Quartier Bois-Franc

Peu de gens sauraient dire où se trouve ce quartier de Montréal. Et c’est normal: il n’existait pas il y a 30 ans! À la fin des années 80, alors que Saint-Laurent était une ville, Bombardier y possédait un terrain de 20 millions de pieds carrés, laissé vacant suite à la fermeture de l’aéroport de Cartierville et de l’usine de construction d’avions de Canadair. C’est sur ce terrain que fut levée la première pelletée de terre qui, en août 1993, donna naissance au Quartier Bois-Franc. Aujourd’hui, plus de 10 000 personnes y vivent…

Mais qui visite ce quartier? Personne. Et pourtant, c’est ce que je t’invite à faire aujourd’hui! Car ce qui ressemble à première vue à un dortoir de banlieue ne l’est vraiment pas… En effet, afin de mener à bien ce développement résidentiel, Bombardier Services Immobiliers engagea la firme Daniel Arbour et Associés, dont le directeur du design urbain était alors l’architecte américain Louis Sauer. Ce dernier, chargé de dessiner le plan d’urbanisme qui serait présenté à Ville Saint-Laurent, était fasciné par les sciences sociales et l’impact de l’architecture sur la façon dont la population s’approprie un territoire. Il ne voulait pas dessiner un banal développement de banlieue, mais quelque chose de bien urbain. S’inspirant de villes comme Amsterdam (Pays-Bas) et Savannah (États-Unis), il imagina un quartier où on trouverait de nombreuses places et placettes publiques, des plans d’eau, des squares, des parcs. Autant de lieux où les résidants pourraient flâner, se rencontrer, et profiter de la nature en pleine ville. Un quartier où on trouverait des milliers d’arbres, où les fils électriques et les câbles seraient enfouis sous terre, où il n’y aurait aucune entrée de garage visible de la rue… Un quartier où on trouverait des trottoirs partout afin de favoriser les déplacements à pied.

Le plan original évolua avec le temps, mais ses principes de développement furent visiblement respectés. C’est ainsi qu’aujourd’hui, 17% du quartier est composé d’espaces verts ou bleus. Et dans la plus récente phase de développement actuellement en construction au nord, autour de la gare de trains, ce sera 30%. De telle sorte qu’en passant une journée ici, on découvre des bassins d’eau, des places publiques dotées de fontaines, et même un boisé. Sans oublier une bibliothèque et un centre sportif à l’architecture audacieuse, qui font le bonheur des résidants du coin.

C’est tout cela que je t’invite à découvrir aujourd’hui, en suivant mon itinéraire… Bienvenue dans Mes Quartiers, bienvenue dans… le Quartier Bois-Franc!

Voici ta carte:

1) Le Complexe sportif Saint-Laurent

Ton aventure débute à la station de métro Côte-Vertu (ligne orange). De là, tu dois prendre le bus 171 Henri-Bourassa Ouest et descendre au 9ième arrêt, en face de l’École Saint-Laurent, sur le Boulevard Thimens. Le trajet ne prend que 8 minutes.

le trajet du bus 171 Ouest: monte au métro Côte-Vertu et descends après 9 arrêts.

De là, au-dessus de la petite butte gazonnée, deux étonnants volumes noir et blanc en angle émergent: c’est le nouveau Complexe Sportif Saint-Laurent!

Approche-toi du Complexe pour y jeter un oeil.

Le nouveau Complexe, qui comprend un terrain de soccer, une piscine et un gymnase, prend la forme de plaques tectoniques qui se rencontrent, dégageant une énergie qui rappelle celle des sportifs. Les deux volumes de béton, de verre et d’acier sont impressionnants! Entre les deux, une rampe permet de traverser l’édifice en passant par le toît. Et à l’avant, sur la plaza, on trouve une oeuvre de Mathieu Gaudet intitulée « Les Environs ». Les sept monolithes inclinés donnent l’impression de tourner sur eux-mêmes. Ils sont composés d’acier intempérique (en bas) et inoxydable (en haut). Leurs deux couleurs et leur inclinaison rappellent les deux édifices du Centre sportif.

L’architecte Gilles Saucier nous en met vraiment plein la vue! Le mur incliné s’élève majestueusement dans le ciel…

Et en levant les yeux, on réalise que les avions ne sont jamais loin, dans ce quartier situé à promixité de l’aéroport Montréal-Trudeau!

Ces avions qui défilent l’un après l’autre, en phase d’atterrissage, seront inévitablement un des éléments marquants de ta journée, car tu en verras de toutes sortes: des petits, des gros, et de toutes les couleurs. Les amateurs d’avions et de photos seront ravis. Et les enfants aussi. Car le spectacle est quand même impressionnant pour quelqu’un qui n’habite pas le quartier. Lors de mes premiers pas dans Bois-Franc, je n’arrêtais pas de lever la tête lorsqu’un gros porteur surgissait au-dessus de moi…

Marche vers l’ouest sur le boulevard Thimens, jusqu’au début du sentier qui mène à la bibliothèque, et emprunte-le.

2) La Bibliothèque du Boisé

Le long sentier crée une diagonale à travers des bassins de rétention pour atteindre un autre magnifique édifice: la Bibliothèque du Boisé. Décidément, Saint-Laurent impressionne par son audace architecturale!

Inaugurée en 2013, la bibliothèque a déjà remporté de multiples prix, dont le Grand Prix d’excellence en architecture (2015) de l’Ordre des architectes du Québec. Véritable bâtiment vert, sa climatisation et la presque totalité de son chauffage sont produits par géothermie. À l’intérieur, on trouve le Centre d’exposition Lethbridge, qui présente des expositions gratuites de calibre muséal. Je me rappelle encore aujourd’hui de la première exposition consacrée aux stations de métro de la ligne orange. Chaque station était présentée, ses concepteurs et les artistes qui se cachent derrière leurs oeuvres d’art… Mémorable. Encore dernièrement, une exposition était consacrée à des costumes réalisés par Alfred Pellan!

Au bout du sentier en diagonale, tu peux aller faire un tour à l’intérieur pour voir l’exposition ou jeter un oeil sur la splendeur des lieux, le mobilier, les détails du plafond en bois. Prends note, aussi, que c’est la seule toilette que tu croiseras avant quelques temps… Ensuite, sort par la même porte, retourne vers le boulevard Thimens, et emprunte l’escalier qui monte sur le toît.

Tout comme pour le Centre Sportif que tu as vu tantôt, il est possible de passer par-dessus l’édifice! Un large escalier en bois se présente en effet à toi, avec des bancs publics:

En montant, tu te retrouves au pied d’un immense cube de verre, qui présente des effets intéressants selon l’heure du jour et le soleil qui passe à travers…

Et de l’autre côté, tu découvres un autre élément qui rend cette bibliothèque exceptionnelle: une longue passerelle qui descend vers un boisé! Oui, oui: un boisé! Car l’édifice a été conçu pour s’intégrer parfaitement au boisé du Parc Marcel-Laurin, au point d’en devenir une de ses portes d’entrée!

Tu peux constater combien l’intégration est réussie: l’édifice est bas, il est composé d’une structure et d’une terrasse en bois, sa large fenestration permet une certaine continuité entre l’intérieur de la bibliothèque et l’espace naturel extérieur, et il y a cette passerelle inattendue qui permet de descendre dans le boisé. Magnifique!

Descends par la passerelle.

3) Le Boisé du Parc Marcel-Laurin

Entrer dans le Boisé du Parc Marcel-Laurin par la passerelle est très agréable.

Tu peux ensuite faire une promenade plus ou moins longue selon tes intérêts. Deux kilomètres de sentiers ont été aménagés et il est assez facile de s’y retrouver: tu peux, par exemple, partir vers la gauche (ouest) et revenir vers l’est par le sentier central. Cela te permettra de traverser des friches d’asclépiade et d’apercevoir avec un peu de chance des papillons monarques. Ou encore l’une ou l’autre des 85 espèces d’oiseaux observées jusqu’ici par les promeneurs. L’important est de sortir du boisé par le côté est (à droite).

La carte des sentiers détaillée se trouve ICI.

Sinon, pour faire court, tu peux partir tout de suite à droite. La promenade est douce car le sentier en copeaux de bois donne l’impression de marcher « sur un nuage ». Le Boisé du Parc Marcel-Laurin, avec ses 176 espèces végétales, apporte définitivement beaucoup de fraîcheur à ce secteur où on trouve le plus grand ilot de chaleur de la ville.

En chemin, des passerelles en bois ont été aménagées…

Certains jours, un nombre incroyable d’escargots parsèment le sentier, au point où ça devient difficile de ne pas en écraser un par inadvertance! Il y en a de toutes les couleurs:

Emprunte la deuxième sortie qui se présente sur ta droite. Marche en direction est (entre les deux terrains sportifs) en longeant la piste d’athlétisme Ben-Leduc qui est présentement en cours de restauration.

4) Le Bassin de la Brunante

Tu arrives alors sur le bord du Bassin de la Brunante et découvres une toute autre partie du Parc Marcel-Laurin qui, selon moi, fait partie des plus beaux parcs de Montréal.

Dans le bassin, des maisons de ville dressent leurs façades de briques rouges sur une presqu’île. C’est ici qu’on ressent le plus l’influence d’Amsterdam dans la conception du quartier Bois-Franc par l’architecte Louis Sauer. Et le bassin est beau été comme hiver.

On y trouve des nénuphars…

…que semblent bien apprécier les jeunes cannetons 😉

Avec un peu de chance, tu tomberas aussi peut-être sur un héron…

…qui prend toute son envergure une fois ses ailes déployées!

Marche vers la gauche, le long du lac.

Le sentier, très agréable, te fait passer devant une petite chute d’eau…

…où les mariés aiment se faire photographier.

La presqu’île ceinturée de murs de briques rouges fascine sur tous ses angles…

…avec ses petites têtes de lion.

Tu aperçois alors un petit pont qui enjambe le lac avec, derrière, une rotonde blanche.

Traverse le pont.

De l’autre côté du lac, d’autres points de vue s’offrent à toi.

En fait, il suffit de bouger un peu tout le tour du bassin pour découvrir combien il offre un cadre enchanteur…

Longe la rue des Harfangs, qui s’avance vers la presqu’île.

Des bancs publics permettent de t’assoir le long du lac…

Tourne à gauche au premier coin, sur la rue du Pirée. Au bout de la courte rue s’ouvre un square où je t’invite à pénétrer.

5) Le Square Gauguin

Au centre du Square Gauguin se trouve une petite fontaine.

Autour d’elle, quatre tortues lancent des jets d’eau…

Il arrive souvent que les nouveaux développements de condos et de maisons soient traversés par des rues courbes qui finissent en croissant. Mais ici, dans le Quartier Bois-Franc, ces zones de verdure autour desquelles se dressent les propriétés prennent la forme de véritables squares. Et ces squares ne sont pas génériques: chacun a son nom, son propre aménagement, sa fontaine, ses bancs…

Ainsi, à l’ouest d’ici, le Square Jean-Rostand (ci-haut) et le Square Lamartine (ci-bas), possèdent leur propre fontaine. Je t’amènerai d’ailleurs en voir une autre tantôt. Mais on peut déjà apprécier le travail fait pour créer dans chaque secteur résidentiel du quartier, un environnement unique qui ne se répète pas ailleurs. Même les maisons, dont l’apparence est régie par certaines régles d’urbanisme strictes et uniformes, présentent une certaine variété sur le même thème…

Reviens sur la rue de l’Acajou, que tu as traversée pour entrer dans le square, puis tourne à droite (ouest) sur celle-ci. Marche jusqu’au bout.

6) La Place J.-Armand-Bombardier

Tu atteins alors l’extrémité du Bassin de la Brunante, où tu aperçois quelques marches qui descendent vers l’eau. Les résidants du coin aiment s’y assoir pour observer les poissons et les canards…

Traverse la première partie du boulevard Poirier, et une fois rendu sur le large terre-plein, tourne à droite et descend les marches qui se présentent à toi.

Une pelouse s’étend plus bas, au centre du terre-plein: il s’agit de la Place J.-Armand-Bombardier.

Ne t’attends pas à quelque chose de spectaculaire. Mais en te tournant vers le mur de briques, tu découvres quand même une étonnante fresque en l’honneur de l’homme et de sa compagnie. Il s’agit de l’une des rares sculptures faite à même la brique que j’ai vue à Montréal… On y voit des gestionnaires, des financiers et des ouvriers.

Marche jusqu’à l’extrémité nord de la pelouse et remonte par les marches qui se trouvent sur ta gauche. Reste au centre du boulevard et traverse la rue Charles-Darwin pour atteindre le terre-plein suivant.

Tu peux marcher encore un petit bout au centre du boulevard. Autour de toi, tu aperçois les différents types de maisons que l’on trouve dans le quartier…

Marche jusqu’au bout du terre-plein et traverse l’avenue Ernest-Hemingway. Poursuis ta route sur le trottoir de la rue des Nations qui commence devant toi.

7) La Grand-Place

Tu longes alors un stationnement à ciel ouvert, le seul du quartier! En effet, on a évité d’en aménager, contrairement à ce qu’on retrouve dans les développements de banlieue… Même les entrées de garage des propriétés sont interdites en façade! Elles doivent être placées sur le côté des maisons…

Quelques pas de plus te permettent d’atteindre la Grand-Place!

Également appelée Place des Nations, elle possède une fontaine et est encadrée par quatre pavillons où on trouve différents commerces. Certains ont une terrasse, dont le Café Dépôt, très utile pour faire une pause à peu de frais.

Terminée en 2002, la Place comporte aussi une tour d’observation qui n’est malheureusement jamais accessible. Ou presque… Puisqu’il arrive qu’un agent immobilier qui travaille en bas accepte de nous y faire monter pour observer le quartier vu des airs 😉 C’est ainsi qu’il y a plusieurs années, j’ai pu jeter un oeil sur les toîts des maisons et apercevoir au loin l’Oratoire St-Joseph et la tour de l’Université de Montréal…

Reviens sur la rue des Nations, et tourne à gauche immédiatement après la Grand-Place pour pénétrer dans le Parc du Bois-Franc.

8) Le Parc du Bois-Franc

Devant toi, un espace gazonné étagé descend vers le lac, tel une estrade.

Au sud du Bassin des Nations, des habitations ont poussé ces dernières années…

…et d’autres s’en viennent du côté nord, où un développement de 1800 condos et maisons de ville va bientôt sortir de terre près de la gare de train de banlieue. Une réalisation de Montclair et Sotramont. Cette plus récente phase de développement, où 30% des espaces seront verts ou bleus, sera exclusivement composée d’habitations écologiques certifiées LEED Platine. Des habitations ont déjà commencé à pousser…

Tourne à gauche (côté ouest), traverse la rue de l’Équateur, et poursuis ton chemin dans le parc qui continue de l’autre côté.

Une butte se dresse devant toi. Tu peux la gravir ou la contourner, selon ton choix.

Le Bassin des Outardes se révèle alors, ce qui te fait réaliser combien le Parc du Boisé est grand. Lorsqu’il sera terminé, il aura en effet 1,5 km de long et possèdera 5 km de sentiers!

Contourne le lac par la droite et rejoins le pont.

Un pont a été construit au-dessus du lac, avec comme toile de fond les maisons aux briques rouges typiques du quartier…

En le franchissant…

…tu atteins un belvédère où tu peux te reposer quelques instants et observer la vie du quartier, les enfants qui prennent les avions en photo, les jeunes adultes qui promènent leur chien…

La butte gazonnée cache alors la partie du parc d’où tu viens, ce qui te donne l’impression d’être dans un tout autre secteur du quartier.

Mais les avions sont toujours au rendez-vous… 😉

Continue à marcher vers le sud, dans l’axe du pont, et traverse la rue des Andes. Devant toi, au milieu de la clôture, une entrée donne accès à un agréable sentier. Emprunte-le.

9) Square Vivaldi

Le sentier pavé qui passe entre les maisons et les cèdres est aussi joli qu’inattendu. On se demande où il nous mènera…

Une fois au bout, tourne à droite sur la rue de l’Écu.

Tu découvres alors un nouveau square, le square Vivaldi, dans lequel je t’invite à pénétrer. Côté est, le pavé en béton prend différentes couleurs, et après quelques instants, tu finis par te rendre compte qu’il représente un violon.

L’explication et le schéma du square se trouvent d’ailleurs sur un lutrin: une autre référence musicale.

schéma du square Vivaldi: la fontaine (à gauche) et le violon (à droite) vus des airs

Le côté ouest est quant à lui occupé par une fontaine.

Encore une fois, tu constates qu’un effort a été fait pour dépasser la facilité dans laquelle plusieurs développements résidentiels tombent souvent quand vient le moment d’aménager les espaces publics… 😉

Sors du square du côté ouest par la rue de l’Écu. Tourne à gauche (sud) sur la rue Modigliani, puis à droite (ouest) sur l’avenue Ernest-Hemingway. Traverse le boulevard Cavendish et tourne à gauche (sud) sur celui-ci.

10) Le Parc Philippe-Laheurte

Te voilà sorti du Quartier Bois-Franc. Tu longes maintenant le Parc Philippe-Laheurte, dont les jeux d’eau font le plaisir des enfants…

C’est au coin de la rue Raymond-Lasnier que ton aventure d’aujourd’hui se termine. Le bus 70 Bois-Franc (direction est) te ramènera en 12 minutes à la station de métro Côte-Vertu (ligne orange) d’où tu es parti. Ce sera l’occasion pour toi de jeter un dernier coup d’oeil sur le Bassin de la Brunante et la Grand-Place, devant lesquels tu passeras…

trajet du bus 70 Est jusqu’au métro (encerclé à droite)

*****

J’espère que tu as passé une belle journée! Il y avait un peu de tout dans ce circuit: des édifices audacieux, un boisé, des lacs, des avions, des canards et des fontaines… Tu reviendras chez toi avec plein de belles images en tête!

Il y a tellement de quartiers à Montréal qu’on ne connaît pas, habitués que nous sommes à seulement faire la navette entre le nôtre et celui où on travaille… Avec mon blogue, je t’invite à jouer au touriste dans ta propre ville et à partir à la découverte de ces quartiers où tu mets rarement les pieds. Au lieu de n’en connaître que deux ou trois, tu en connaîtras bientôt 25, 30, 35…

Je te souhaite de faire de belles découvertes! N’hésite pas à revenir ensuite me raconter tes aventures dans la section commentaires en bas de mes articles… Et n’oublie pas de t’abonner à mon blogue afin d’être averti lorsque de nouveaux articles sortiront!

À bientôt! 🙂

La page Facebook de Mes Quartiers, tenue conjointement avec le blogue C’est toi ma Ville: deux façons de découvrir encore plus Montréal!

Advertisements

3 avis sur « Quartier Bois-Franc »

  1. Merci pour cette belle visite d’un quartier méconnu que j’ai (re)découvert assez récemment. Il y a en effet plein d’éléments intéressants dans ce quartier. Le boisé et la bibliothèque (que n’ai pas encore visité) sont de petits bijoux. Il y a un effort urbanistique et architectural évident, louable et bienvenu, mais je trouve que de cette uniformité, et des grands espaces vides, il en ressort un certain ennui, pour ne pas dire une platitude certaine. Il y a, de mon point de vue, un côté placé et artificiel qui crée chez moi un certain malaise. De plus, les rues et les parcs sont pas mal déserts. À découvrir tout de même si on ne connaît pas.

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s