Côte-des-Neiges

À première vue, ce n’est pas un quartier que l’on penserait visiter. Côte-des-Neiges, c’est avant tout un endroit où on habite, où on travaille, où on étudie. Certains y sont allés 400 fois, mais toujours à l’Université de Montréal, pour assister à des cours. D’autres ne l’ont vu qu’une seule fois, lors de leur visite du célèbre Oratoire Saint-Joseph. Mais qui a vraiment pris le temps d’explorer le quartier?

Pourtant, Côte-des-Neiges est fascinante! Les centres d’achats défraîchis et les enfilades de blocs à appartements côtoient de nombreux parcs verdoyants, des bars sympathiques et des avenues complètes de maisons cossues… Ici, on trouve la diversité. Tout d’abord, celle de sa population: un exemple typique de multiethnicité à la montréalaise, pacifique et agréable. Mais aussi celle de son bâti, de son architecture. Il suffit de faire quelques pas pour passer avec étonnement d’un style architectural à l’autre, géorgien, tudor, beaux-arts, renaissance italienne, brutaliste, moderniste, rural, canadien-français… Et surtout art déco! Car les maisons et autres édifices art déco sont partout, dans Côte-des-Neiges, pour qui sait les trouver…

Le quartier est grand. Je connais des recoins inusités, le quartier du Triangle, le belvédère de la Place Northcrest, les alentours de la station de métro Snowdon… Mais on ne peut tout voir en un jour! Alors j’ai tracé pour toi un itinéraire. Un circuit qui te fera passer par les plus belles maisons du quartier, un boisé méconnu, une étonnante chapelle contemporaine et une place publique émouvante. Sans oublier les incontournables: le campus de  l’Université de Montréal, le très animé Chemin de la Côte-des-Neiges, et l’Oratoire Saint-Joseph. Laisse-moi te guider pas à pas: une belle journée de découverte t’attend!

Bienvenue dans Côte-des-Neiges, bienvenue dans… Mes Quartiers! 🙂

Voici ta carte:

clique pour agrandir!

*cet itinéraire est aussi disponible en version pdf sans photo, si tu veux l’imprimer pour l’amener avec toi pendant ta visite: Côte-des-Neiges sans photo

1) promenade architecturale autour de la station Édouard-Montpetit

Ton aventure d’aujourd’hui débute à la station de métro Édouard-Montpetit (ligne bleue)!

Emprunte la sortie B (nord) : Boulevard Édouard-Montpetit. En sortant de l’édicule, tourne à droite pour emprunter l’avenue Vincent-d’Indy en direction nord.

Quelques pas te suffisent pour remarquer que des travaux ont lieu dans le secteur: c’est pour préparer l’arrivée de la future station du Réseau Express Métropolitain. En 2022, un train léger automatisé arrêtera ici et permettra de rejoindre le centre-ville en 3 minutes, en passant sous le mont Royal. Le tunnel existe déjà, à 70 mètres sous terre, mais lorsque la station sera terminée, elle deviendra la deuxième plus profonde en Amérique du Nord!

Poursuis ta marche vers le nord.

Sur ta droite, le dôme de l’édifice principal et monumental du pensionnat du Saint-Nom-de-Marie (1905) pointe son nez.

Tourne à gauche (ouest) sur l’avenue Willowdale.

Tu ne te trouves pas encore dans Côte-des-Neiges, mais bien dans Outremont. La frontière entre les deux arrondissements est irrégulière dans le secteur, alors tu passeras quelques fois de l’un à l’autre sans t’en rendre compte, au début de ton excursion…

Après avoir franchi l’avenue Hazelwood, tu croises cette maison qui m’étonne vraiment, avec sa tour centrale couverte de tuiles oranges, ses escaliers courbés et ses rampes en pierre:

Tourne à droite (sud) sur l’avenue de la Brunante.

J’aime bien le nom de cette rue! Avant 1976, c’était la Sunset Avenue, mais les résidents de l’époque ont signé une pétition pour qu’elle devienne l’avenue de la Brunante, ce qui est vraiment joli! 😉

Au moment de dessiner cet itinéraire, j’ai marché toutes les rues voisines et découvert quelques belles maisons. Mais j’ai choisi de te faire passer par cette avenue, car on y trouve une variété étonnante de styles architecturaux. Tu passes tout d’abord devant celle-ci, avec sa tour ronde, ses tuiles oranges et sa façade en pierre:

À ta droite, il y a ces maisons symétriques, aux briques brunes et aux fenêtres à carreaux, dont l’entrée principale se trouve sur le côté. Probablement de style géorgien.

Puis arrive la maison J.-Donat-Langelier, un des exemples de résidence art déco le plus cité dans le quartier. Des fenêtres sont disposées en angle et de longs bandeaux de pierre décrivent des lignes verticales qui accentuent la hauteur.

La porte d’entrée est encadrée de colonnes vertes et surmontée d’un petit toit et d’une femme sculptée qui joue de la lyre. Des motifs géométriques se répètent dans le bas de la porte, les fenêtres de chaque côté et le garde-corps en fer forgé.

L’avenue propose ensuite une série de maisons jumelées aux briques sombres et aux galeries imposantes…

…pour se terminer par le Woodside Cottage (1865), l’ancienne résidence du premier maire d’Outremont. Tu remarques tout d’abord sa toiture en pente, sa lucarne, sa cheminée, et surtout cette immense baie vitrée qui, à l’origine, était plutôt une véranda arrondie…

Pour ensuite réaliser, en atteignant le Chemin de la Côte-Sainte-Catherine, la véritable ampleur de la maison, couverte de crépi blanc.

Traverse le Chemin de la Côte-Sainte-Catherine, puis tourne à droite (est).

Tu passes à côté d’un édifice dont les éléments ornementaux en pierre et les motifs géométriques dans les portes te rappellent la maison art déco que tu viens de voir sur l’avenue de la Brunante…

Tourne à gauche (nord) sur l’avenue Robert.

Voilà que se pointe maintenant une enfilade de maisons dotées de porches d’entrée aux colonnes blanches…

…puis le petit parc Jacques-Parizeau, oasis de verdure en plein milieu de la rue. Un endroit où l’ancien premier ministre du Québec aimait, dit-on, se promener, lui qui a vécu près de 40 ans juste en face, au no.40 de l’avenue Robert!

Juste après le parc, tu rencontres ensuite une des plus belles maisons du quartier, au style inspiré du Régime français:

Elle détonne par rapport aux maisons voisines, tu ne trouves pas? Peut-être parce qu’elle est en pierres, avec une couverture d’ardoises et des lucarnes. À moins que ce ne soit à cause de son orientation? Car à bien regarder, elle n’est pas alignée à la rue comme les autres, mais plutôt orientée selon les points cardinaux…

Et enfin, après avoir découvert toutes ces maisons art déco, géorgiennes, canadiennes-françaises et autres, voilà que la dernière de l’avenue Robert présente encore un style différent: le brutalisme! On ne s’y attendait pas… Elle a été conçue par son propriétaire, Guy Desbarats (1966), alors directeur de l’École d’architecture de l’Université de Montréal.  Ici, le béton et la brique forment ensemble des volumes complètement dépouillés d’ornementation:

Au bout de la rue, tu aperçois une ouverture dans la clôture: entre!

2) les parcs Marie-Gérin-Lajoie et De Sousa-Mendes

Mais que trouves-tu ici? Un boisé! Qu’à peu près personne à Montréal ne connait, à part les résidents du coin…

Tourne à gauche (ouest) et suis le sentier.

Enserré entre de gros complexes d’habitations et un pavillon de l’Université de Montréal, le parc Marie-Gérin-Lajoie s’étire sur 300 mètres. Nommé en l’honneur de la présidente du premier mouvement féministe québécois, qui a lutté pour qu’on accorde le droit de vote aux femmes, le petit boisé n’a rien d’extravagant, mais est très agréable.

Des bancs te permettent de t’assoir et d’admirer la luminosité qui perce les arbres… Profites-en pour te reposer avant de poursuivre ton chemin!

Traverse le parc jusqu’au bout. Le sentier se divise alors en deux: suis la branche de droite pour atteindre la rue Wilderton. Tourne à droite (nord) sur cette dernière et emprunte la traverse piétonne un peu plus loin.

La traversée mène à un minuscule parc, pourtant consacré à un grand homme: Aristides De Sousa-Mendes. On estime en effet que ce dernier a aidé environ 30 000 personnes à échapper aux nazis pendant la Seconde Guerre Mondiale! Comment? En leur accordant, à titre de consul portugais à Bordeaux, un visa pour entrer au Portugal… Même après qu’on le lui eut interdit, il continua à accorder des visas pour sauver le plus de vies possible…

Dans le parc, une plaque commémore l’acte de bravoure de l’honorable homme. Si l’histoire t’intéresse, tu peux lire cette incroyable histoire d’une montréalaise qui a découvert par hasard que son père avait été sauvé par lui!

Traverse le minuscule parc pour atteindre la rue Plantagenet puis tourne à gauche (sud) sur celle-ci.

Il n’y a pas grand-chose à signaler sur cette rue, à part peut-être une maison dont les motifs floraux et les lignes verticales encadrant la porte et les fenêtres rappellent encore un peu le style art déco, omniprésent sur ta route.

Tourne à droite (ouest) sur le Chemin de la Côte-Sainte-Catherine.

3) la chapelle du Couvent Saint-Albert-le-Grand

Après quelques pas, la chapelle du Couvent Saint-Albert-le-Grand se dévoile, avec tout son modernisme! L’architecte Yves Bélanger signe ici, en 1960, sa réalisation la plus marquante. Déjà, à l’extérieur, les volumes géométriques carrés s’emboîtent et se répondent les uns aux autres.

En façade et sur les côtés, tu remarques assez vite les intrigants carrés de verre colorés qui sont incrustés dans la brique jaune…

Mais c’est à l’intérieur que tu réaliseras l’ampleur de l’effet créé par ces blocs de verre!

N’hésite pas à entrer: c’est généralement ouvert.

Un premier espace se présente alors à toi, dégagé, épuré. Et malgré son plafond plat qui manque complètement d’intérêt (on est loin des voûtes peintes des églises baroques!), les couleurs vives des murs vitrés resplendissent tellement qu’on ne peut que s’extasier…

De chaque côté de la nef, des empilades de blocs de béton brut te séparent d’un deuxième espace, où les carrés colorés prennent une profondeur qui les rend encore plus spectaculaires…

La chapelle ne présente que très peu d’ornementation. Mais la répétition des motifs carrés et rectangulaires et l’effet lumineux absolument unique créé par les verres colorés font qu’elle s’est méritée une place dans mon Top 15 des plus belles églises contemporaines à Montréal!

Retourne dehors, tourne à droite (ouest) sur le Chemin de la Côte-Sainte-Catherine, puis à gauche (sud) sur  l’avenue Woodbury.

Ta promenade se poursuit. Les maisons de l’avenue Woodbury ne t’impressionneront pas beaucoup, après celles que tu as découvertes sur les avenues de la Brunante et Robert. Il y a tout de même quelques duplex jumelés sympathiques, avec leurs façades de pierre…

Mais attention: l’avenue Willowdale approche, et elle te réserve bien des surprises! 🙂

4) l’avenue Willowdale

Je te dirais bien que c’est la plus belle rue de Côte-des-Neiges, mais ce n’est qu’à droite qu’elle plonge dans cet arrondissement. Car à gauche, elle appartient à Outremont! Mais quoi qu’il en soit, elle demeure selon moi la plus impressionnante de ton excursion d’aujourd’hui!

Commence par explorer l’est, en tournant à gauche.

Il y a tout d’abord cet édifice à logements, dont le revêtement inférieur en pierre décrit d’étonnants motifs qui contrastent avec le revêtement supérieur en briques foncées!

Puis, après l’avenue Plantagenet, les appartements Anita te permettent de retrouver le style art déco de l’avenue de la Brunante, avec leur belle porte d’entrée et surtout le long bandeau de pierre qui accentue la verticalité.

Au coin de Wilderton, ce sont les deux duplex jumelés qui attireront ton attention, avec leur tour ronde centrale et massive qui leur donne pratiquement une touche médiévale!

Traverse du côté sud de l’avenue Willowdale et tourne à droite (ouest) pour revenir vers Woodbury.

Une fois revenu sur tes pas, tu commences à explorer une nouvelle partie de Willowdale. Les immeubles à appartements se multiplient. Parées de briques rouges ou brunes, les façades présentent une partie centrale en retrait, souvent munies de balcons arrondis. Ici, des insertions de pierre verticales ornent l’axe central de la porte d’entrée et les angles des saillies de part et d’autre.

Tandis que là, ce sont des blocs de verre qui marquent les angles…

…et qui encadrent la porte d’entrée, donnant à cette dernière une touche résolument art déco. Et à l’édifice tout entier -le Modern Court-, souvent cité comme un exemple résidentiel d’art déco montréalais.

D’ailleurs, sur le coin ouest de la conciergerie, si tu n’avances pas trop vite, tu apercevras un autre édifice art déco que tu approcheras tantôt: la tour de l’Université de Montréal!

La porte du bâtiment suivant est de même style. Munie de fenêtres aux formes géométriques abstraites, elle est encadrée de luminaires givrés et de rampes en fer forgé stylisées. Au-dessus, on trouve un lettrage métallique et un petit toit arrondi.

À elle seule, la porte semble donner du prestige et du style à un bloc à appartements qui, autrement, n’en aurait peut-être pas tant que ça…

L’avenue Willowdale est fascinante, non? Personnellement, la première fois que je me suis promené ici à la limite de Côte-des-Neiges et d’Outremont, je ne pensais jamais trouver tous ces petits trésors… ! Et ce n’est pas tout, car quelques pas plus loin, le style d’habitations change encore complètement: voilà maintenant que les maisons unifamiliales en pierre se multiplient de part et d’autre de l’avenue!

Au bout de Willowdale, traverse l’avenue Louis-Colin et emprunte le sentier qui s’ouvre devant toi et qui bifurque légèrement vers la droite.

5) HEC Montréal et l’Université de Montréal

Tu pénètres maintenant sur les terrains du principal pavillon de HEC Montréal, consacré aux hautes études commerciales.

Entre à l’intérieur.

Ce qui frappe le plus est sans doute l’atrium, dont la grande verrière ondule pour épouser la forme du bois de Pères. L’abondance de la lumière naturelle, la percée visuelle vers le bois et la vue sur les formations rocheuses font qu’on se sent tout de suite bien dans ce lieu plutôt inattendu… Tu peux le constater par toi-même, en faisant quelques pas vers la droite après être entré.

Sinon, sur ta gauche, c’est l’escalier qui attire le plus l’attention. Les poutres métalliques s’agencent pour former une envolée de marches qui s’élèvent vers un puits de lumière cylindrique…

Retourne à l’extérieur. Tourne à droite (sud) sur l’avenue Louis-Colin.

Depuis 2017, cette dernière est partiellement piétonnisée pendant la saison estivale.

La promenade Colin permet de faciliter le déplacement des étudiants qui, à certains moments de la journée, sont particulièrement nombreux à passer par ici…

Traverse le boulevard Édouard-Montpetit et continue, en face, de suivre l’avenue Louis-Colin, qui décrit une courbe vers la droite (ouest).

Devant toi, le pavillon Roger-Gaudry, conçu par l’architecte Ernest Cormier, te présente le symbole le plus reconnaissable de l’Université de Montréal: sa fameuse tour art déco de 22 étages. Épurée et de couleur chamois, ses longues saillies renforcent sa verticalité. Elle culmine avec un dôme de cuivre.

Tourne à droite (ouest) au premier coin de rue, sur l’avenue Lacombe.

Je te fais passer par l’avenue Lacombe, plutôt que par le gros boulevard Édouard-Montpetit, car la promenade y est plus douce et sympathique.

La verdoyante avenue ne présente pas tant d’intérêt, mais la balade est agréable. Quelques façades de pierre attireront peut-être ton attention, parfois curieuses (photo ci-haut), parfois jolies avec leurs belles portes arrondies.

Entre la rue McKenna et l’avenue Decelles, du côté sud, tu verras ma maison préférée du coin. Construite en 1899, elle a été admirablement conservée. Son style rural, sa vaste galerie et sa toiture à versants rappellent l’ancien village de Côte-des-Neiges.

Poursuis ta marche vers l’ouest.

6) l’effervescence de Côte-des-Neiges

Jusqu’ici, le visage que tu as vu de Côte-des-Neiges est celui des rues paisibles, des maisons cossues et des blocs à appartements art déco. À travers tout cela s’est aussi présenté un boisé et une chapelle contemporaine… Le campus universitaire ajoute maintenant une certaine effervescence, qui s’intensifie au fur et à mesure que tu te rapproches du Chemin de la Côte-des-Neiges, la rue la plus animée du quartier.

Tu le sens déjà, au coin de l’avenue Gatineau, où la terrasse du Saint-Houblon est particulièrement courue. La microbrasserie propose une longue carte de bières, plus d’une vingtaine, que tu peux explorer en mode galopin pour en découvrir le plus possible 😉

Tu peux aussi casser la croûte, si tu commences à avoir faim…

Pour ce qui est de manger, le Zeppelin, en face, propose plusieurs plats à 5$, à l’achat d’un breuvage: sandwich de saucisse artisanale, tacos de porc effiloché, poutine classique… En plus d’offrir des burgers et d’autres poutines à petits prix!

En plus, le décor est original, avec ses banquettes et ses tabourets dépareillés, ses cadres, ses valises, ses coffres aux trésors et autres objets semblant sortir d’une autre époque…

Tourne à gauche (sud) sur l’avenue Gatineau.

La murale d’A’shop, « Au-delà des saisons », est impossible à manquer. Exécutée par Dre, Dodo Ose et Zek, on y reconnaît l’Université de Montréal et l’Oratoire Saint-Joseph dans la  « boule à neige ». D’immenses flocons parsèment d’ailleurs le mur, un clin d’oeil humoristique au nom du quartier, Côte des… Neiges.

Après quelques pas, tu passes devant la caserne de pompiers no.27, de style Beaux-Arts. Conçue par Louis-Roch Montbriand et achevée en 1908, elle présente des portes cochères et une tour à boyaux dominée par un dôme en cuivre.

Au coin de la rue Jean-Brillant s’ouvre, sur ta gauche, le parc du même nom. Il se peut que cette curieuse structure inclinée t’intrique:

Faite d’acier et de verre, elle sert en fait d’écran de projection. Elle a été conçue par Dan Hanganu, qui nous a laissé tout un héritage… Tu te rappelles de la belle verrière du pavillon de HEC Montréal, tantôt? Eh bien c’était aussi de lui!

Tourne à droite (ouest) sur la rue Jean-Brillant et marche jusqu’au Chemin de la Côte-des-Neiges. Tourne immédiatement à gauche (sud) sur ce dernier.

Te voilà rendu sur la plus importante artère commerciale du quartier, qui passe entre les sommets Outremont et Westmount du mont Royal, l’un dominé par la tour de l’Université de Montréal, l’autre par le dôme de l’Oratoire Saint-Joseph. Il y a toujours de l’action, sur Côte-des-Neiges! Ici, on goûte au mélange des cultures, à la multiethnicité montréalaise typique… Les commerces se succèdent les uns les autres, épiceries, restaurants, librairies… Notamment l’Olivieri, qui est à la fois une librairie et un bistro! À l’arrière, on trouve une grande terrasse, où tu voudras peut-être faire une pause.

Marche jusqu’au Chemin Queen-Mary et tourne à gauche (est). Après avoir traversé l’avenue Gatineau, tourne à droite (sud) et traverse Queen-Mary.

7) la Place du 6-Décembre-1989 et la placette Côte-des-Neiges

Sur ta gauche s’étire la Place du 6-Décembre-1989, qui commémore le meurtre misogyne de 14 jeunes étudiantes en génie à l’École Polytechnique de Montréal, tout près de la station de métro Édouard-Montpetit où tu as commencé ton itinéraire.

Intitulée Nef pour quatorze reines, l’oeuvre commémorative de Rose-Marie Goulet et Marie-Claude Robert (1999) se présente d’abord comme une série de 14 stèles à l’image de la première lettre du nom de chaque victime, disposées de part et d’autre d’un sentier.

une fleur sur la neige

Vis-à-vis chaque stèle, les autres lettres de chaque nom défilent sur des bandes de granit noir qui, par leur forme en arc, symbolisent l’onde de choc créé par l’événement de la tuerie. Un bel hommage rendu aux victimes, qui méritaient cet espace de recueillement.

Au bout de la place commémorative se dresse la maison Simon-Lacombe, une des dernières qui rappelle l’ancien village de Côte-des-Neiges, ancienne propriété d’un important cultivateur de l’époque.

Derrière toi, si tu te retournes, tu verras l’Oratoire Saint-Joseph apparaître dans toute sa splendeur, au-dessus des arbres! C’est par là que je t’amène maintenant… 😉

Reviens sur tes pas sur Queen-Mary (ouest) et traverse le Chemin de la Côte-des-Neiges. Rendu de l’autre côté, tourne à gauche (sud) pour atteindre le Chemin Frère-André.

Depuis 2016, ce dernier est piétonnisé chaque été et devient alors la placette Côte-des-Neiges. On y trouve un kiosque d’information touristique dédié au quartier et des chaises Adirondak pour se reposer. C’est très apprécié!

Les restaurants voisins profitent de l’occasion pour étendre leurs belles terrasses…

La placette est aussi le point de départ de trois parcours proposés par Expérience Côte-des-Neiges, orientés sur la gastronomie, la spiritualité et le savoir. Eh oui: je ne suis pas le seul à proposer des itinéraires pour découvrir le quartier! 😉

Traverse la placette et tourne à droite (ouest) sur la rue du Frère-André.

Tu te rapproches de plus en plus de l’Oratoire! En chemin, tu passes devant des maisons de style Tudor, mêlant briques, pierres et ardoises…

Leurs colombages décoratifs et leurs balcons en bois brun foncé sont vraiment typiques!

8) l’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal

Au bout de la rue, l’Oratoire Saint-Joseph apparaît sur ta gauche.

Rejoins le chemin central et monte les marches à genoux.

Ben non, c’est une blague: je voulais voir si tu faisais vraiment ce que je dis! 😉 Tu peux monter sur tes deux pieds: tu as déjà fait assez d’efforts aujourd’hui!

Le plus grand sanctuaire au monde dédié à saint Joseph est visité par plus de 2 millions de personnes chaque année: pas besoin de te dire que c’est la plus importante attraction de Côte-des-Neiges! De 1924 à 1967, de nombreux architectes ont travaillé à sa construction, notamment Dalbé Viau, Alphonse Venne, dom Paul Bellot, Lucien Parent et Gérard Notebaert. Aujourd’hui, son gigantesque dôme de cuivre, à peine plus petit que celui de Saint-Pierre-de-Rome, domine la ville avec sa croix qui culmine à 300 mètres d’altitude…

Au début, ce n’était qu’une simple petite chapelle, quelques pas à l’ouest de l’actuel Oratoire. Le frère André, qui travaillait comme portier au collège Notre-Dame juste en face, avait multiplié les guérisons au fil des ans et tellement de gens voulaient le rencontrer que le Collège avait fini par lui demander de les recevoir ailleurs. Des dons lui permirent donc de faire construire la chapelle, où tous pourraient prier saint Joseph. Mais cette dernière devint rapidement trop petite et sous la pression des laïcs le projet d’Oratoire vit le jour.

Aujourd’hui, ce dernier comprend un ensemble de lieux à visiter, que je te laisse explorer dans l’ordre que tu veux. Bien sûr, tu ne peux manquer la basilique principale. De facture contemporaine, elle contraste avec le style renaissance italienne de l’extérieur…

Au plafond, les arcs brisés frappent par leur aspect massif! Le système d’éclairage est fait de luminaires suspendus, notamment un anneau central programmable.

Le sculpteur Henri Charlier a réalisé le crucifix qui se tient debout dans le choeur, de même que les 12 grandes statues des apôtres réparties de part et d’autre de la nef…

Les vitraux de Marius Plamondon, eux, illustrent la place de saint Joseph dans l’histoire canadienne… Il faut rappeler que c’est à lui que le frère André a toujours attribué ses guérisons, prétendant n’avoir aucun mérite personnel là-dedans.

Un autre lieu est cependant plus émouvant selon moi: la chapelle votive, de style art déco!

Remplie de 10 000 lampions…

… on y expose les cannes et les béquilles des personnes dites avoir été miraculeusement guéries. Quelque chose qui m’avait beaucoup impressionné, quand j’étais enfant… Il fallut 70 ans (1940-2010) pour que le Vatican finisse par canoniser le frère André, suite à la reconnaissance officielle de deux guérisons miraculeuses…

À côté de la chapelle, on trouve la Crypte, qui comprend des vitraux exceptionnels…

…et un fascinant chemin de croix.

En te baladant, tu tomberas aussi sur des reproductions de la vie de saint André, notamment celle de sa cellule de portier au collège Notre-Dame…

Et celle du bureau où il a reçu, jusqu’à sa mort, des milliers de pèlerins. À noter que les murs et le mobilier sont les originaux de l’époque!

Tu ne dois pas, non plus, manquer le musée de l’Oratoire, fort intéressant. Non seulement pour ses magnifiques vitraux de Guido Nincheri, mais aussi parce qu’on y trouve 200 crèches provenant d’une centaine de pays. Comme celles du Portugal…

…de l’Inde…

…ou encore la version humoristique et contemporaine des États-Unis:

Dehors, du côté Est de l’Oratoire, il y a un autre lieu que beaucoup de visiteurs ne pensent jamais visiter: le Jardin du chemin de croix. La promenade se fait le long de 42 personnages sculptés…

…et permet d’atteindre une fontaine méconnue des Montréalais eux-mêmes!

En 2020, l’entre-dôme devrait être réaménagé pour accueillir les visiteurs, qui auront alors accès à la plus haute fenêtre sur Montréal, dans le lanterneau. Mais en attendant, tu peux déjà profiter de la vue dégagée sur l’horizon qu’offrent les escaliers et le belvédère actuels…

…et apercevoir l’Université de Montréal, où tu te trouvais tantôt! 😉

Redescends et suis le chemin central.

Tu croises alors le monument à Saint-Joseph, réalisé par Alfred Laliberté.

Derrière toi, tu peux une dernière fois jeter un oeil sur la façade de l’édifice qui, au coucher du soleil, prend de magnifiques teintes orangées…

Une fois rendu au portail central, traverse immédiatement de l’autre côté du Chemin Queen-Mary.

Devant toi se trouve le collège Notre-Dame, où le frère André fut portier de 1871 à 1909.

Au-dessus de la dernière porte de droite, tu peux d’ailleurs apercevoir une sculpture qui lui rend hommage…

Tourne à droite et marche vers l’est sur le Chemin Queen-Mary.

9) La station Côte-des-Neiges et ses environs

En revenant vers le Chemin de la Côte-des-Neiges, tu passes devant la porte art déco de l’ancien musée historique canadien. On y trouvait autrefois 200 statues de cire grandeur nature dans des mises en scène représentant des moments historiques, souvent liés à l’évolution du catholicisme au pays. Inauguré en 1935, ce fut le troisième musée de cire au monde, après le musée Madame Tussauds à Londres et le musée Grévin à Paris!

Tourne à gauche (nord) sur le Chemin de la Côte-des-Neiges.

Tu retrouves alors l’effervescence urbaine du quartier. Si tu ne l’as pas fait avant, tu auras peut-être le goût de manger un petit quelque chose pour te rassasier. Ça tombe bien: le Kinton Ramen se présente bientôt à toi.

En entrant dans l’izakaya, tu te fais saluer en japonais par les employés. Tu ne sais pas où poser ton manteau? Fais comme à Tokyo: glisse-le sous ton banc! Il y a une tablette prévue justement pour ça…

Après avoir jeté un oeil sur le décor contemporain du resto, tu es maintenant prêt pour manger ton bol de ramen! Si tu aimes l’ail, tu peux même oser essayer le bol de ramen à l’ail épicé au porc… Mais je te préviens tout de suite: on te servira -ce que je n’ai jamais vu ailleurs- une tête d’ail complète râpée! Mauvais choix, donc, si tu es accompagné… Car même le lendemain, tu vas encore sentir l’ail (et je n’exagère pas)! 😉 Mais ils ont prévu le coup: dans les toilettes, tu trouveras du rince-bouche! Une belle attention…

bol de ramen classique au porc

Poursuis ta marche (direction nord).

Te voilà rendu à la station de métro Côte-des-Neiges (ligne bleue)! En descendant, tu croiseras cette oeuvre de Claude Bettinger, intitulée Verrières, Verre antique (1988):

Les lignes qui se croisent, se rejoignent et se séparent, représentent nos cheminements personnels et nos destins. Une belle image pour un explorateur urbain… L’ensemble géométrique abstrait composé de lignes verticales rappelle aussi vaguement, je trouve, les nombreux édifices art déco que tu as vus aujourd’hui… Tu ne trouves pas? 😉

*****

Et voilà: c’est la fin de ton aventure! Mais beaucoup d’autres t’attendent… Je te propose en effet plus d’une vingtaine de parcours à travers les différents quartiers de la ville, et même de l’île de Montréal. Des journées complètes d’excursion, que ce soit au milieu des rues verdoyantes du Vieux-Rosemont, sur le bord de l’eau à Lachine, ou dans le quartier voisin de Notre-Dame-de-Grâce! À faire seul, en couple ou avec des amis… De quoi occuper ton été au complet!

Au lieu de toujours te promener dans les mêmes quartiers, ceux où tu habites et travailles, casse ta routine et ouvre-toi aux autres quartiers: il y a tant à découvrir! Des rues méconnues, de magnifiques parcs, des fontaines et des sculptures étonnantes, des édifices à l’architecture audacieuse, des églises cachées… Suis-moi: je vais tout te montrer! Ton aventure se poursuit ICI, avec le blogue Mes Quartiers.

Et n’oublie pas de t’abonner, pour ne pas manquer mes prochains articles! 🙂

La page Facebook de Mes Quartiers, tenue conjointement avec le blogue C’est toi ma Ville: deux façons de découvrir encore plus Montréal!

3 avis sur « Côte-des-Neiges »

  1. Un tonnerre d’applaudissements! Voici un parcours qui traverse un quartier où j’ai vécu et où je suis passé à répétition au cours des 50 dernières années et je m’aperçois que je n’avais rien vu, ou presque rien. J’y suis allé de découverte en découverte! Bravo!
    Au cas où ça vous intéresserait, je vous signale que l’Oratoire St-Joseph est parfois classé comme la 8e plus grande église au monde, plus grande que Notre-Dame de Paris. Je dis « parfois » parce que les auteurs ne s’entendent pas sur la façon de calculer la taille d’édifices aussi complexes: surface au sol? volume total? incluant les bas-côtés? etc.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s