TOP 15 des plus belles églises contemporaines à Montréal!

Quand on pense aux plus belles églises à Montréal, on pense souvent à la Basilique Notre-Dame, à la Basilique-cathédrale Marie-Reine-du-Monde ou à la Basilique Saint-Patrick… Toutes des églises construites il y a plus de 100 ans, qui foisonnent de sculptures, de tableaux, de vitraux exceptionnels, de scènes peintes au plafond, de colonnes sculptées et de lustres richement décorés. Mais dans les années 50 et 60, il s’est construit ici de nombreuses églises à l’architecture complètement différente. Épurées, elles misaient davantage sur leur innovation architecturale pour impressionner les fidèles, que sur la richesse et la quantité de leurs détails. L’église devait se rapprocher des fidèles; demeurer digne, mais intime et sobre.

Pendant plus d’un an, l’auteur du blogue Mes Quartiers a sélectionné des dizaines de ces églises et est parti à leur découverte. Faisant parfois jusqu’à une heure et demie de bus et de métro, le dimanche matin, pour atteindre certaines d’entre-elles… Et d’une visite à l’autre, appareil-photo à la main, il a appris, progressivement, à apprécier les éléments qui font leur beauté. Une beauté toute différente, qui ne s’appréhende pas toujours au premier coup d’oeil.

Le blogue Mes Quartiers te présente aujourd’hui les 15 plus belles églises contemporaines de l’île de Montréal! La plupart du temps dissimulées au fond de quartiers résidentiels qui n’ont rien de touristique, elles sont souvent méconnues. Elles sont pourtant toutes plus originales les unes que les autres… Et certaines sont même, disons-le, spectaculaires!

Bonne découverte! 🙂

Voici ta carte:

clique pour agrandir!

1) Église Notre-Dame-d’Anjou (Anjou, Montréal)

Ce qui frappe en premier, lorsqu’on arrive à l’église Notre-Dame-d’Anjou, est sa forme d’escargot.

Cette forme se traduit, à l’intérieur, par une voûte en colimaçon.

Le plafond de bois en spirale, impressionnant, surplombe un vaste espace dégagé.

À l’avant, on trouve un baldaquin doré de facture contemporaine.

Et à sa droite, un Christ s’envolant de sa croix plutôt que d’y être cloué, comme on le voit la plupart du temps dans le choeur de nos églises.

Pour concevoir l’église Notre-Dame-d’Anjou, construite en 1964, l’architecte André Blouin s’est inspiré d’une église conçue par Le Corbusier à Ronchamp, en France: Notre-Dame-du-Haut. Notamment pour la toîture élancée et courbée du parvis…

…et les ouvertures irrégulières pratiquées dans les murs.

Ces ouvertures, dans la chapelle latérale, ont permis d’incruster les vitraux de Maurice Max-Ingrand, un maître-verrier français qui en a réalisé partout en France et dans le Monde.

Au-dessus d’autres ouvertures, on trouve le chemin de croix.

Ce dernier est composé de magnifiques toiles tissées de Guy Chabrol, clouées au mur!

2) Sanctuaire Marie-Reine-des-Coeurs (Mercier, Montréal)

Si les lignes architecturales de la précédente église rappelaient la forme d’un escargot, celles du Sanctuaire Marie-Reine-des-Coeurs font plutôt penser à un immense porte-voix. Derrière l’immense façade courbée en verre et son toît en accordéon…

…se cache en effet un plan au sol en éventail.

À l’avant, le choeur forme un hémicycle en pierre percé de hautes fenêtres. Un puits de lumière, au-dessus, éclaire l’autel et les colonnes dorées.

À l’arrière, des colonnes semblables suivent le mur de pierre et soutiennent le balcon et son orgue. Sur le mur, on trouve les différentes stations du chemin de croix. Les personnages sculptés dans le bois sont suspendus par des chaînes. Les pierres et le bois ajoutent une touche chaleureuse à cet édifice résolument contemporain.

L’éclairage est complété par de nombreux lustres cylindriques blancs couverts de croix.

Difficile, aussi, de manquer la chapelle votive. En effet, en arrivant au Sanctuaire, on remarque assez vite une rotonde qui s’en détache, à l’avant-plan.

Généreusement éclairée, on y trouve la Reine des Coeurs portant son enfant, entourée et supportée par des centaines de lampions.

Sous la rotonde se trouve une reproduction du tombeau de Saint Louis-Marie-de-Montfort, celui dont se sont inspirés les fondateurs du Sanctuaire. On retrouve d’ailleurs, dehors, une élégante statue qui le représente. Non loin de lui, une tour d’une trentaine de mètres porte fièrement la croix.

L’étonnant plan en éventail, la généreuse fenestration, la chapelle en façade, la haute tour et la statue de Montfort font que l’oeuvre des architectes Roux et Morin mérite assurément, selon nous, sa place parmi les plus beaux lieux de culte chrétiens contemporains à Montréal!

*Merci au prêtre-curé Joseph Larose pour son accueil.

3) Église Saint-Jean-Baptiste-de-La-Salle (Maisonneuve, Montréal)

Cette église prend place à quelques pas du Stade Olympique, en plein quartier Maisonneuve.

À l’arrière, le surplus d’eau du toît en pente est accueilli par un réceptacle de béton. Alors qu’à l’avant, un clocher central s’élance vers le ciel…

Tout autour de l’entrée principale, un long muret sculpté raconte la vie de Saint-Jean-Baptiste-de-La-Salle. Quelque chose d’unique que nous n’avons rencontré nulle part ailleurs…

Enserré au milieu du clocher, on trouve un immense vitrail.

Ce dernier, de Claude Théberge, présente des couleurs chaudes…

…et est encadré de lignes de fenêtres qui montent et font un angle serré pour ensuite longer le plafond.

L’intérieur de l’église révèle un plan au sol en losange, avec un très large espace dégagé éclairé par de nombreux plafonniers suspendus en aluminium.

De longues colonnes supportent le toît en pente.

Sur les murs de briques habilement entrelacées sont inscrits les noms de nombreux donateurs.

À l’avant, de chaque côté de l’autel, les sculptures d’anges sont de J. Leprohon et C. Gratton. Au-dessus, un éclairage vertical descend sur le Christ.

Côté oeuvres d’art, c’est le chemin de croix qui étonne le plus. Car ici, il prend la forme d’une longue frise de béton sculptée où les diverses stations sont numérotées! Au fond, l’idée était de reprendre, à l’intérieur de l’église, le même concept que la frise du muret extérieur… Claude Théberge a encore une fois privilégié des dessins épurés.

Bref, ce concept de frise sculptée à l’intérieur comme à l’extérieur, les angles créés par les lignes de fenêtres et la voûte, les élans de la toîture et le beau vitrail à l’entrée rendent l’église des architectes Lemay et Leclerc assez unique en son genre!

4) Église Saint-Jean-Vianney (Rosemont, Montréal)

Au moment de pré-sélectionner un certain nombre d’églises contemporaines à visiter pour réaliser le présent article, j’ai vite réalisé que le nom de l’architecte québécois Roger D’Astous revenait souvent. Quelques semaines plus tard, un documentaire sur le prolifique architecte sortait au cinéma Beaubien. Et c’est en sortant de la projection que je me précipitai pour la première fois à l’église Sainte-Jean-Vianney, une de ses oeuvres, réalisée conjointement avec Jean-Paul Pothier.

Dès que l’on y arrive, il est impossible de manquer son long clocher pyramidal, dont la verticalité contraste avec l’horizontalité du long et bas mur de pierres de l’église. À l’intérieur, le plafond en pente dégage un large espace qui peut réunir des centaines de personnes. Plutôt sombre, l’église doit essentiellement sa lumière de l’immense lucarne qui la fait pénétrer et descendre du plafond de béton.

Du côté gauche, un chemin de croix longe le mur. Les 14 tableaux, en céramiques, sont l’oeuvre du sculpteur Jordi Bonet.

Au bout, une chapelle surprend en raison des blocs de verre incrustés dans la pierre des champs. Les motifs de cette dernière sont d’ailleurs repris au sol.

Dans le choeur, sous les lanterneaux triangulaires du plafond, une longue tapisserie de Micheline Beauchemin représente, de façon abstraite, le buisson ardent de la Bible.

Mais c’est le mur droit qui est le plus spectaculaire! Derrière une série de piliers de béton recouverts de pierres des champs, on retrouve un baptistère clôturé de tiges de fer forgé.

Et aussi, le plus surprenant, un long vitrail, très coloré, qui fait le mur presqu’au complet! La verrière de Chartres a été réalisée en 1967 par le verrier français Gabriel Loire, qui en a créé pour 800 autres édifices partout dans le Monde!

5) Église Saint-René-Goupil (St-Michel, Montréal)

L’église Saint-René-Goupil a elle aussi été conçue par Roger D’Astous et Jean-Paul Pothier. Il faut quitter le très passant boulevard Pie-IX et s’enfoncer dans les rues résidentielles du quartier St-Michel pour découvrir ce petit bijou. Et alors, on tombe sur ces trois longs clochers de béton dont on n’aurait jamais deviné l’existence.

S’élevant dans le ciel, ils annoncent la présence de la curieuse église, juste à côté.

On la trouve ici comme on trouverait un vaisseau spatial qui se serait posé dans le quartier et dont les résidents autour auraient caché l’existence au reste de la ville. Habitués à sa présence au fil des ans, ils auraient finalement oublié de nous en parler…

Après avoir examiné l’étonnante toîture couverte d’ardoises qui s’élève devant nous, les cloches dans les coins supérieurs, et les blocs de verre incrustés dans le béton, on se demande comment entrer dans le vaisseau. Aucune porte nulle part: où est l’ouverture? 😉 Et c’est alors qu’on remarque des piétons monter l’escalier d’un côté, passer derrière le mur en béton, et redescendre immédiatement de l’autre côté…

Nous empruntons donc la même voie et découvrons alors l’entrée principale de l’église, cachée derrière le mur! La porte fait face aux énigmatiques blocs de verre. Et entre les deux, on se trouve dans un espèce de vestibule extérieur, un espace tampon entre l’extérieur et l’intérieur de l’église… Un espace que les résidents du quartier ont visiblement pris l’habitude d’emprunter comme raccourci!

À l’intérieur, on remarque le beau plafond plat en bois foncé.

Des lustres carrés composés de fines baguettes de cèdre y sont suspendus.

L’espace est si sombre que l’attention est immédiatement tournée vers le choeur.

Devant un mur de briques, matériel rarement utilisé par D’Astous, l’autel est éclairé par le haut.

À gauche, la chapelle du Saint-Sacrement est presque spectaculaire.

Ce sont les cabochons de verre aux reflets froids et bleuâtres qui donnent cette impression. Et le fait qu’ils soient juxtaposés, dans le même espace, à un lustre en cèdre et à des murs couverts de panneaux de liège!

D’ailleurs, parlant de liège, c’est ce qui couvre aussi, étonnamment, les murs latéraux où se trouvent les stations du chemin de croix.

Ce chemin est également répété, de façon symbolique, par une série de sculptures en bois!

L’intérieur, chaleureux, contraste finalement avec l’extérieur de l’église, un peu plus austère…

6) Église Notre-Dame-de-Pompéi (Ahuntsic, Montréal)

C’est en 1967 que l’architecte Fred A. Dawson termine l’église Notre-Dame-de-Pompéi. Cette dernière élance encore aujourd’hui ses toîtures blanches courbées dans le ciel de Montréal, coin Sauvé et St-Michel.

Dehors, la communauté italienne, qui fréquente ce lieu de culte, y a aménagé divers monuments commémoratifs ou lieux de recueillement…

En entrant, on remarque que les portes extérieures…

…et intérieures reprennent les motifs des toîtures blanches courbées.

Et on se retrouve assez vite face à un plan en éventail, ébahi par les courbes décrites par les immenses vitraux colorés et le plafond en crépi.

À l’avant, le choeur est chargé de divers objets, de telle sorte qu’on ne sait plus trop ou regarder: peintures, sculptures et mobilier de toutes sortes, plantes et pots de fleurs…

Sans oublier le Christ, étendu dans un cercueil de verre, qui est vraiment troublant…

De part et d’autre du choeur, un chemin caché permet de passer en arrière, afin de découvrir d’autres peintures et sculptures…

En revenant par le côté, on tombe aussi sur le baptistère, qui trouve sa place dans une des courbes du mur de briques…

Mais inévitablement, notre regard retourne vite vers le haut, attiré par les envolées du plafond…

et la silhouette des lustres…

…qui se dessine dans l’intensité lumineuse et colorée des impressionnants vitraux…

Le nez dans les airs, on remarque alors le chemin de croix…

…sculpté et coloré, sur une longue bande de béton.

Avant de partir, on jette un dernier regard sur les accoudoirs contemporains et arrondis des bancs…

…et on cherche alors où peut bien se trouver l’unité dans tous ces objets et toutes ces textures: les bancs en bois, le plafond en crépi, les murs en briques, le chemin de croix en béton, les lustres en verre…

Mais une fois sorti, debout devant l’édifice aux allures de bateau, on est pourtant convaincu qu’il mérite sa place parmi les églises modernes les plus spectaculaires de la ville!

7) Église Saint-Bernardin-de-Sienne (St-Michel, Montréal)

Cette église s’annonçait spectaculaire, mais quelle ne fut pas ma surprise et ma déception lorsque j’arrivai devant des portes closes. À en croire la note laissée sur la porte, l’église Saint-Bernardin-de-Sienne est fermée depuis avril 2013. Trop dangereux d’y entrer: elle tombe en décrépitude!

Et pourtant, c’est un véritable petit bijou…

Les automobilistes qui ont l’habitude d’emprunter l’autoroute métropolitaine reconnaîtront sûrement son spectaculaire clocher qui pointe le ciel, sur Crémazie au coin de la 8ième avenue:

Long et effilé, surmonté d’une pyramide blanche, il s’intègre bien à la façade et aux murs en pierre rustique.

Mais quand on regarde de plus près, on découvre des signes d’usure avancée, de telle sorte qu’on ne peut trop s’en approcher…

Avec un bon zoom et un peu de contorsion, j’ai quand même réussi à faire quelques photos de l’intérieur. Tout semble encore en place autour de l’autel, comme si une messe allait avoir lieu.

Au-dessus, les dessins de Maurice Max-Ingrand et le crucifix tiennent le coup.

Et alors, en levant les yeux, on découvre les plafonniers contemporains et surtout, la voûte incrustée de blocs de verre colorés.

C’est la photo la plus rapprochée que nous ayons réussi à faire, en visant, accroupi au sol et collé sur une porte vitrée, à travers le cadre d’une deuxième porte, avec un zoom agrandissant 43 fois:

Le plafond de crépi en forme d’arc brisé surplombant l’ensemble de la nef s’annonçait spectaculaire, mais nous n’en verrons rien, car les portes de l’église Saint-Bernardin-de-Sienne sont désormais closes. Cependant, en faisant le tour à l’extérieur, on découvre des éléments intéressants, dont cette fresque en mosaïques:

clique pour agrandir!

La toîture blanche courbée resplendit au soleil malgré l’usure du temps…

…et c’est à l’arrière que l’on découvre son double-arc au-dessus des pierres rustiques…

…et ses blocs de verre colorés incrustés.

Malgré ses portes closes, j’ai décidé, dans un geste politique, que l’église des architectes Duplessis, Labelle et Derome méritait quand même sa place dans le présent palmarès. Car j’écris partout depuis plusieurs années que les églises sont menacées de démolition, et les plus contemporaines d’entre-elles n’y échappent pas. On l’a vu en janvier 2017, lorsque la spectaculaire église Notre-Dame-de-Fatima, à Jonquière, est passée sous le pic des démolisseurs. Et si rien n’est fait, beaucoup d’autres du genre subiront le même sort, y compris Saint-Bernardin-de-Sienne. Pourtant, comme j’en parlais dans mon Top 15 des plus belles églises converties, il existe plein d’exemples à Montréal où les églises ont été sauvées en les transformant en bibliothèque ou en résidence pour personnes âgées. Une firme comme Rayside Labossière a même su relever avec brio des défis techniques importants pour transformer la spectaculaire église Sainte-Germaine-Cousin en Centre de la Petite-Enfance, à Pointe-aux-Trembles. Souhaitons donc que des Québécois intelligents sauront relever le défi et réserver un avenir semblable à Saint-Bernardin-de-Sienne! Les besoins sont grands, dans le quartier St-Michel: on pourrait lui trouver une vocation communautaire ou résidentielle. Autrement, nous verrons peut-être bientôt les pics des démolisseurs défoncer cette spectaculaire église:

8) Église Saint-Jean-Berchmans (Rosemont, Montréal)

Lorsqu’on arrive devant l’église Saint-Jean-Berchmans, rien ne laisse présager qu’elle mérite une place dans un article consacré aux églises contemporaines. Sa façade, ses murs et son clocher en pierre font penser aux autres églises classiques de la ville… Mais après quelques instants, on remarque au sommet quelques lignes art déco.

 

Puis, les lampadaires eux aussi art déco.

Il faut savoir que lorsque les architectes Lucien Parent et René-Rodolphe Tourville ont été choisis pour construire cette église (en décembre 1937), ils étaient en train de travailler avec le moine et architecte français dom Paul Bellot sur la construction du dôme de l’Oratoire St-Joseph. Ils se sont donc inspirés du style de ce dernier, résolument art déco, pour construire Saint-Jean-Berchmans. Et c’est ce style dom-bellotiste, résolument moderne, que l’on découvre immédiatement dès que l’on met les pieds dans la nef…

On le voit tout de suite: les arcs paraboliques qui courent d’un bord à l’autre n’ont rien à envier aux voûtes courbées des autres églises contemporaines présentées dans cet article. Les motifs étoilés qui y sont insérés se succèdent à la chaîne…

…pour aboutir, à la base, à des sculptures.

Sur les murs latéraux figure un chemin de croix qui prend la forme de tableaux de mosaïques colorées.

Au-dessus d’eux, des fenêtres elles aussi colorées laissent passer une lumière jaune.

Une nouvelle série d’arcs sépare le choeur. De part et d’autre, au plafond, on remarque que les coins sont occupés par des cônes polygones inversés.

À gauche, on trouve une chaire: le genre de détail qui sera éliminé des églises qui seront construites plus tard dans les années 50 et 60. Car on voudra rapprocher le prêtre de ses fidèles, plutôt que de le placer au-dessus d’eux, dans un rapport symbolique autoritaire.

Dans le choeur, les motifs géométriques propres au style art déco abondent. On remarque aussi les lampadaires, de part et d’autre…

Derrière l’autel, le Christ est rétro-éclairé dans une croix stylisée encadrée par des anges sculptés.

Bref, cette église présente encore quelques éléments classiques, comme la présence d’une chaire et d’un plan au sol en croix latine, qui seront abandonnés par la suite. Mais, comme si elle était en avance sur son temps, elle intègre déjà plusieurs principes qui seront monnaie courante dans les églises contemporaines. Ainsi, on abandonne déjà l’étalage des richesses et des dorures… Les premiers fidèles qui découvriront l’église à la fin des travaux en 1939 seront d’ailleurs frappés par la simplicité de l’ornementation. Dorénavant, c’est la multiplication des lignes architecturales inattendues qui impressionnera et suscitera l’éveil spirituel. Une tendance dont l’église Saint-Jean-Berchmans sera une des pionnières à Montréal!

9) Chapelle du Couvent Saint-Albert-le-Grand (Côte-des-Neiges, Montréal)

Nous passons maintenant de l’art déco au modernisme. L’architecte Yves Bélanger signe ici, en 1960, sa réalisation la plus marquante. Déjà, à l’extérieur, les volumes géométriques carrés s’emboîtent et se répondent les uns aux autres. Pas de place pour les courbes, ici.

En façade et sur les côtés, d’intrigants carrés de verre colorés sont incrustés dans la brique jaune…

Mais c’est à l’intérieur que l’on réalise l’ampleur de l’effet créé par ces blocs de verre! Un premier espace se présente alors à nous, dégagé, épuré. Et malgré son plafond plat qui manque complètement d’intérêt (on est loin des voûtes peintes des églises baroques!), les couleurs vives des murs vitrés resplendissent tellement qu’on ne peut que s’extasier…

De chaque côté de la nef, des empilades de blocs de béton brut nous séparent d’un deuxième espace…

Les carrés colorés prennent ici une profondeur qui les rend encore plus spectaculaires…

Autrement, l’église ne présente que très peu d’ornementation. On trouve bien quelques artéfacts, comme ce Christ en croix…

…ou encore l’Oratoire dédié à Saint-Jude et à Notre-Dame-du-Rosaire, qui invite au recueillement.

Mais ce qui fait entrer cette église dans notre palmarès des plus belles oeuvres contemporaines du genre à Montréal, est définitivement la répétition de ses motifs carrés et rectangulaires, et l’effet lumineux absolument unique créé par les verres colorés, que l’on trouve même autour de l’entrée principale…

10) Oratoire St-Joseph du Mont-Royal (Côte-des-Neiges, Montréal)

Évidemment, il est impossible de dresser une liste des plus beaux lieux de culte contemporains à Montréal sans parler de l’Oratoire Saint-Joseph, dont la réputation internationale n’est plus à faire! Son gigantesque dôme de cuivre domine la ville avec sa croix qui culmine à 300 mètres d’altitude…

De 1924 à 1967, de nombreux architectes ont travaillé à la construction du plus important sanctuaire au Monde dédié à Saint Joseph, notamment Dalbé Viau, Alphonse Venne, dom Paul Bellot, Lucien Parent et Gérard Notebaert.

10 Oratoire St-Joseph (2)

Monument à Saint Joseph, réalisé par Alfred Laliberté

Fondé par Saint frère André, l’Oratoire comprend aujourd’hui un ensemble de lieux, qu’on pense aux jardins extérieurs et à ses 42 personnages sculptés…

…au Musée qui expose 200 crèches provenant d’une centaine de pays…

…ou à la chapelle votive de style art déco…

…remplie de 10 000 lampions…

…où sont exposées les cannes et les béquilles des miraculés.

À côté de cette chapelle, on trouve aussi la Crypte, qui comprend des vitraux exceptionnels…

…et un fascinant chemin de croix.

Mais dans tout ce qui compose cet édifice religieux de style renaissance italienne, ce qui nous intéresse aujourd’hui est sa basilique toute moderne. Inaugurée en 1955, sa décoration intérieure ne fut terminée qu’en 1967, de telle sorte que sa facture contemporaine lui permet d’obtenir une place dans le présent palmarès…

Au plafond, les arcs brisés frappent par leur aspect massif! Le système d’éclairage est fait de luminaires suspendus…

…notamment un anneau central programmable.

Éclairé par cet anneau, un crucifix d’Henri Charlier se tient debout dans le choeur.

C’est le même sculpteur qui a réalisé les 12 grandes statues des apôtres réparties de part et d’autre de la nef…

Par contre, c’est plutôt Roger de Villiers qui a sculpté les différents tableaux du chemin de croix.

Enfin, on trouve dans la basilique les vitraux de Marius Plamondon, qui illustrent la place de Saint Joseph dans l’histoire canadienne…

Au final, la basilique constitue une pièce maîtresse de l’Oratoire, ajoutant à ce dernier une touche résolument contemporaine…

11) Église Saint-Jean-de-Matha (Ville-Émard, Montréal)

La première fois que j’ai aperçu l’église Saint-Jean-de-Matha, c’était du haut d’une butte, dans le parc Ignace-Bourget. La forme de son toît m’avait intrigué…

Eh bien le blogue Mes Quartiers te présente aujourd’hui cette église méconnue; une réalisation de l’architecte Guy Parent (1957), qui se trouve dans le quartier Ville-Émard, loin des sentiers touristiques.

Sa toîture en forme d’arche, qui met en vedette une façade intensément vitrée, frappe dès le premier coup d’oeil. La forme de son clocher triangulaire à cinq cloches est reprise dans les petites fenêtres tout autour de l’église, notamment sous les marquises de béton qui ondulent.

À l’intérieur, on ne trouve de classique que le plan au sol en croix latine. Car autrement, tout est résolument contemporain. Tout d’abord les courbes du plafond en béton et les arcs jaunes qui se croisent…

Ensuite, les luminaires tout aussi triangulaires que le clocher et les petites fenêtres de tantôt…

Sans oublier les six verrières multicolores réparties de chaque côté de la nef!

Leur forme en arche surprend encore une fois…

D’autres vitraux des ateliers José Osterrath et Fils sont, quant à eux, circulaires.

On y accède par le déambulatoire, derrière la série d’arches qui entourent le choeur.

Quand on regarde bien, on réalise d’ailleurs que la forme des arches a été répétée partout, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de l’église! Dans le meuble qui soutient les lampions…

L’affiche extérieure qui annonce les messes…

Les fenêtres et l’entrée du presbytère…

Et même le fer forgé du balcon du presbytère! C’est tout dire… 😉

Enfin, de chaque côté de l’église, les 14 stations du chemin de croix qui sont au mur ont été réalisées par Rolande Séguin, élève de Paul-Émile Borduas.

On en apprécie le détail en les regardant de plus près…

12) Église Saint Ignatius of Loyola (Notre-Dame-de-Grâce, Montréal)

Cette église de l’architecte Robert Fleming, terminée en 1967, est tout simplement spectaculaire!

Ses arcs de béton successifs lui donnent un aspect unique à Montréal…

On ne croirait pas trouver une telle église sur une petite rue résidentielle de Notre-Dame-de-Grâce… Et pourtant!

Une fois passé le vestibule, on croirait entrer dans un vaisseau spatial… L’intérieur est clair et épuré… D’une grande blancheur!

Une fois à l’avant, on se retourne pour découvrir les arcs dotés de fenêtres hautes qui laissent pénétrer la lumière du jour dans le lieu de culte.

Le chemin de croix est plutôt discret.

La partie de l’église la plus colorée est en fait le vitrail qui se trouve au-dessus de l’entrée. On l’attribue parfois à Guido Nincheri, parfois à Theo Lubbers, selon les sources.

La difficulté à trouver de l’information sur cette église ne fait qu’ajouter à son mystère… Alors on s’abandonne à son élégante splendeur, en se tournant vers son arc aux couleurs ensoleillées et son choeur éclairé par la lumière du jour qui descend sur lui…

13) Église Notre-Dame-du-Bel-Amour (Cartierville, Montréal)

Dès que l’on descend au dernier arrêt du bus 170, avenue Jean-Bourdon à Cartierville, on se retrouve face à l’entrée principale de l’église Notre-Dame-du-Bel-Amour. L’édifice frappe dès le départ, beaucoup plus impressionnant en personne qu’en photo! Pourquoi? Difficile à dire… Peut-être parce que le site a quelque chose d’intime et de calme?

Bâtie sur une avenue résidentielle, l’église de D’Astous (1957) tourne le dos au très passant boulevard Gouin qui se trouve juste derrière, tirant avantage de ce retrait qui la protège, en quelque sorte, du stress de la ville. Partout autour, la végétation domine, reposante et rassurante.

Il faut dire aussi que l’on ne se sent pas écrasé par l’édifice: les pentes de l’église sont modernes, mais à échelle humaine. Même chose pour l’entrée principale. Chez certaines églises, elle est pompeuse, imposante, au sommet d’une série de marches, de telle sorte qu’elle nous regarde de haut. Alors qu’ici, l’entrée est presqu’au niveau du sol, discrète, partiellement cachée derrière une colonne de briques centrale. Réfugiée au creux de cette colonne, on trouve une statue de la Vierge Marie et de son enfant, réalisée par Jean-Pierre Boivin (1962):

L’intérieur s’ouvre sur un plan en losange, motif géométrique qui est repris au sol, de façon répétée.

Le plafond en béton, qui semble par moment descendre jusqu’au sol, est sans aucun doute l’élément le plus marquant de l’église! La voûte pyramidale est formée de huit dalles triangulaires qui se rejoignent en dessinant des pentes assez spectaculaires…

Sur les côtés, des verres de teinte cuivrée répandent une lumière chaleureuse, couleur miel.

En-dessous, on trouve un chemin de croix de Marcel Gendreau et Claude Théberge. On reconnaît le dessin simple et l’écriture de ce dernier, que l’on a vus plus tôt à l’église Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle.

De part et d’autre de l’autel, les statues en acajou ont été sculptées par Sylvia Daoust.

Au centre, devant un petit muret, le tabernacle rond en céramique dorée attire l’attention.

Sa croix effilée semble pointer le vitrail qui se trouve au-dessus. Ce dernier, doté de couleurs vives, représente la Vierge Marie et son enfant. Il a été fabriqué par les Ateliers José Osterrath et Fils dont nous avons découvert les vitraux plus tôt, à l’église Saint-Jean-de-Matha.

*Merci au prêtre-curé Luc Laurence pour son accueil.

14) Église Saint-Luc (Dollard-des-Ormeaux)

Au premier coup d’oeil, l’église Saint-Luc, de l’architecte André Ritchot (1967), s’annonce basse.

Mais au-dessus des murs en pierres des champs, la toîture blanche s’élève en forme de pyramide jusqu’à une fenêtre inclinée, dégageant du coup un espace additionnel.

Cet espace, nous en prenons toute la mesure une fois à l’intérieur. Nous découvrons alors une voûte blanche en pente qui, avec ses lumières encastrées, s’élève entre des murs diagonaux couverts de lattes de bois foncées. Le regard est alors attiré vers le choeur qui resplendit. Dans le bas, un arc laisse entrevoir le mur de pierres qui se cache derrière.

Au-dessus, le mur du fond se raccourcit en montant, et tout semble en fait converger vers le puits de lumière que l’on a aperçu à l’extérieur. Le mouvement d’ascension est presque vertigineux.

Encore une fois, on a cherché à créer un éclairage vertical qui tombe directement d’en haut sur le choeur et l’autel. Les lecteurs attentifs auront remarqué que plusieurs des églises contemporaines que nous avons visitées ont reproduit ce modèle, chacune à leur façon, que ce soit par un éclairage naturel ou artificiel, que l’on pense au sanctuaire Marie-Reine-des-Coeurs ou aux églises Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle, Saint-Jean-Vianney, Saint-René-Goupil, Saint-Bernardin-de-Sienne ou Saint-Ignatius-de-Loyola.

Ce que l’on remarque aussi dans nos églises contemporaines, c’est l’utilisation de plusieurs matériaux et leur conjugaison étonnamment réussie. Dans l’église Saint-Luc, par exemple, le plafond de plâtre, les murs en pierre et les lattes en bois réussissent, ensemble, à créer une atmosphère à la fois chaleureuse et moderne.

La présence d’un mobilier en bois à la fois massif et moderne nous a aussi beaucoup impressionné. Que ce soit les banquettes courbées aux dossiers individuels ou le mobilier que l’on retrouve dans le choeur…

…notamment ces sièges aux lignes épurées soutenus par une base en pierre. De toute beauté…

Ça faisait longtemps, aussi, que nous n’avions pas vu des bas-côtés séparés de la nef principale par des colonnes…

En passant derrière ces dernières, diagonales, on longe un mur de fenêtres irrégulières, carrées et rectangulaires, qui nous met en contact avec la végétation extérieure…

Au bout du passage, on arrive à un espace de recueillement ceinturé d’un mur courbé en pierres des champs.

On croirait presque retrouver la chapelle construite trois ans plus tôt par D’Astous, à l’église Saint-Jean-Vianney. Les similitudes sont frappantes:

Enfin, la visite se termine par les stations du chemin de croix, qui sont fixées aux murs en pierre.

*Merci à Madame Carole Roy pour son accueil.

15) Église Saint-Edmund-of-Canterbury (Beaconsfield)

Impossible de demeurer indifférent en rencontrant cette église de Beaconsfield, à quelques pas du Fleuve, dans l’ouest de l’île. On savait que Roger d’Astous aimait jouer avec les toîts en pente, mais avec cette ampleur, ç’en est surprenant!

Celui qui nous a habitué aux petites églises basses, souvent discrètes, nous étonne avec Saint-Edmund-of-Canterbury… Au-delà des dimensions qu’il a données à cette dernière, ce qui frappe est l’équilibre qu’il a atteint entre la verticalité et l’horizontalité! On remarque en premier la verticalité des hautes lucarnes triangulaires de la toîture qui pointent le ciel, c’est vrai. Mais on remarque aussi ensuite l’horizontalité créée par la grande étendue des larges versants qui descendent très bas de chaque côté, jusqu’à se prolonger pour offrir un toît aux fidèles qui arrivent. De telle sorte qu’on peut dire que cette église est à la fois orientée vers le ciel et proche de la terre…

Une fois à l’intérieur, le plaisir se poursuit. Les arches de bois et les lamelles blanches du plafond créent un effet que l’on trouve élégant.

Avec les hautes lucarnes triangulaires, D’Astous a, pour une rare fois, privilégié un éclairage naturel abondant.

Il a cependant bien pris soin, comme d’habitude, d’intensifier l’éclairage au-dessus du choeur, en multipliant et rapprochant les fenêtres hautes à cet endroit. On le remarque aussi bien à l’intérieur…

…qu’à l’extérieur de l’église, car c’est seulement au-dessus du choeur que l’on trouve trois lucarnes juxtaposées.

Outre sa signature architecturale forte, St-Edmund-of-Canterbury présente un chemin de croix particulièrement beau! De véritables pièces d’art dont nous n’avons malheureusement pas réussi à retracer l’auteur(e)… On remarquera que certaines pièces qui composent la mosaïque ont été habilement peintes…

 

**********

Voilà! C’était les 15 plus belles églises contemporaines de l’île de Montréal, selon Mes Quartiers! Évidemment, chacun pourrait faire son propre palmarès, c’est parfois une question de goût ou de coup de coeur… Mais tu en as déjà assez vu, ici, pour réaliser à quel point on connaît mal les églises de notre propre ville! Dans combien d’entre-elles es-tu déjà entré? 😉

Les églises présentées ici, mis à part leur doyenne (Saint-Jean-Berchmans), ont toutes été construites de 1956 à 1967. Alors si tu préfères les églises plus anciennes, de style néo-gothique, néo-renaissance ou néo-roman, tu peux aller lire mon Top 20 des plus beaux intérieurs d’églises à Montréal, qui leur est consacré. J’ai aussi rédigé un palmarès des plus beaux clochers de la ville, qui te réservera quelques surprises… Enfin, si l’épineuse question de la détérioration et de la fermeture progressive des églises t’interpelle, ne manque pas mon texte consacré aux plus belles églises converties! Tu découvriras alors différentes initiatives qui ont été menées pour donner une seconde vie à 15 d’entre-elles à Montréal, sous forme de salles de spectacles, de bibliothèques, de musées ou de résidences de toutes sortes…

En attendant, voici des photos de quelques autres églises que j’ai visitées afin de réaliser le présent texte. Difficile de croire qu’on trouve tout ça à Montréal, hein? 😉

À bientôt! Et n’oublie pas de t’abonner à mon blogue ou à ma page facebook, pour ne pas manquer mes prochains articles! 🙂

 

La page Facebook de Mes Quartiers, tenue conjointement avec le blogue C’est toi ma Ville: deux façons de découvrir encore plus Montréal!

 

Advertisements

18 avis sur « TOP 15 des plus belles églises contemporaines à Montréal! »

    • Ah ah ah! Si tu savais le courage que ça nous a pris à Carle et moi pour se rendre à Dollard-des-Ormeaux le dimanche matin ou à Beaconsfield: 1h30 de bus et de métro pour espérer pouvoir prendre quelques photos pendant 10 ou 15 minutes avant que l’église ne se remplisse… Sans même savoir si les heures des messes étaient bonnes (car parfois, on faisait tout ça pour se retrouver devant des portes fermées)… C’est le cas de le dire: ça prenait la foi! 😉

      Aimé par 1 personne

      • Merci pour votre foi et votre courage car j’habite l’ouest de l’île et moi aussi je trouve que c’est loin aller à Montréal. Merci aussi pour vos magnifiques photos et les commentaires très pertinents. Je suis très heureuse d’avoir découvert votre blogue car il y a quelque temps que je cherche des informations pour aller découvrir les quartiers de Montréal.

        Aimé par 1 personne

  1. Wow, merci pour cet excellent billet. J’avoue que vous m’avez ouvert les yeux parce que je n’ai jamais été tenté d’entrer dans l’une d’elles (sauf l’oratoire). Elles sont, pour beaucoup et à mon humble avis, beaucoup plus intéressantes de l’intérieur que de l’extérieur. Je garde cet article en banque pour une future tournée.

    Aimé par 1 personne

  2. Magnifique! Bravo! J’ai fréquenté quelques-unes de ces églises. Je pensais les connaître. Vous me les faites vraiment découvrir. Par ailleurs, vous en présentez plusieurs que je ne connaissais pas et je suis ébloui par la qualité des présentations que vous en faites. Vous donnez vraiment le goût de les découvrir. Y compris le triste cas de St-Bernardin-de-Sienne! À chaque fois que c’est possible, vous relevez le nom des artistes qui ont apporté leur contribution à ces monuments. Vous faites là une oeuvre pédagogique et historique nécessaire, mais trop souvent négligée. Je suis sûr qu’Il y a peu de paroissiens qui fréquentent ces églises qui connaissent les noms des artistes qui ont habillé leur environnement et leur imaginaire. C’est tout à votre honneur! En tant qu’organiste, je ne peux manquer de signaler l’importance des instruments que possèdent l’Oratoire St-Joseph et le Sanctuaire Marie-Reine-des-Cœurs, qui sont de magnifiques pièces de mobilier en plus d’être des instruments de musique remarquables.

    Aimé par 2 people

    • Je suis heureux que vous ayez aimé l’article malgré le fait que, justement, je ne parle pas vraiment des orgues. Je vous avoue que c’est mon point faible, par manque de connaissances sur le sujet. J’ai fait beaucoup de recherche pour retracer les auteurs des tableaux, des sculptures, et autres détails… Parfois, aussi, pour trouver les mots qui seraient les plus justes pour nommer certains éléments architecturaux. Je n’ai aucune formation en architecture, en art ou en design, alors j’espère ne pas avoir fait d’erreur grossière! 😉 Merci pour vos bons commentaires, c’est mon salaire après tous ces efforts 🙂
      À la prochaine!

      Aimé par 1 personne

    • Quand on voyage dans d’autres pays, on pense souvent visiter les églises. Mais quand on revient à la maison, on ne pense pas toujours faire la même chose… J’espère avoir réussi à montrer que notre patrimoine religieux, et aussi architectural et artistique, mérite notre attention! 🙂

      Aimé par 1 personne

  3. Il faudrait dire «modernes» plutôt que «contemporaines» en parlant d’églises qui ont déjà 60 et 70 ans d’âge. Il y a là un parc intéressant d’immeubles conçus par des architectes talentueux (on pense à D’Astous en particulier) qui ont transformé le paysage québécois et été aux premières loges de notre modernité. Dommage qu’il nous manque parfois de moyens ou d’idées pour recycler les églises désaffectées par leurs communautés. Dommage également que plusieurs d’entre elles ont subi depuis leur construction une certaine «kitshification» par des ajouts de mauvais goût – statues de plâtre commandées dans des catalogues; bannières, fresques et autres éléments de décor mal pensés; présentoirs de lampions et autres patentes qui déparent les intérieurs – ce n’est pas pour rien que les architectes se dépêchent de faire prendre des photos de leurs créations avant d’en perdre le contrôle en faveur des occupants-clients qui peuvent en faire ce qu’ils désirent, sans la supervision et surtout de «l’oeil» des concepteurs d’origine. À ce titre, l’Oratoire et l’église des Dominicains sont sans doute les plus «purs», avec la conséquence qu’il est particulièrement choquant de voir cette statue de St-Jude chez les derniers: un bouton d’acné sur un visage lisse! Il est évidemment bon de répertorier ces bâtiments alors qu’ils demeurent plus ou moins «en l’état» – je ne déborde pas d’optimisme quant à leur avenir.

    J’aime

  4. Je suis émerveillée par tout ce travail que vous avez fait. Et je suis si heureuse de visiter ces belles églises. Un jour, allez voir l’église St-Joachim de Pointe-Claire, et celle de l’autre POinte: St-Enfant-Jésus de Pointe-aux -Trembles. Je connais les deux et elles sont très belles aussi.
    Merci. je continuerai demain à me régaler de tout cela.

    Aimé par 1 personne

    • Je n’ai pas réussi à entrer dans l’église Saint-Joachim: chaque fois que je suis passé à Pointe-Claire, les portes étaient fermées! Je vous promets d’y entrer dès que l’occasion se présente, car j’adore déjà le clocher… Merci pour vos recommandations! 🙂

      J’aime

      • J’espère que vous aurez l’occasion d’y aller car je fréquente cette paroisse et elle est magnifique. Quand je sers la messe et que les portes sont ouvertes on peut voir le lac St-Louis, je me croirais au ciel… Les heures des messes sont: le samedi 16h30 et le dimanche: 9h et 11 h. Le curé Alain Roy est très accueillant

        Aimé par 1 personne

  5. Merci pour cette visite des belles églises contemporaines de Montréal. J’en connaissais déjà quelques unes mais avec la somme d’informations que vous transmettez, elles sont encore plus signifiantes et informatives. J’apprécie beaucoup ce beau travail que vous avez fait. Merci.

    Aimé par 1 personne

  6. Bonjour! Je vous remercie pour ce photo-reportage. J’étais très heureuse de voir des photos de l’intérieur de toutes ces églises et, en particulier, de l’église Saint-Bernardin-de-Sienne. En lisant mon texte de réflexion intitulé « L’Église » (3e texte) vous allez comprendre pourquoi : http://www.carnetspirituel.com/417134632

    Est-ce qu’il serait possible de placer une de ces photos sur mon site Internet pour illustrer mon texte? J’aimerais bien celle où l’on voit « des signes d’usure avancée ».

    J’aime

    • Bonjour,

      Je vois que je ne suis pas le seul à m’être buté aux portes closes de St-Bernardin-de-Sienne! Votre histoire date-t-elle de plusieurs années, ou c’est récent? Je serais curieux de savoir en quelle année on vous a répondu que l’église serait démolie, ça m’inquiète…

      Vous pouvez utiliser ma photo sur votre blogue. Vous seriez gentille, cependant, d’indiquer la source en-dessous ou de mettre un lien vers mon texte sur les églises contemporaines où vous l’avez prise 😉

      Bonne journée! 🙂

      J’aime

      • Bonjour,

        C’était le 20 mai 2014 et l’église est toujours là…
        Je souhaite vraiment qu’elle ne soit pas démolie.

        Je vous remercie pour l’autorisation de la photo, c’est très apprécié.
        Je placerai votre nom sur la photo et un lien vers votre article.

        Bonne continuité!

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s