Griffintown

Ancien berceau de la révolution industrielle canadienne, Griffintown renaît actuellement à une vitesse fulgurante. Après la fermeture du Canal de Lachine en 1970, les entreprises  l’avaient quitté, sa population ouvrière aussi. Mais depuis quelques années, les projets immobiliers attirent de nouveaux résidents, qui ont besoin de commerces et de services de toutes sortes… La roue se remet à tourner pour cet ancien quartier presque déserté.

On pourrait penser que Griffintown est unique, mais il s’inscrit en fait dans une longue liste de quartiers qui, partout dans le monde, sont en train de vivre une transformation semblable. De Canary Wharf (Londres) à Barangaroo (Sydney), en passant par Confluence (Lyon), les Docks de l’Est (Amsterdam), Long Island City et DUMBO (New-York); tous ces quartiers que j’ai visités étaient autrefois remplis d’entrepôts et d’industries qui prospéraient dans une zone portuaire. Et tous, pour une raison ou une autre, ont vécu un déclin qui en fit des zones quasi-abandonnées. Un déclin qui força tout le monde à leur imaginer un avenir plus radieux. Partout, les nouveaux édifices à l’architecture quelquefois audacieuse se mirent donc à pousser, de nouvelles entreprises s’installèrent, des places publiques et des parcs furent aménagés, et la vie reprit de plus belle…

Dans Griffintown, le mouvement de conversion commença il y a quelques années. Beaucoup le critiquèrent au début, les intervenants publics et privés durent s’ajuster. Mais force est de constater aujourd’hui que le tableau n’est pas si sombre que prévu, peut-être justement grâce aux critiques qui ont su mettre en lumière les lacunes et les défauts à corriger.

En effet, tout le monde avait peur que Griffintown devienne un quartier dortoir, sans vie. Mais il y a maintenant des commerces et des services le long de la rue Peel et de l’effervescente rue Notre-Dame Ouest. Certains résidents commencent même à se plaindre du bruit tellement ça fête dans certains coins… Avec l’École de Technologie Supérieure (ÉTS) qui déploie sa dizaine de pavillons, il y a des jeunes partout, ça vibre, ça bouge. Quatre universités montréalaises et des startups se sont même jointes au mouvement pour transformer Griffintown et les quartiers adjacents en véritable Quartier de l’Innovation: une initiative soutenue financièrement par la Ville et les différents gouvernements afin de stimuler à la fois la recherche, la formation et les nouvelles industries; sans pour autant négliger les dimensions sociales et culturelles. D’ailleurs, côté culturel, on retrouve maintenant plusieurs galeries d’art et espaces d’exposition surprenants, dont l’Arsenal pour les amoureux d’art contemporain.

Tout le monde, aussi, avait peur que Griffintown soit envahi d’immeubles à condos tous pareils, qui effaceraient l’histoire ouvrière du quartier. Mais en se baladant, on réalise que contrairement à certains quartiers de la ville où des secteurs complets alignent les maisons de ville identiques, ici, chaque projet est unique. Les projets certifiés LEED se multiplient, dont un qui possède même une des plus grosses structures en bois massif au monde. Certains intègrent habilement d’anciens bâtiments résidentiels ou industriels. D’autres font des clins d’oeil au passé en proposant une murale historique ou une architecture qui fait référence aux anciens occupants des lieux. Un peu partout, des panneaux éducatifs expliquent l’histoire des lieux, les résultats des fouilles archéologiques sont exposées, et des parcs rappellent l’existence des vieux bassins du premier port de la ville.

D’ailleurs, on avait peur que le quartier souffre de l’absence de parcs. Eh bien en plus de ceux qui remplacent les anciens bassins, trois autres seront bientôt aménagés le long de la rue William. Sans oublier le parc du Faubourg Sainte-Anne et, surtout, le plus long parc linéraire de la ville (14 km) dont une importante section borde le quartier, au Canal de Lachine!

Certes, le quartier n’est pas parfait. Malgré l’effort déployé pour intégrer des logements abordables et bâtir des résidences universitaires, l’offre d’habitations s’adresse avant tout aux mieux nantis. Plusieurs restos coûtent cher, aussi, et on ne trouve toujours pas d’école pour répondre aux besoins des familles. Mais au-delà des critiques sombres, la visite du quartier permet de constater que la réalité est plus nuancée. Alors que tout le monde a son opinion sur Griffintown, souvent sans jamais y avoir mis les pieds, je t’invite à le parcourir d’un bout à l’autre pour te faire ta propre idée. Un parcours fascinant qui te permettra de saisir un instantané de ce quartier en cours de transformation. Bienvenue dans Mes Quartiers, bienvenue dans… Griffintown!

Voici ta carte:

clique pour agrandir!

1) La station de métro Georges-Vanier

Ton aventure débute à la station de métro Georges-Vanier (ligne orange). En descendant du train, tu remarqueras sûrement les lignes et les ronds d’un bleu riche, qui contrastent avec les murs gris foncé: ils ont été intégrés à la station par l’architecte.

Sors de la station et tourne à droite pour atteindre le boulevard Georges-Vanier qui se trouve derrière l’édicule.

Tu commences ton circuit dans la Petite-Bourgogne, le quartier voisin de Griffintown, car ce dernier ne possède aucune station de métro. Tu devras donc marcher quelques coins de rue pour l’atteindre… Mais cela te donnera l’occasion de découvrir des lieux inusités que tu n’aurais pas vus autrement! 🙂

Tourne à gauche (sud) sur Georges-Vanier.

Si tu as déjà parcouru mon itinéraire de la Petite-Bourgogne, tu reconnaîtras ce boulevard. Au deuxième coin de rue, en tournant la tête vers la droite (ouest), tu te souviendras sûrement de la petite rue Coursol, une des plus belles du quartier. Les petites maisons colorées et leurs vieilles corniches se juxtaposent et offrent un tableau digne des plus belles rues du Plateau Mont-Royal.

Puis, sur le boulevard Georges-Vanier, les portiques et les escaliers colorés se succèdent.

Plus loin, au coin de l’avenue Lionel-Groulx, tu rencontres une murale produite par MU. Elle rend hommage à Oliver Jones, le célèbre pianiste de jazz qui a grandi dans le quartier.

Tourne à gauche (est) sur Lionel-Groulx, puis à droite (sud) sur la rue Canning.

2) Les cours cachées de la Petite-Bourgogne

La rue Canning possède bien quelques maisons à l’architecture intrigante…

Mais ce que je t’amène voir se trouve derrière! Après quelques pas du côté est de la rue, avant même d’atteindre la première maison, tu ne dois pas manquer ce sentier très discret qui s’enfonce sur ta gauche:

Il débouche sur le parc de l’Association-Eurêka. Entouré de maisons, ce dernier ressemble davantage à une cour cachée qu’à un grand parc public! Je t’invite donc à être respectueux des voisins en ne faisant pas trop de bruit… 😉

Tourne immédiatement à droite.

En longeant discrètement les cours arrières des résidents, tu aperçois un petit pont au centre du parc. L’environnement planté d’arbres est plutôt bucolique…

Avant de sortir de la cour, un embranchement te permet de tourner à gauche (vers l’est):

Qui aurait cru qu’un tel endroit existait?

Sors du parc (direction est) en suivant le sentier jusqu’à la rue Chatham. Traverse cette dernière puis poursuis juste en face sur le sentier qui s’enfonce vers une autre cour arrière.

Un nouveau parc s’ouvre alors à toi: le parc Herbert-Brown-Ames. Et encore une fois, tu te retrouves derrière les maisons! Tu comprends alors que c’est un véritable petit réseau de sentiers et de cours cachées qui a été aménagé dans ce secteur méconnu de la Petite-Bourgogne, rendant la vie beaucoup plus agréable pour les résidents du coin…

Traverse le sentier en ligne droite (direction est) pour atteindre la rue des Seigneurs, puis poursuis juste en face, de l’autre côté de la rue.

Ce dernier sentier te fait cette fois passer derrière le Centre Sportif de la Petite-Bourgogne, où tu trouveras d’ailleurs des toilettes publiques, si tu en as besoin avant de continuer ton chemin.

Une fois le Centre dépassé, tu tombes sur l’arrière de l’ancienne église Saint-Jacques: une autre petite perle du quartier. Pourquoi? C’est ce que tu sauras dans quelques instants… 😉

Suis le chemin qui passe entre l’église (à gauche) et les habitations (à droite) pour déboucher sur la rue Richmond. Arrête-toi quelques instants devant l’église.

3) Une église transformée

L’église Saint-Joseph est bien particulière. Ouverte en 1862, elle a été construite selon les plans de Victor Bourgeau. Elle ne résista cependant pas à la baisse d’achalandage des lieux de culte chrétiens observée au Québec ces dernières décennies. Comme je te l’expliquais dans mon Top 15 des plus belles églises converties à Montréal, plusieurs églises ont été récemment démolies ou vendues, faute de financement. D’autres, par contre, ont été transformées, que ce soit en bibliothèque, en centre de la petite enfance, en immeuble résidentiel ou en salle de spectacle. C’est le cas de l’église Saint-Joseph, qui est devenue le Salon 1861.

À l’extérieur, son aspect néo-gothique a été conservé…

Mais à l’intérieur, les bancs ont été retirés pour dégager un grand espace servant de salle de réception et d’exposition!

Les peintures à caractère religieux qui ornaient la voûte, le choeur et le plafond des tribunes latérales ont disparu. Seuls les motifs floraux du décor original de Toussaint-Xénophon Renaud ont été conservés.

Par contre, la chaire…

…les vitraux latéraux…

…et les tuyaux de l’orgue sont encore en place. Cette église est devenue un lieu de rencontre et d’échange pour les universités, les entrepreneurs, les citoyens et les organismes bénévoles. Par son nom même, le Salon 1861 rappelle à la fois les Salons français du XVIIIième siècle où les bourgeois se réunissaient pour échanger des idées; et  l’année (1861) où débuta la construction de l’église Saint-Joseph. Un beau rappel historique pour ce nouveau laboratoire de culture urbaine…

Tourne à droite (sud) sur la rue Richmond, puis marche jusqu’à Notre-Dame Ouest.

4) La rue Notre-Dame et ses restos-bars branchés

Les Montréalais qui ne visitent pas souvent l’arrondissement du Sud-Ouest ne le savent peut-être pas, mais la rue Notre-Dame Ouest est en train de se tailler une place parmi les plus importantes rues commerciales de la ville. Peut-être pas pour les boutiques de marques internationales, mais certainement pour les petits restos, les bars, les galeries d’art et les commerces de proximité. De Griffintown à St-Henri, en passant par la Petite-Bourgogne, il y a bien quelques coins de rue avec moins d’intérêt, le temps de franchir un viaduc ici ou une zone industrielle là. Mais l’intérêt reprend vite, comme je te l’ai montré dans mes itinéraires qui traversent ces quartiers. C’est d’ailleurs sur Notre-Dame Ouest que Justin Trudeau et Barack Obama ont tenu leur souper décontracté en tête à tête l’an dernier, au Liverpool House… Et ce n’est pas pour rien!

Parmi les petits trésors de l’artère commerciale, on trouve notamment, coin Richmond et Notre-Dame, la Boucherie Grinder. C’est ma préférée à Montréal… et sûrement une des plus originales.

En effet, elle a aménagé sa chambre froide autour de son commerce. De telle sorte que ses pièces de viande sont exposées directement dans les vitrines! Tout un spectacle… Que tu peux voir de plus près en traversant la rue Notre-Dame.

Traverse la rue Notre-Dame du côté sud, puis tourne à droite.

Sur le coin sud-ouest, l’ancien édifice de La Poste est maintenant occupé par un espace d’exposition privé consacré aux arts visuels. La visite est gratuite, alors ne t’en prives pas! Cela te permettra en même temps de découvrir l’intérieur entièrement restauré… Mais si les portes sont closes, tu peux au moins apprécier l’oeuvre de bronze du sculpteur québécois Jean-Pierre Morin -Entre terre et ciel- qui se trouve à l’extérieur. Haute de 4 mètres, la sculpture aux formes organiques fait partie du paysage de la rue Notre-Dame depuis 2016…

Juste à côté, le Restaurant Grinder étale sa magnifique terrasse sur rue, verdoyante à souhait.

À l’intérieur, le décor est à la fois vintage et moderne. Le cuir, le bois, le verre et les tuyaux métalliques apparents se mêlent pour créer une ambiance à la fois chic et chaleureuse. Sur le côté, l’ancienne cour intérieure est occupée par le comptoir du bar…

Appartenant au même propriétaire que la boucherie du même nom, sans oublier le restaurant Le Hachoir coin Mont-Royal et St-Denis, le Grinder change complètement l’ambiance comparativement au temps où on trouvait ici un antiquaire… Si tu reviens le soir, tu constateras que c’est la frénésie sur le trottoir, quelque chose que tu ne penserais jamais trouver dans ce coin de la ville, si tu n’y as jamais mis les pieds!

Poursuis ta marche vers l’ouest.

Au coin de la rue Saint-Martin, le Meatball House t’offre lui aussi une belle terrasse.

À l’intérieur, tout est blanc: les murs, les tables, les chaises…

On y commande une série de petites assiettes…

…composées de boulettes de toutes sortes (boeuf, porc, tilapia, poulet, agneau…) servies dans des sauces variées! Un concept original… et on se régale! 🙂

De l’autre côté de la rue Saint-Martin, on trouve le Bird Bar.

Le resto-bar est spécialisé dans le poulet frit, mais on y aime particulièrement… les déjeuners! Les assiettes sont en effet copieuses: tu n’auras plus faim après, c’est promis! 😉 Vois par toi-même: ici à gauche, la salade de melon d’eau, menthe et fêta; et à droite, le bénédictine à l’effiloché de boeuf accompagné d’une sauce hollandaise au bourbon!

Au coin suivant, il ne faut pas manquer l’ancien édifice de la Banque de Montréal. Construit en 1895, son revêtement de grès rouge en fait un des immeubles phare du quartier.

Ses pignons de style hollandais, ornementés de sculptures, sont particulièrement intrigants!

Traverse du côté nord de la rue Notre-Dame pour prendre du recul et mieux voir l’édifice. Puis poursuis ta marche vers l’ouest en longeant le parc.

Cette année, le parc des Meubliers a été transformé en galerie d’art à ciel ouvert: la Galerie Connexe. En mai, 10 artistes ont produit en direct 19 oeuvres qui sont encore exposées jusqu’en octobre. Une belle initiative de la SDC-Quartiers du Canal et des galeristes qui en sont membres.

Et jusqu’à récemment, on trouvait également ici  l’Éléphant Spatial (1980), une oeuvre de Salvador Dali! Plus préciséement, une des huits copies du bronze original de l’artiste surréaliste. Évaluée à 3,6 millions de dollars, l’oeuvre prêtée à l’Arrondissement par le propriétaire de la Galerie Griffintown située juste en face, symbolisait à la fois la pesanteur qui nous retient au sol (la lourdeur de l’éléphant) et la légèreté qui nous attire vers l’espace (les pattes de l’éléphant et l’obélisque qui s’allongent vers le ciel)… Espérons qu’une autre oeuvre la remplacera dans les prochaines années, car on a beaucoup apprécié celle-là! 🙂

Marche jusqu’au coin de la rue Canning puis traverse du côté sud de la rue Notre-Dame.

Il faut dire que l’art est définitivement présent dans le quartier… En plus des différentes galeries et des oeuvres exposées dans le parc des Meubliers, on trouve l’Arsenal. Si tu aimes l’art contemporain, je t’invite fortement à visiter la galerie, car elle ne se trouve qu’à un coin de rue d’ici: tu peux voir son entrée au fond du stationnement, à l’extrémité sud de la rue Canning. On y trouve des expositions d’envergure, qui prennent place dans un ancien chantier naval (1853-1950) de 80 000 pieds carrés. Comme les espaces sont immenses et dégagés, de grandes oeuvres peuvent être exposées, ce qui fait que même s’il est moins connu que le Musée d’Art Contemporain de Montréal, l’Arsenal étonne tout autant!

Reviens sur tes pas en marchant vers l’est sur Notre-Dame.

Tu croises assez vite le Spanel, qui tient son nom d’un terme breton qui désigne la spatule servant à tourner les crêpes. Car oui, on y sert des crêpes, et de très bonnes en plus!

Le petit restaurant aux airs français (le propriétaire est Breton) possède une agréable cour arrière où on prend plaisir à explorer la carte très étendue des crêpes, omelettes et galettes au sarrasin. Ces dernières portent même le nom des différents quartiers de Montréal: la Pointe-Saint-Charles, la Villeray, la Mile-End… Évidemment, le blogue Mes Quartiers aime ça! On se demande pourquoi… 😉

Marche jusqu’à la rue des Seigneurs et tourne à droite (sud) sur celle-ci.

5) Les écluses Saint-Gabriel et la Pointe-des-Seigneurs

Après avoir bien mangé, il est temps pour toi de découvrir le Canal de Lachine. À tout le moins, sa section qui traverse Griffintown…

Descends la rue des Seigneurs jusqu’au coin de la rue Basin, puis tourne à droite (ouest). Tu verras alors ces immeubles à condos. Passe entre les deux:

Aujourd’hui, les tours à condos Le Canal s’élèvent dans les airs. Mais il y a 200 ans, on trouvait ici une succession d’usines bordant le Canal de Lachine, qui profitaient du débit d’eau créé par les écluses Saint-Gabriel pour s’alimenter en énergie hydraulique.

Les usines fabriquaient des chaussures, des clous, du carton, des lainages, des outils et de la machinerie agricole… L’eau était ensuite évacuée dans un canal de fuite se trouvant sous l’actuelle rue Basin, pour finalement retourner plus loin dans le Canal de Lachine. Des panneaux ont été disposés le long du chemin pour t’expliquer tout cela et bien plus encore…

Suis le sentier qui passe entre les condos en direction du pont de la rue des Seigneurs, que tu aperçois devant toi. Mais ne l’emprunte pas: tourne plutôt immédiatement à gauche (est) pour suivre le chemin en pente qui t’amène sur le bord des écluses.

Te voilà rendu aux écluses Saint-Gabriel! Il existe en fait cinq écluses, le long des 14 km du Canal.

À partir de 1825, les bateaux s’en servaient pour contourner les rapides de Lachine et poursuivre leur route vers les Grands Lacs. Mais après l’ouverture de la Voie Maritime du Saint-Laurent, beaucoup plus large et profonde, le Canal de Lachine perdit son utilité. Sa fermeture en 1970 marqua le déclin des industries et des quartiers ouvriers qui le bordaient…

Au 21ième siècle, le Canal se trouva cependant une nouvelle vocation. Avec sa réouverture à la navigation de plaisance en 2002, les quartiers autour attirèrent davantage de développements immobiliers et l’ancien secteur industriel se tourna essentiellement vers l’habitation. Tu as pu le constater si tu as suivi mes itinéraires de la Petite-Bourgogne, de Saint-Henri et de Pointe-Saint-Charles.

Tu peux prendre le temps d’aller au centre du Canal pour observer les écluses. Mais avant de partir d’ici, tu dois absolument jeter un oeil sur le terrain vacant et clôturé qui borde les écluses au nord: c’est la Pointe-des-Seigneurs!

Enserrées entre le Canal de Lachine et le canal de fuite qui se trouve derrière, différents types d’usines étaient établies ici: une minoterie, une tonnellerie, une fonderie, une fabrique d’outils aratoires, etc. Tu peux observer certaines de leurs anciennes fondations. Des panneaux t’expliquent d’ailleurs les trouvailles archéologiques faites sur place, notamment celles de l’ancienne maison de l’éclusier. C’est fascinant, au point où on se demande ce qui sera fait pour mieux mettre en valeur ce site! Après tout, ne représente-t-il pas un des plus vieux pôles industriels en Amérique du Nord?

Marche vers le bout de la Pointe-des-Seigneurs (est) et traverse le pont.

Te voilà en train de découvrir l’ancien canal de fuite des usines! Cette partie, à l’est de la rue des Seigneurs, n’a pas été remblayée, au grand plaisir de la faune qui y a trouvé refuge…

6) Les anciens et les nouveaux bassins

Après avoir longé le Bassin no.4, tu atteins la Place des Bassins. Les promeneurs aiment s’y assoir, même aux premiers jours du printemps, lorsque les glaces ne sont pas encore fondues.

On peut y observer l’ancienne raffinerie Redpath, transformée en immeuble d’habitations…

…et les grimpeurs qui escaladent les silos où elle entreposait autrefois son sucre. Les voies d’escalade d’Allez Up sont les premières sur silos au pays et les plus hautes sur une structure artificielle!

Cela dit, de mai à septembre 2018, on trouve exceptionnellement à la Place des Bassins quelque chose de bien spécial: la Station F-MR! La place publique éphémère, composée des anciens wagons de métro de la ville (les MR-63), est en fait un projet pilote en vue de l’éventuelle construction, sur un autre site du quartier, d’un complexe permanent qui sera dédié à la culture montréalaise…

Les wagons ont été transformés en scène, en café…

…en boutique design…

et en galerie d’art dont les expositions changent au fil du temps.

Le wagon-café permet de réaliser un rêve d’enfant…

Monter à bord de la loge de l’opérateur! 🙂

D’anciens bancs de métro sont éparpillés ci et là sur le site…

…où on trouve des jeux pour s’amuser et différents espaces pour se reposer tout en contemplant le Canal!

Juste après la Place des Bassins, un sentier s’ouvre sur ta gauche (nord). Emprunte-le.

La passerelle te permet de pénétrer dans un bassin de bio-rétention comprenant 24 000 plantes indigènes… Ce dernier fait partie du parc du Bassin-à-Gravier, qui commémore l’emplacement d’un des quatre anciens bassins (le no.3) du premier port intérieur de Montréal qui se trouvait ici!

Au bout, le parc se poursuit de l’autre côté de la rue Basin. Muni de jeux pour enfants, il a été conçu pour faire une place aux familles. La vue qu’il offre sur les plus récents grattes-ciel du centre-ville est impressionnante!

Tourne à droite (est) sur la rue Basin.

La rue, complètement neuve, permet de jeter un regard sur les nouveaux développements immobiliers de Griffintown. Dans quelques instants, tu te promèneras au coeur de ce secteur, le plus dense du quartier. Mais pour l’instant, je te ramène au bord du Canal de Lachine, car j’ai encore quelques attractions à te faire découvrir… 🙂

Marche jusqu’au premier immeuble à condos: les Bassins du Havre. Puis tourne à droite sur l’Allée des Charbonniers qui longe les cours privées des résidents.

De retour sur le bord du Canal de Lachine, tu aperçois au loin l’icônique enseigne Five Roses et l’ancien pont tournant.

Quelques pas de plus te permettent d’entrevoir le bassin privé du développement immobilier des Bassins du Havre. Les résidents du rez-de-chaussée ont une terrasse qui donne directement sur le plan d’eau rappelant encore une fois la présence des bassins du premier port intérieur de Montréal.

Les arbustes ont poussé avec les années, alors la vue est maintenant partiellement cachée. Mais voici une photo prise à partir de l’autre extrémité du plan d’eau:

La vue sur le centre-ville est spectaculaire!

Continue de longer le Canal vers l’est et passe sous le pont de la rue Wellington. Fais attention aux vélos car tu partages la voie avec eux pendant un moment…

7) Le pont tournant et la tour Wellington

De l’autre côté, tu tombes sur l’ancien pont ferroviaire pivotant du Canadian National (1912) qui n’a servi que pendant 18 ans. La restructuration des chemins de fer autour, à l’époque de la construction de la Gare Centrale, le rendit inutile.

Juste à côté, on construisit une tour d’aiguillage (1943) pour gérer les déplacements des trains sur les 21 voies ferrées ainsi que le nouveau pont levant qui remplaça le pont tournant. Mais la tour Wellington devint elle aussi obsolète lorsque le traffic ferroviaire et maritime du secteur chuta avec l’ouverture de la Voie Maritime du Saint-Laurent et l’abandon du Canal de Lachine.

Aujourd’hui, la tour est vidée de ses équipements et on promet sa transformation en incubateur culturel consacré à l’urbanité. Ateliers Créatifs Montréal et Production WeArt ont en effet remporté le concours organisé par la Ville afin de convertir l’ancien lieu patrimonial en espace culturel comprenant des ateliers, une galerie d’art et un espace de restauration. Cependant, la construction future du Réseau Express Métropolitain (REM) vient brouiller les cartes. Une des lignes passera au-dessus du Canal, en empruntant une emprise ferroviaire voisine de la tour Wellington. Les travaux de restauration prévus pour cette dernière sont donc présentement suspendus…

En attendant de voir ce qu’il adviendra de ce beau projet, tu peux toujours profiter de l’aménagement de la promenade Smith qui longe la tour. Des jets d’eau ont été installés et la vue sur l’ancien pont tournant est plutôt surprenante avec le recul…

Quitte le Canal de Lachine en tournant à gauche pour traverser le nouvel espace public. Une fois les jets d’eau passés, tourne immédiatement à gauche sur la première rue qui se présente à toi: la rue Murray.

Je te préviens tout de suite: il se peut très bien qu’au moment de ton passage, la rue Murray ressemble encore à un véritable chantier. Je l’ai photographiée en juillet dernier pour que tu saches à quoi t’attendre:

Mais il faut vraiment passer par là pour atteindre ton prochain objectif! De toute façon, c’est Griffintown: alors longer des terrains en chantier fait partie de l’expérience typique du quartier 😉

Au prochain coin de rue, décalle un peu à gauche sur Wellington pour rejoindre le passage piéton où un feu de circulation te permettra de traverser de façon sécuritaire. Tu vois le parc de l’autre côté? C’est là que je t’amène! Franchis la rue Wellington et enjambe la rue de la Montagne pour pénétrer dans le parc.

8) Le parc du Faubourg Sainte-Anne

Ici se trouvait autrefois la deuxième plus vieille église catholique anglophone de Montréal: l’église Sainte-Anne (1854-1970). À tes pieds, tu peux observer les fondations de ce qui fut longtemps un point de rencontre important des ouvriers irlandais montréalais, fortement présents dans le quartier.

En faisant le tour des ruines, on suit les anciens murs et on s’imagine assez bien l’église qui s’élevait ici. D’ailleurs, les bancs du parc ont été placés en deux rangées, tous orientés dans la même direction, pour rappeler la disposition des bancs de l’ancien lieu de culte!

Pour la préservation des anciennes fondations et son originalité dans la façon de rappeler l’histoire des lieux, le parc du Faubourg Sainte-Anne s’est d’ailleurs mérité une place dans mon Top 15 des parcs inusités de Montréal

Sa visite est d’autant plus fascinante que les deux pieds dans le parc, au milieu des ruines, tu peux te tourner vers la rue de la Montagne et observer les nouveaux développements immobiliers. Des anciens murs d’église aux nouveaux murs du Brickfields qui s’élèvent juste en face, le parc permet de faire le lien entre le passé et le futur de Griffintown. Après avoir visité les écluses, la Pointe-des-Seigneurs, le Pont Tournant, l’ancienne tour d’aiguillage et les ruines de l’église Sainte-Anne, je t’invite maintenant à découvrir les nouveaux développements du quartier, son architecture et ses sculptures contemporaines!

Retourne sur la rue de la Montagne et suis-la vers le nord.

9) Les nouveaux développements

Il faut tout d’abord te parler du Brickfields. La nouvelle tour aux lignes contemporaines s’élève en effet au-dessus d’immeubles patrimoniaux reconstruits dans le style qu’on leur connaissait dans les années 1850. Mais aussi, et surtout, tu remarqueras à gauche une petite maison adossée au Brickfields: c’est la maison Keegan. De style anglo-normand, c’est la plus vieille de Griffintown, puisqu’elle a été construite autour de 1825! Afin de la sauvegarder, elle a été déménagée un peu plus loin en décembre 2015 (vidéo) puis réintégrée au projet immobilier en 2017… Tout un défi, qui a nécessité la collaboration de nombreux intervenants.

Juste au nord, le contraste est marquant entre les nouvelles tours d’habitations à l’arrière-plan et le bel ensemble de maisons en rangée datant des années 1880: la coopérative Sainte-Anne. Dans Griffintown, les briques et les paroies vitrées se côtoient plus que jamais!

Mais il n’y a pas que des briques et du verre dans le quartier: il y a du bois! Dépassé la rue Ottawa, en face de l’ancien édifice Kander (1896), se trouve en effet le complexe d’habitations Arbora: une des plus grandes structures faite de panneaux de bois massif lamellés-croisés au monde! Elle est solide, durable, écologique, et son bois provient de Chibougamau, donc du Québec…

Mais de l’extérieur, ce n’est pas le bois du Arbora qui te frappera, mais ses balcons. Les pointes vitrées triangulaires resplendissent au soleil et sont devenues un repère facilement reconnaissable dans le quartier!

Franchis la rue William. Sur le coin, les résidences universitaires de l’École de Technologie Supérieure (ÉTS) prennent la forme d’un édifice en deux tons de gris. En le longeant sur la rue de la Montagne, tu remarques une ouverture dans le bas. Emprunte-la pour accéder à la cour intérieure.

La phase 4 des résidences universitaires de l’ÉTS est spectaculaire! Hautement performant au niveau énergétique et environnemental, l’édifice présente une multitude étourdissante de fenêtres rectangulaires horizontales et verticales…

Traverse la cour intérieure pour déboucher sur la rue Eleanor. Tourne à gauche (nord) sur cette dernière et marche jusqu’à la rue Notre-Dame.

Fait cocasse: en chemin, au-dessus de la rue Barré, les architectes ont dressé une passerelle piétonne dont ils se sont subtilement servis pour relier la phase 4 au système géothermique de la phase 3 des résidences universitaires! Les surplus énergétiques de « l’ancien » bâtiment sont donc transférés au nouveau… Un bon coup qui permet non seulement le va-et-vient des étudiants entre les deux édifices, mais aussi le transfert d’énergie! 🙂

Tourne à droite (est) sur la rue Notre-Dame.

Te voilà en train de découvrir une autre section de la rue Notre-Dame Ouest. Tu trouveras ici tous les services nécessaires pour te restaurer, au besoin: épicerie, dépanneur, restauration rapide. Mais le point d’attraction du coin est la Maison des Étudiants de l’ÉTS que tu es en train de contourner. Elle s’est méritée des prix nationaux et internationaux de design et d’architecture!

Les angles vitrées de l’édifice simulent la glace fissurée, rappelant que sur ce terrain existait autrefois un entrepôt où on taillait la glace coupée sur le fleuve. D’ailleurs, on a choisi des couleurs blanches et cristallines pour le revêtement, ce qui rend la Maison particulièrement belle l’hiver, dans la neige! À l’intérieur, des gradins en béton chauffant montent dans un atrium inondé de lumière naturelle, surplombé d’un plafond de bois aux angles étonnants. N’hésite pas à pousser la porte d’entrée pour aller jeter un oeil: cet édifice n’a pas gagné de prix pour rien! 😉

Tourne à droite (sud) sur la rue Murray et marche deux coins de rue.

Cette section de la rue Murray devrait, à terme, devenir piétonne. Derrière la Maison des Étudiants, une place publique verra bientôt le jour avec, au sud, un nouvel édifice spectaculaire de l’ÉTS (images et explications ICI).

Au coin de la rue Ottawa, si tu es curieux, tu peux faire quelques pas vers l’ouest pour apercevoir… un enclos à chevaux! Il s’agit en fait du Horse Palace, la plus vieille écurie urbaine (1862) encore en usage en Amérique du Nord! Refaite à neuf en 2017, elle ne compte plus que trois chevaux. Mais son gabarit a été conservé ainsi que sa cour. On se demande cependant ce qu’il en adviendra si les tours de calèche sont interdits dans le Vieux-Montréal… À suivre!

Reviens sur tes pas et poursuis vers l’est sur la rue Ottawa.

Au premier coup d’oeil, l’édifice sur ta droite paraît presque banal: sans extravagance apparente, on dirait un immeuble moderniste purement fonctionnel. Mais à force de le regarder, on finit par lui trouver une certaine beauté. Ses longs balcons vitrés parcourent les quatre côtés de façon ininterrompue, ce qui ajoute une touche spéciale aux lignes droites presqu’ennuyeuses de l’édifice. Et lorsqu’on apprend que le Yoo Montréal est inspiré du designer Philippe Starck, on comprend que c’est à l’intérieur que l’extravagance se trouve. Les espaces communs sont, dit-on, à la fois originaux et luxueux…

Juste en face, la caserne no.3 est toujours en opération depuis 1914! Ses éléments en pierre de taille contrastent avec ses parements en briques d’argile, ce qui donne à l’ensemble un style néo-renaissance italienne…

C’est sur le terrain adjacent à la caserne, entre les rues Young et Peel, que l’on envisage de construire le complexe permanent comprenant les vieux wagons de métro MR-63 que tu as vus tantôt. Tu trouveras ICI des esquisses qui montrent que le nouvel espace public pourrait aussi inclure des fontaines, des terrasses commerciales et des arbres, tout en permettant la tenue d’un marché public et de projections de cinéma en plein air. On a hâte de voir tout ça! 😉

Tourne à droite sur la rue Peel et marche jusqu’à la rue Wellington.

Cette section de la rue Peel s’est transformée de façon fulgurante ces dernières années! Des tours ont poussé, une multitude de commerces et de services sont apparus… Aujourd’hui, les longues façades de briques rouges de l’ancien édifice de la Henderson Barwick…

…côtoient les hautes façades vitrées du premier hôtel du quartier: le Alt Montréal. L’ambiance est plus vibrante que jamais!

Tourne à gauche (est) sur Wellington.

Après deux coins de rue, tu passes derrière l’ancien complexe du New City Gas, qui transformait autrefois le charbon en gaz pour éclairer les rues et les édifices de la ville. Il est aujourd’hui devenu une salle de spectacle multifonctionnelle très courue…

Passe sous la voie ferrée. De l’autre côté, une étonnante silhouette blanche se profile devant toi! Rejoins-la en marchant jusqu’au nouveau boulevard Robert-Bourassa.

10) Source, de Jaume Plensa

Il n’y a pas que des nouveaux édifices qui poussent dans Griffintown: il y a aussi des sculptures contemporaines! Inaugurée en 2017, Source symbolise le renouveau de Montréal. L’oeuvre de l’artiste barcelonais Jaume Plensa est monumentale! Elle est composée de lettres tirées de huit alphabets différents, qui représentent la complexité de la ville, la diversité des communautés qui la composent et qui l’ont fondée.

Reliées entre elles comme une dentelle d’acier d’un blanc immaculé, les lettres forment une figure humaine qui s’enracine dans le sol et nous invite à regarder Montréal et sa montagne.

La structure creuse en trois dimensions de 10 mètres de haut, dans laquelle on peut se réfugier, joue sur l’interrelation entre les mots et le corps humain, rappelant les langues dont les humains se servent pour communiquer entre eux.

L’artiste d’envergure internationale reprend souvent, ces dernières années, ce modèle d’humain accroupi, les jambes repliées, à travers ses oeuvres exposées dans le monde. On peut en voir une autre à Montréal, plus petite, sur l’avenue du Musée des Beaux-Arts:

Mais aussi un peu partout dans le Monde, comme celles que j’ai pu voir à Francfort (Allemagne), Antibes (France) et Singapour.

Parfois, Plensa délaisse la structure creuse formée de lettres pour employer plutôt la résine, comme à Bamberg (Allemagne) et Nice (France).

Bref, la nouvelle entrée de ville, large et ouverte, possède une oeuvre à la hauteur de ses ambitions, provenant d’un artiste d’envergure. Mais ce n’est pas tout: car je t’invite maintenant à marcher vers une deuxième oeuvre qui ne laisse personne indifférent…

Traverse la rue Wellington en direction du centre-ville (nord). Poursuis ton chemin au centre du parc.

11) Dendrites et le parc du boulevard Robert-Bourassa

Il y a quelques années, une autoroute bétonnée et surélevée prenait place ici. La Ville décida de la jeter à terre pour la remplacer par un long parc de 700 mètres, reléguant la circulation routière de part et d’autre du nouveau boulevard Robert-Bourassa. 300 arbres ont été plantés et un large sentier ouvre une perspective dégagée sur le centre-ville. Des bancs publics et des chaises longues en bois permettent de s’assoir et de prolonger l’expérience. Quel panorama!

Comme le changement est récent, peu de Montréalais ont encore mis les pieds ici. Mais on en voit déjà de plus en plus explorer le parc, promener leur chien ou prendre des photos. Le parc est en quelque sorte devenu un genre de rambla, une promenade étonnamment agréable au milieu d’un boulevard.

Parmi les arbres plantés, il y en a cependant deux qui ne sont pas comme les autres. Tu les découvriras en parcourant la promenade jusqu’à son extrémité nord…

Traverse les rues Ottawa et William en marchant toujours au milieu du boulevard. Tu atteindras bientôt le bout du parc.

De part et d’autre de la rue Notre-Dame s’élèvent de surprenants arbres artificiels. Il s’agit en fait d’une oeuvre d’art appelée Dendrites!

Dendrites, c’est le nom des ramifications des neurones responsables de la stimulation cérébrale. L’oeuvre, qui prend la forme d’immenses arbres, possède différents escaliers ouverts au public. Les passants prennant plaisir à les gravir. On se surprend même à avoir un peu le vertige, une fois au bout des branches, au milieu des spirales d’acier… 😉 Par leur matériau même, ces dernières font un clin d’oeil à l’histoire industrielle du quartier…

Dendrites est décidément une oeuvre à explorer, amusante et intrigante… D’ailleurs, lors d’une de nos visites de l’oeuvre, nous avons surpris son auteur, Michel de Broin, en train de s’amuser… au sommet de son art 😉 Dendrites était alors en cours d’installation, sous la surpervision active de l’artiste montréalais.

Nous sommes bien heureux qu’il nous ait offert ces étonnants escaliers… Le dernier qu’il nous avait concocté, une spirale sans fin appelée Révolutions, était inaccessible. Les lecteurs qui ont parcouru mon itinéraire du Quartier Sainte-Marie s’en rappelleront… Nous ne pouvions que nous imaginer tenter de gravir les marches, alors que cette fois-ci, l’escalade est réellement possible. L’artiste pousse ainsi plus loin notre interaction avec ses oeuvres…

Tourne à droite (est) sur Notre-Dame Ouest, puis à gauche (nord) sur le boulevard Robert-Bourassa. Monte jusqu’au coin de rue suivant puis tourne à droite (est) sur la rue St-Jacques. Marche jusqu’au Square Victoria.

12) Le Square Victoria

Te voilà rendu au Square Victoria et à sa station de métro. Tu peux te reposer sous les arbres, au bord des jets d’eau… Tu le mérites bien! 😉

C’est ici, en octobre et novembre 2011, que s’entassaient les nombreuses tentes du mouvements Occupons Montréal… Mais ça, c’est une autre histoire, que je te raconterai si tu lis mon itinéraire du Vieux-Montréal (secteur ouest). Car oui: ton circuit d’aujourd’hui se termine là où un autre commence. Comme quoi il y a toujours quelque chose à découvrir à Montréal… 😉

Entre dans l’édicule de la station de métro Square-Victoria-OACI (ligne orange) pour revenir chez toi.

**********

J’espère que tu as aimé ton aventure! Il faudra revenir dans Griffintown dans quelques années pour voir comment le quartier évolue, ou dans quelques semaines pour profiter à nouveau de ses resto-bars et de son agréable parc le long du Canal de Lachine 🙂 Ça vaut la peine: le quartier évolue tellement vite, comme le montrent les photos avant/après du blogue C’est toi ma Ville…

En attendant, d’autres itinéraires t’attendent pour te faire passer de belles journées de découverte aux quatre coins de l’île de Montréal… N’hésite pas à explorer le menu de mon blogue: tu seras surpris de la quantité de circuits que je te propose. La vie est trop courte pour passer tout ton temps dans le même quartier: n’hésite pas à jouer au touriste dans ta propre ville et à partir à la découverte des quartiers que tu ne connais pas. L’île de Montréal a 35km de long et 15km de large: si tu savais tout ce qu’elle cache! 😉

Tu peux aussi t’abonner à Mes Quartiers, pour être averti(e) lorsque de nouveaux articles sortiront! D’ici là, je te souhaite de profiter de Montréal à fond!

À bientôt! 🙂

La page Facebook de Mes Quartiers, tenue conjointement avec le blogue C’est toi ma Ville: deux façons de découvrir encore plus Montréal!

Advertisements

8 avis sur « Griffintown »

  1. Merci pour votre travail, j’ai presque tout fait vos circuits et c’est toujours un plaisir avec des découvertes agréable .
    J’aime beaucoup lorsque vous indiquez ex( tournez à gauche ou droite ) au coin de telle rue et non juste (est,ouest,sud ou nord) n’ayant pas le sens d’orientation parfois me complique les choses .
    Je remarque que ce circuit c’est bien inscrit, je vais le faire bientôt .
    Je suis bénévole pour un groupe de Marche , et vos circuits me sont très utiles .
    Les gens sont contents de découvrir de nouveaux quartiers, Ils sont bien fait , félicitations .
    Merci encore pour votre travail et de le partager.
    Solange Aubin

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour Solange,
      Merci pour votre commentaire constructif: je vais essayer d’en tenir compte le plus possible dans ma façon d’écrire!
      J’ai de plus en plus de commentaires de lecteurs qui disent se servir de mes itinéraires pour des groupes de marche, je suis agréablement surpris! Je suis heureux que mes textes aident les gens à s’aventurer dans des quartiers qu’ils ne connaissent pas beaucoup: il y a tellement à découvrir à Montréal et ça permet de passer des journées complètes d’excursion pas loin de chez soi!
      Je vous souhaite de belles promenades! 🙂

      J’aime

  2. Absolument fascinant! Je ne soupçonnais pas que ce coin de Montréal a subi tant de transformations et, surtout, des transformations époustouflantes de réussites architecturales et environnementales. En lisant ce parcours et en regardant les photos, j’avais nettement l’impression de me retrouver dans un quartier spectaculaire d’une ville européenne. Un parcours que j’espère bien pouvoir faire un jour… Notez que j’irais sans doute en quelques étapes, parce que je trouve que, d’un seul élan, c’est beaucoup et je veux avoir le temps de vraiment savourer! Bravo et merci pour ces découvertes étonnantes! Décidément, ces blogues sont incontournables!

    Aimé par 1 personne

    • Je dois vous prévenir qu’il y a encore beaucoup de terrains vagues ou en chantier dans le quartier… Mais j’ai essayé de concocter un circuit qui maintient l’intérêt tout au long de la marche 🙂 On peut faire et refaire cet itinéraire à 6 mois d’intervalle et découvrir plein de changements d’une fois à l’autre, tellement ça bouge vite… !

      J’aime

  3. Message pour M. Gilles Beaudry :

    Bonjour M. Beaudry, Merci beaucoup pour vos liens. Ils sont très intéressants. Vous serait-il possible de publier les itinéraires existants ou les futurs nouveaux itinéraires en version pdf sans photo afin de pouvoir l’imprimer pour amener avec nous pendant la visite, comme l’itinéraire de Westmount? Merci beaucoup !

    Hoye-Mane

    J’aime

    • Suite à la demande d’autres lecteurs, j’avais effectivement fait le test avec Westmount. Mais je n’ai jamais eu le temps de convertir d’autres itinéraires… C’est un processus qui est long et le pdf est à recommencer chaque fois que je fais la moindre correction dans mes textes sur mon blogue… Mais merci pour la suggestion: je compte mettre tous mes itinéraires à jour dans deux ans, en retournant sur le terrain pour voir ce qui a changé, alors ce sera peut-être l’occasion de faire des pdfs à ce moment-là (tant qu’à tout refaire!) 😉
      Bonne journée!

      J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s