Claire, en passant par Ahuntsic, le Vieux-Rosemont et NDG, je t’indique chaque fois par quelles rues passer pour voir les plus beaux parcs, les plus belles ruelles, les plus belles églises, maisons et fontaines… Je t’indique aussi quelques restos et bars abordables où faire la pause en chemin!

Nous avons tendance à toujours nous promener dans les mêmes quartiers: ceux où nous habitons et travaillons. Alors n’hésite pas à parcourir mon blogue pour découvrir les autres quartiers, casser tes habitudes et repousser tes limites… Pourquoi toujours te promener dans les deux mêmes quartiers, quand tu peux en explorer 35? De quoi multiplier ta vie et la rendre plus intéressante que jamais.. Pars à la conquête de Montréal avec tes amis, ta famille ou ta nouvelle flamme! Ou lance-toi le défi de parcourir le plus de quartiers possibles! Pourquoi pas?

Combien en feras-tu: 5, 12 ou 20?

Bonne découverte, et amuse-toi bien, grâce au blogue Mes Quartiers! 🙂

À bientôt!

La page Facebook de Mes Quartiers, tenue conjointement avec le blogue C’est toi ma Ville: deux façons de découvrir encore plus Montréal!

Advertisements

4 avis sur « Le Vieux-Montréal (ouest) »

  1. Comme ça tombe bien. J’aurai , au début juillet, des visiteurs qui ne sont jamais venus à Montréal.
    On va aller y faire un tour, en plus de passer par le Centre de commerce mondial, que je connais assez bien.
    Je cherchais un parcours semblable pour le reste du « Vieux… pas trouvé…
    Vous pouvez me l’indiquer, si ça existe?
    GRAND MERCI!
    Pour tous vos parcours!!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s