Notre-Dame-de-Grâce

Notre-Dame-de-Grâce… Tous les Montréalais ont déjà entendu parler de « NDG » (prononcé en anglais), comme on l’appelle régulièrement. Mais combien s’y sont déjà aventurés? Beaucoup de francophones qui habitent à l’est de la rue Saint-Laurent ne savent probablement pas à quelle station de métro descendre pour aller explorer ce quartier cosmopolite. Et je l’avoue: jusqu’à récemment, je faisais partie de ceux-là.

J’ai découvert NDG pour la première fois il y a seulement huit ans. Après être sorti de la station Villa-Maria, je me suis retrouvé sur l’avenue de Monkland et j’ai été surpris par l’animation et l’effervescence que j’y ai trouvées, les terrasses qui se succédaient sur plusieurs coins de rue, la foule qui profitait des premières chaleurs du printemps pour se dégourdir les jambes… C’est à ce moment que j’ai réalisé que dans chaque quartier montréalais, il y a au moins une rue de référence, sur laquelle les résidents aiment sortir, magasiner, flâner. De telle sorte que partout, il se passe quelque chose. À Montréal-Nord, à Ahuntsic, à Lachine… Il suffit de savoir où!

Au fil des ans, ma curiosité me fit explorer les différents racoins de NDG, du Théâtre Empress à Benny Farm, en passant par les jolies rues résidentielles aux maisons dotées de porches semblant sorties d’une autre époque. Je te propose aujourd’hui de découvrir toi aussi ces anciennes terres où poussaient autrefois les gros melons montréalais que l’on s’accaparait jusque dans les hôtels et restaurants de New-York et Boston. De découvrir ce que sont devenues les résidences des vétérans de la Deuxième Guerre Mondiale, à Benny Farm. De découvrir les belles rues résidentielles du Village Monkland.

Une belle journée d’excursion s’annonce… Bienvenue à Notre-Dame-de-Grâce!

Voici ta carte:

1) Une église, un palais et un jardin

Il y a des stations de métro où on ne sort jamais, et Villa Maria, sur la ligne orange, est une de celles-là pour la plupart des Montréalais. Pourtant, elle est la station de référence pour les très nombreux résidents et travailleurs d’NDG. Alors si tu penses qu’il ne s’y passe rien, détrompe-toi!

Située aux pieds du Collège Villa-Maria, c’est le point de départ de ton excursion d’aujourd’hui et aussi ton point d’arrivée. Lorsque tu reviendras ici, dans quelques heures, tu auras en tête plein de nouvelles images et une seule phrase en tête: « je ne pensais pas que tout cela existait! ».

œuvre intitulée « Cercles » (1981) d’André Léonard.

Sors de la station du côté du boulevard Décarie, et tourne à gauche (direction sud) sur ce dernier. Marche jusqu’à l’avenue Notre-Dame-de-Grâce.

En chemin, sur ta droite, tu vois apparaître un clocher entre les branches: c’est le campanile de l’église Notre-Dame-de-Grâce.

Tourne à droite (ouest) sur Notre-Dame-de-Grâce et pénètre dans le petit parc.

C’est en pénétrant sur le terrain gazonné par un des sentiers que l’église se dévoile.

Inaugurée en 1853, elle a été construite par l’architecte anglais John Ostell, qui avait réalisé une quinzaine d’années plus tôt l’édifice des Douanes de la Place Royale, dans le Vieux-Montréal.

l’édifice des Douanes

En comparant les deux ouvrages, on reconnaît son usage des colonnes toscanes, que l’on retrouve au premier étage de la façade de l’église. Au deuxième étage se trouvent plutôt des colonnes ioniques, et au-dessus de la porte principale, une niche abritant la statue de la Vierge Marie.

De 1855 à 1910 ont été inhumées, au sous-sol, les dépouilles de 300 personnes dont le premier maire de Montréal, Jacques Viger.

Marche sur Notre-Dame-de-Grâce en direction ouest.

Tu arrives en quelques pas au bas d’un escalier et d’une porte grillagée sécurisée. Et là se dévoile l’inattendu: une entrée monumentale, une fontaine et, derrière, un édifice digne d’un petit palais européen! Au sommet de la façade se trouve gravé le mot « Veritas ».

Malgré toutes mes recherches, je n’ai jamais réussi à trouver à qui appartient cette richissime demeure. Je sais seulement que les autos de luxe entrent sur le terrain par la porte de gauche, et que derrière le palais se cachent cinq autres maisons… Avis aux résidents du quartier: si vous connaissez la fonction de cet incroyable édifice, n’hésitez pas à laisser vos commentaires à la fin de ce texte!

Une fois dépassé la rue Botrel, traverse du côté sud de l’avenue Notre-Dame-de-Grâce.

S’étend alors devant toi un grand jardin communautaire…

Je n’en ferais peut-être pas grand-cas normalement, mais celui-ci a quelque chose de particulier: il a été construit au-dessus de l’autoroute Décarie!

Difficile d’imaginer tout le traffic qui passe présentement sous cet espace verdoyant… Et on se prend alors à rêver que tous les passages qui enjambent les autoroutes puissent ressembler à celui-ci! 😉

Tourne à gauche (sud) sur la rue Addington.

Tu longes alors l’autoroute qui se dévoile un peu. Et tu commences à découvrir les premières belles maisons d’NDG, dont celle-ci de style Queen Anne, au coin du Chemin de la Côte-Saint-Antoine, avec sa toîture grise, sa véranda couverte et sa rotonde:

Tourne à droite (ouest) sur le Chemin de la Côte-Saint-Antoine.

2) Un clocher sur le parc

En marchant sur le Chemin de la Côte-Saint-Antoine se dévoile assez vite un clocher qui frappe par son immensité: c’est celui de l’ancienne église St-Augustine of Canterbury.

Plus on s’en approche, plus on est impressionné par ses dimensions. Les photos ne le rendent peut-être pas, mais je n’en ai jamais vu d’aussi large à Montréal. Au centre, on aperçoit une immense cavité, presqu’aussi large que l’église elle-même. Et son sommet est coiffé d’un toît massif. Des caractéristiques qui en font selon moi un des 20 plus beaux à Montréal

Cette église a bien failli disparaître. Mais en 2002, une communauté évangélique l’a reprise sous son aile et l’a rabaptisée la River’s Edge Community Church. Des travaux ont eu lieu pour la restaurer.

Mais l’ange qu’on y trouvait autrefois n’a toujours pas retrouvé sa place. La dernière fois que je l’ai vu, il était exposé à 3 km d’ici, à l’église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, à Verdun…

Au coin de l’avenue Marcil, tourne à gauche (sud) et emprunte le sentier qui longe le parc.

Le parc Notre-Dame-de-Grâce est un des plus vieux espace vert du quartier. L’été, Cinema NDG y projette des films gratuits, et l’hiver, la silhouette de la River’s Edge Community Church domine l’horizon à travers les arbres sans feuilles…

Mais c’est bien sûr l’automne que le parc prend ses plus belles couleurs…

On s’y assoit et s’y promène avec plaisir.

Une fois sorti du parc, sur la rue Sherbrooke, jette un oeil vers l’est.

3) Le Théâtre Empress

Sur ta gauche se dresse l’ancien et magnifique Théâtre Empress, de style néo-égyptien. Inauguré en 1927, il est abandonné depuis maintenant 25 ans, suite à un incendie. Ces dernières années, plusieurs plans de restauration et de relance ont échoué. Les bénévoles de la Fondation Théâtre Empress, une OBNL, voudraient y loger des salles de cinéma, un resto, un café, une salle de cabaret et des salles d’exposition… Mais pour que la Ville leur cède l’édifice, elle requiert qu’ils amassent préalablement la totalité du financement nécessaire au projet. Ce qui n’est pas chose facile, car il s’agit d’une somme tournant autour de 9 millions de dollars…

Le Théâtre ayant changé plusieurs fois de vocation au XXième siècle, plusieurs transformations et reconfigurations successives ont progressivement éliminé la plupart des éléments de son décor intérieur initial. Mais comme tu peux le voir, la façade impressionne encore.

Les têtes de sphynx montent encore la garde au sommet de leurs deux colonnes.

Elles sont entourées de personnages qui défilent…

Sur chaque colonne, un couple semble se préparer pour un spectacle…

Souhaitons pour tout le monde que des investisseurs s’engagent dans le projet. Les théâtres Corona et Outremont ont été sauvés ces dernières années, et leur relance a créé une certaine effervescence dans leurs quartiers respectifs, au grand plaisir des habitants et des commerçants. Le Théâtre Empress, avec son style unique, mériterait lui aussi d’être sauvé. Nous lui souhaitons à tout le moins un meilleur destin que celui de son voisin, le Théâtre Snowdon, victime d’un incendie l’an passé…

Tourne à droite et marche vers l’ouest sur la rue Sherbrooke, côté nord.

4) Cette rue Sherbrooke que l’on ne connaît pas

Nous connaissons tous la rue Sherbrooke: la rue des grattes-ciel, des grands hôtels, de l’Université McGill et du Musée des Beaux-Arts. Pour certains, c’est aussi la rue du Parc Lafontaine, des grandes colonnes de l’ancienne « bibliothèque centrale » et de l’Hôpital Notre-Dame. Pour d’autres, qui habitent plus à l’est, c’est une enfilade de bannières commerciales, le Centre du Domaine, la Place Versailles… Les anglophones penseront quant à eux au magnifique parc Westmount, à sa bibliothèque et à ses serres.

Mais la rue Sherbrooke est longue, très longue. Et la section que je t’amène découvrir aujourd’hui est beaucoup moins connue. Les résidents d’NDG la fréquentent pourtant régulièrement!

On ne sait pas trop à quoi s’attendre en faisant nos premiers pas… Il y a tout d’abord cette maison qui attire l’attention du côté sud. Les résidences funéraires Collins Clarke MacGillvray White ne manquent pas de panache!

De ton côté, il y a aussi cette cour privée, dont le résident est visiblement un fan de Pink Floyd…

…et de Bob Dylan. Une première curiosité qui surprend!

Mais après avoir dépassé le joli Kokkino Café

…tu tombes, au coin de rue suivant, sur une autre curiosité qui mérite un arrêt: l’Alley Cat Gallery.

Entre un salon de beauté et un fleuriste, une petite allée résidentielle est couverte de tableaux et de dessins de chats! Un véritable trésor…

C’est en fait l’initiative d’un résident, John Jordan, inspiré par son propre chat: Humbert. Récupéré à la SPCA il y a quatre ans, il errait auparavant dans les rues de Verdun. Depuis plusieurs années, John affiche donc sur les murs de briques des oeuvres représentant de jolis félins.

Une affiche indique que les citoyens peuvent soumettre leur oeuvre sur le groupe facebook de l’Alley Cat Gallery. Un concours est aussi parfois organisé pour soumettre les dessins d’enfants… Avis aux intéressés!

Si tu commences à avoir faim, c’est peut-être le temps de faire une pause? Juste en face, du côté sud de la rue Sherbrooke, se trouve justement une adresse incontournable d’NDG: le Notre-Boeuf-de-Grâce.

J’y ai trouvé des burgers que je placerais sans hésiter parmi les meilleurs en ville! Tu peux même le confectionner sur mesure: choisir la grosseur de ta boulette, les condiments, les sauces et les ingrédients en extra…

Les burgers sont servis juteux et la viande fraîche est hâchée sur place chaque jour! Tu peux même acheter les boulettes et les ramener chez toi… Ou, pour un prix très raisonnable, manger sur place tout en ayant l’impression de déguster des burgers faits maison!

Traverse l’avenue Wilson et poursuis ta marche vers l’ouest…

Après avoir dépassé l’ancien bureau de poste…

…tu tombes sur le café Zéphyr dont l’édifice marque le coin de rue Melrose avec sa rotonde de briques.

Mais juste avant, c’est la petite Coop La Maison Verte qui attire l’attention. Crois-le ou non, mais tu te trouves devant la première coopérative de solidarité en environnement à avoir vu le jour au Canada! Cofondée en 1999 par sept citoyens de Notre-Dame-de-Grâce, elle compte maintenant plus de 10 000 membres! Elle vend des aliments bios (fruits, légumes, café, pain, viandes…) et des produits écologiques. Et pendant l’été, des fermiers offrent leurs produits en avant du commerce.

On passe souvent devant ce genre de commerce sans jamais y entrer. Alors ose pousser la porte et prends deux minutes pour aller voir les produits qui s’y vendent: tu feras peut-être des découvertes intriguantes! En plus, l’intérieur est très joli…

Poursuis toujours ta route vers l’ouest.

La rue Sherbrooke prend, au cours des prochains coins de rue, un visage bien différent. En effet, une foule de restos multiethniques se succèdent: grec (Nikas), libanais (Azar), éthiopien (East Africa), trinidadien (Jean’s Trinidad Food), coréen (Hwang-Kum), japonais (le Jardin Iwaki et le Mizu Sushi Lounge), indiens (le Ganges, la Maison India et l’Étoile des Indes), et Louisianais (La Louisiane).

Sans oublier un pub irlandais bien particulier: le Honey Martin.

Vieux et petit, on croirait que le temps s’y est arrêté. Et l’ambiance y est amicale. Ici, tout le monde se parle! La serveuse t’aborde en te disant que tes cheveux sont beaux et te parle ensuite de sa grand-mère… Les clients se présentent entre-eux, se serrent la main, se parlent de la pluie et du beau temps… Et comme dans la plupart des commerces du coin, ça parle essentiellement anglais. Dépaysement garanti, pour un francophone de l’est de la ville! 😉

Au coin de l’avenue Royal, marque une pause dans le petit parc qui s’ouvre devant toi.

Le parc triangulaire, enserré entre les rues, est en fait la Place Guy-Viau.

Plusieurs bancs s’offrent à toi pour marquer une pause pendant ton trajet.

Du côté nord, les appartements New Royal et Broadview du Chemin de la Côte-Saint-Antoine présentent des détails intéressants.

Au-dessus des portes et de chaque côté, on trouve des panthères ailées et autres personnages sculptés dans des médaillons…

À l’extrémité ouest du parc, une succursale de la Banque Royale ferme le coin en angle avec ses briques rouges et brunes…

Enfin, de l’autre côté de la rue Sherbrooke, se trouvent quelques commerces dont un café et une épicerie vegan (le Mouton Vert) et Le Coin d’Asie. Ce restaurant « apportez votre vin »  propose un général tao au poulet frit et croustillant et surtout d’excellents raviolis aux arachides et épinards frits…

On y sert aussi des « sizzling » au basilic: des plats frétillants servis directement sur leur plaque de cuisson encore chaude.

Poursuis ta route: tourne à droite (nord) sur la rue Hampton.

5) Les belles maisons du Village Monkland

Tu n’as pas eu la chance de voir beaucoup de rues résidentielles jusqu’ici… Alors je te fais quitter la grande rue Sherbrooke, commerciale, pour te faire pénétrer dans un des plus beaux secteurs du Village Monkland. Je te préviens tout de suite: tu n’auras jamais vu autant de porches en bois à Montréal, lorsque tu auras terminé ce circuit! Car c’est un des traits marquants des maisons d’NDG…

Sur Hampton, tu les remarques assez vite, après quelques pas…

Les belles maisons de toutes les couleurs se succèdent, en retrait du trottoir. Quelques marches permettent d’atteindre le balcon du rez-de-chaussée.

Des colonnes soutiennent un deuxième balcon qui est quelques fois coiffé d’un fronton triangulaire.

Les fenêtres se présentent souvent en oriel, c’est-à-dire en saillie par rapport aux façades de briques…

Tourne à gauche (ouest) sur l’avenue Notre-Dame-de-Grâce, puis à droite (nord) sur l’avenue Hingston.

Tu n’as que quelques pas à faire sur Hingston pour découvrir un autre type de maisons, du côté est de la rue: les maisons jumelées. Les entrées sont aux extrémités et reliées par un long porche doté de colonnes.

Ces maisons sont davantage en retrait du trottoir que les précédentes, au sommet d’une butte que les résidents aménagent magnifiquement l’été. Mes photos ont malheureusement été faites entre deux saisons, mais si tu as la chance de marcher ici pendant la saison chaude, tu seras impressionné par la beauté des aménagements…

Après avoir vu quelques maisons, reviens sur tes pas sur Hingston (direction sud) pour retrouver la rue Sherbrooke.

Au coin de la rue Sherbrooke, un bel édifice étale ses murs de briques rouges et brunes et ses fenêtres en oriel.

Je te ferai revenir plus tard dans ce beau secteur résidentiel, mais pour l’instant, je t’amène découvrir un tout autre secteur de Notre-Dame-de-Grâce: Benny Farm!

Tourne à droite sur Sherbrooke, et reprends ta marche vers l’ouest.

6) Benny Farm

En dépassant le Grand Boulevard, tu sors du Village Monkland. Si plus tôt les restos multiethniques se succédaient à un rythme fou, c’est maintenant au tour des épiceries coréenne, japonaise et moyen-orientale. Et au milieu de celles-ci, coin Madison, une magnifique murale se présente à toi: « Notre-Dame-de-Grâce / Our Lady Of Grace », une oeuvre du collectif Ashop.

L’immense murale de 5 étages de haut, réalisée en 2014, illustre notamment des points de repère du quartier. Ici, tu peux reconnaître par exemple la station de métro Villa-Maria d’où tu arrives, sur le bord de l’autoroute Décarie en tranchée; ainsi que l’église Notre-Dame-de-Grâce:

Les artistes d’Ashop se sont inspirés de l’oeuvre Art Nouveau du peintre Tchèque Alphonse Mucha. Tu peux facilement le constater avec une des peintures de ce dernier intitulée « Times of Day », réalisée en 1899:

Marche deux autres coins de rue et tourne à droite (nord) sur l’avenue Benny.

Te voilà entré dans le secteur de Benny Farm. Sur ta droite, le petit parc Herbert-Outerbridge te ramène à une échelle plus humaine, après avoir longtemps marché sur la longue et large rue Sherbrooke.

Avec l’ancienne chapelle de l’église Santa-Monica légèrement surélevée au fond du parc, tu as l’impression de retrouver un bout de campagne 😉 Si tu es chanceux, tu rencontreras peut-être toi aussi un geai bleu…

Cette chapelle a été transformée en bibliothèque municipale (la Bibliothèque Benny) en 1956, laquelle a été transférée 60 ans plus tard dans un nouvel édifice plus au nord que tu verras tantôt.

Marche jusqu’au coin de l’avenue Godfrey, puis tourne à gauche (ouest) et emprunte le chemin piéton qui pénètre entre les logements de Benny Farm.

Pourquoi ce nom? Parce qu’ici se trouvait autrefois la ferme Benny. En 1946, elle fut vendue au gouvernement canadien qui y fit construire 60 immeubles à logements pour les vétérans de la deuxième guerre mondiale et leur famille.

Marche jusqu’à la rue sans nom qui serpente le développement.

En face de toi se trouve une place publique où trône justement une plaque commérative en leur honneur. Une couronne de fleurs est souvent déposée à ses pieds…

Tourne à droite (nord).

Cinquante ans après leur construction, les anciens logements ont été rénovés et de nouveaux ont été ajoutés. Le développement immobilier comprend désormais des résidences pour personnes âgées, des logements abordables pour les familles monoparentales et les personnes à mobilité réduite, et des coopératives d’habitation.

Longe le jardin communautaire.

Un effort environnemental a été fait en installant un système de géothermie et des panneaux solaires. Tu peux apercevoir ces derniers sur le toît de certains édifices. Aussi, 170 pommetiers ont été plantés sur l’ensemble du site!

Afin de créer un véritable milieu de vie comprenant des services accessibles et adaptés aux résidents, un CLSC, une nouvelle bibliothèque et un centre sportif et récréatif ont été construits.

Marche jusqu’au bout du jardin. Étonnamment, aucun sentier n’a été aménagé pour rejoindre la bibliothèque, alors faufile-toi entre les autos du stationnement pour atteindre la porte d’entrée de l’établissement.

Les vieilles briques des anciens édifices de Benny Farm ont été récupérées et réutilisées en les intégrant aux nouvelles…

La porte d’entrée se trouve sous ces panneaux rouges et gris:

Ce qui frappe le plus dans ce nouvel édifice de la bibliothèque Benny, inauguré l’an dernier, ce sont les nombreuses couleurs vives qu’on y trouve! Un escalier orange…

…des toilettes vertes…

…un comptoir d’accueil tout aussi flamboyant!

Un large escalier a été aménagé de telle sorte qu’on peut s’y assoir et même utiliser nos appareils électroniques.

Sors par la porte avant de la bibliothèque.

La façade reprend les bandes rouges et grises que tu as vues à l’arrière.

Les longues bandes de briques rouges vives font référence aux murs de briques qui caractérisent l’ensemble des édifices de Benny Farm…

De l’autre côté de la rue, le nouveau Centre Sportif de Notre-Dame-de-Grâce est très populaire auprès des jeunes du quartier. Les fins de semaine d’été, les environs sont très animés.

À l’étage, on trouve un café bistro -le Bonjour Café Nature– où tu peux casser la croûte sur une des tables à parasol.

Tourne à droite et marche vers l’est sur l’avenue de Monkland.

Au coin de l’avenue Benny, lorsqu’il n’y a pas de feuilles dans les arbres, tu peux apercevoir sur ta gauche le clocher de l’église irlandaise Santa Monica, dont tu as vu la petite chapelle temporaire tantôt, dans le parc Herbert Outerbridge. Les amateurs d’architecture ou de patrimoine religieux voudront peut-être faire un bref aller-retour pour aller la voir… Ses briques rouges, ses colonnes et son fronton blancs, font penser aux porches des résidences du quartier. Elle est particulièrement mignonne avec son toît en pente et son petit clocher!

Et sur le côté, son portique et celui du presbytère se font face et communiquent par une petite allée directe: je ne me rappelle pas avoir vu ça ailleurs à Montréal!

Poursuis ta marche vers l’est sur Monkland.

Ce secteur de l’avenue est résidentiel.

Tu verras bientôt comment elle change d’air plus loin… Mais en attendant, je t’amène parcourir à nouveau quelques rues résidentielles parmi les plus belles du quartier!

Marche jusqu’à l’avenue Kensington, puis tourne à droite (sud).

7) Les cheminées et les balcons de NDG

Je te fais passer par cette rue pour te montrer quelque chose que je n’ai trouvé nulle part ailleurs dans le quartier et que j’appelle: les cheminées d’NDG!

C’est du côté est de l’avenue Kensington que ça se passe… Lors de ma première visite sur cette rue, j’ai été surpris de tomber sur cette maison. Comme les autres du quartier, elle possède une façade de briques rouges et un porche. Mais à gauche de ce dernier se trouve étonnamment une cheminée de pierre, en façade:

Puis, j’ai découvert que les maisons qui suivaient en avaient toutes une elles aussi!

Cette enfilade de cottages anglo-hollandais est une belle curiosité du quartier…

Tourne à gauche sur l’avenue Godfrey.

Deux églises presbytériennes se présentent à toi…

En face, le petit parc Leduc t’offre une autre occasion de te reposer quelques minutes avant de poursuivre ta route.

Tourne à droite (sud) sur Grand Boulevard.

En pénétrant à nouveau dans le Village Monkland, tu retrouves les enfilades de porches blancs typiques du quartier qui rendent ta promenade bien agréable…

Au coin suivant, si tu regardes bien cette petite bibliothèque libre-service, tu pourras y voir le reflet de l’auteur de ce blogue… 😉

Tourne à gauche (est) sur l’avenue Notre-Dame-de-Grâce.

Les belles maisons se succèdent encore…

De l’autre côté de la rue Beaconsfield, ces deux-là sont également fort jolies…

…avec leurs arcs au-dessus des portes.

Mais ne va pas plus loin: c’est l’avenue Beaconsfield que tu dois emprunter!

Tourne à gauche (nord) sur Beaconsfield.

Et voilà… Tu fais maintenant tes derniers pas dans une rue résidentielle d’NDG.

Je suis retourné plusieurs fois dans le quartier l’automne dernier et ce printemps afin de parcourir les différentes rues et trouver les plus belles. Il m’est alors paru évident que je devais t’amener dans ce secteur du Village Monkland qui, avec ses rues Kensington, Grand Boulevard, Beaconsfield, Hingston et Hampton, est un incontournable pour saisir la beauté et l’architecture typique d’NDG. J’espère que tu as apprécié! 🙂

Tourne à droite (est) sur l’avenue de Monkland.

8) L’avenue Monkland

Sur le coin de la rue, tu contournes le Café dei Mercanti. La petite cour qui fait office de terrasse et les chaises qui débordent sur l’avenue Monkland se remplissent dès les premières douceurs du printemps. Sur le mur du café on reconnaît la fameuse Bocca della Verita, cette bouche sculptée qui, selon la légende, mordrait la main des menteurs, à Rome.

Au coin suivant, si tu jettes un oeil à droite sur la rue Hingston, tu apercevras une étonnante enfilade de portiques néo-palladiens. Je sais: ces portiques sont monnaie courante dans le quartier. Mais je ne m’habitue toujours pas à leur beauté! 😉

Deux rues plus loin, au coin de l’avenue Royal, tu peux t’arrêter à la pizzeria urbaine Bacaro.

On y déguste des pizzas dans un décor jeune et plutôt branché.

Leur pizza Bolzano est excellente, avec son proscuitto, ses champignons sautés, son ricotta et ses épinards…

Sur le coin nord-est, l’édifice à appartements présente quelques éléments décoratifs que tu remarqueras peut-être. Notamment des têtes romaines en médaillon…

…et des griffons sculptés au-dessus de la porte.

Une fois l’avenue Draper dépassée, juste après le Jean-Coutu, se cache peut-être une des plus belles ruelles du quartier. Sur le côté nord, tu la vois pénétrer entre les maisons, tel un sentier de terre battue… On se croirait presque à la campagne!

Et du côté sud, tu ne peux rater son entrée signalée par de grands chevaux blancs…

L’automne, les résidents du secteur s’y promènent allègrement, sur un tapis coloré de feuilles mortes…

C’est quelques pas plus loin que l’aspect commercial de l’avenue Monkland commence à se faire vraiment sentir. Les terrasses se multiplient alors au gré des différents restos et bars qui se présentent.

Au coin de l’avenue Harvard, le Prohibition propose d’excellents brunchs sur sa terrasse.

Tu pourras notamment y déguster des crêpes au ricotta et au citron, couvertes de compote de bleuets, servies avec du bacon sucré…

Ou encore les œufs bénédictines bulgares servis sur yogourt à l’ail et fêta de brebis, avec huile de paprika et baguettes de pain frais!

Le Prohibition ne prend pas les réservations, mais pas besoin de faire la file pour autant! Si tu arrives au resto et qu’il est plein, on prend en note ton numéro de cellulaire et on t’appelle lorsqu’une table se libère… Ce qui te permet de te promener sur l’avenue Monkland au lieu de faire bêtement la file! On aime… 🙂

[mise à jour: le Prohibition vient subitement de fermer après 7 années d’opération, une perte pour le quartier…]

Poursuis ta route vers l’est…

Tu peux ainsi aller butiner d’une boutique à l’autre dans la section suivante de l’avenue, où la décoration de maison est à l’honneur avec le Zone, la boutique de produits équitables Dix Mille Village, et le magasin Ophir, qui décore souvent l’arbre en face de sa vitrine:

Du côté nord de la rue, le Fleuressence participe aussi à embellir joyeusement ce bout de l’avenue:

Parmi les nombreux commerces qui contribuent indéniablement à l’effervescence de l’avenue Monkland, il y a également la Diperie, qui figure invariablement dans les palmarès des meilleures crèmeries à Montréal. Tu as sûrement déjà vu passer sur les médias sociaux les nombreuses photos de ses cornets trempés dans les sauces de toutes sortes…

Car ce n’est pas tant les types de crèmes glacées que les sauces dans lesquelles on trempe son cornet qui a fait la renommée de l’endroit. Sucre à la crème, lavande, gingembre, pina colada, limonade, baileys… La liste est longue, sans oublier celle des garnitures que l’on peut ajouter pour une modique somme!

Le commerce jouit en plus d’une belle terrasse, dominée par des escaliers en fer forgé qui te donnent tout à coup l’impression d’être en voyage à New-York…

Traverse du côté nord de la rue pour avoir une meilleure perspective sur cet immeuble et les prochains qui viennent. Et poursuis toujours ta marche vers l’est…

Quelques pas plus loin, tu passes devant la terrasse du Ye Olde Orchard, dont je t’ai déjà parlé dans mon itinéraire du Vieux-Pointe-Claire. Puis se présente à toi la fameuse Taverne Monkland. Je ne l’ai pas essayée, car elle est légèrement au-dessus de mon budget-resto habituel. Mais Marie-Claude Lortie n’arrête pas de répéter dans La Presse que c’est une des meilleures tables d’NDG. Alors, avis aux intéressés! 😉

Au coin suivant, l’ancien Théâtre Monkland élève encore fièrement ses murs de briques brunes…

Construit pendant la crise de 1929, sa décoration intérieure a été réalisée par Emmanuel Briffa, qui a aussi décoré le Théâtre Empress que tu as vu plus tôt. Quant à l’extérieur, il est plutôt bien conservé, comme tu peux le constater…

Les sculptures de Joseph Guardo, notamment celles au sommet et à la base des colonnes torsadées de la façade, resplendissent encore au soleil.

Traverse la rue Marcil et poursuis ta route vers l’est.

C’est ici que j’ai découvert pour la première fois l’avenue Monkland et son animation perpétuelle. Et que j’ai réalisé à quel point certains quartiers pleins de vie peuvent exister près de nous sans même qu’on n’en soupçonne l’existence…

Te voilà de retour dans un secteur plus résidentiel de l’avenue…

Quelques coins de rue suffisent pour que tu franchisses à nouveau l’autoroute Décarie en tranchée. Tu retrouves alors la station de métro Villa-Maria d’où tu es parti aujourd’hui…

*****

Te voilà revenu sur les anciennes terres de la famille Monk, qu’on appelait autrefois les « Monk Lands ». Tu comprends mieux maintenant d’où vient le nom de l’avenue que tu viens de parcourir… Et tu as désormais en tête les images de plein de nouveaux lieux qui t’étaient peut-être inconnus il y a à peine quelques heures. De belles églises, des petits parcs de quartier, des rues de résidences colorées aux porches de bois d’une autre époque, de vieux théâtres aux impressionnantes façades et de multiples terrasses animées. Il fallait simplement oser s’aventurer, et tu l’as fait…

C’est l’objectif du blogue Mes Quartiers: te pousser à explorer de nouveaux quartiers, t’organiser de belles journées d’excursion gratuites à faire sur notre île. Alors n’hésite pas à explorer mes autres quartiers

Bonne découverte et à bientôt! 🙂

La page Facebook de Mes Quartiers, tenue conjointement avec le blogue C’est toi ma Ville: deux façons de découvrir encore plus Montréal!

Advertisements

14 avis sur « Notre-Dame-de-Grâce »

  1. Wow, félicitations pour cette belle balade dans mon quartier d’adoption depuis 16 ans. Tu n’as rien oublié des beaux coins, des bons commerces et des bons restos (j’ai un petit faible pour East Africa sur Sherbrooke, un bouiboui super sympathique, pas cher, succulent, apporte ton vin, mais tu vas attendre 1 heure avant d’avoir ton plat devant toi.) J’ai même appris quelques trucs.

    Le grand charme de NDG vient de ses maisons, mais aussi de ses beaux grands arbres matures. Le secteur à l’est de l’horrible tranchée Décarie n’est pas à négliger et une balade sur le magnifique terrain du collège Villa-Maria un must.

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ces beaux commentaires! Venant de quelqu’un qui habite le quartier depuis 16 ans, c’est particulièrement apprécié…

      Je suis retourné plusieurs fois dans NDG depuis l’automne dernier pour marcher le plus de rues possibles, essayer plusieurs restos, etc.Je voulais être sûr de ne rien oublier. Mais j’ai été obligé de faire des choix pour que le circuit ne soit pas trop long à marcher…

      Tu as raison: le secteur à l’est de l’autoroute (le Vieux NDG, d’une certaine façon) n’est pas à négliger. Il y a aussi les sculptures géantes du CUSM (station Vendôme) qui sont étonnantes, et surtout tout ce qui se trouve autour du Campus Loyola, dans l’extrême-ouest du quartier (les amateurs d’architecture aimeront ce coin-là!). J’espère que mes lecteurs seront assez curieux pour retourner dans le quartier par eux-mêmes et faire leur propre circuit!

      Merci encore, et bonne journée! 🙂

      J’aime

      • Je suis un courtier immobilier du quartier depuis 30 ans et y habite depuis 40 ans. Superbe travail, vous n’avez rien oublié. J’adore y travailler, et trouver des petits bijoux d’architectures, dans les maisons…Au sud ou au nord de la rue Sherbrooke…
        C »est avec plaisir que je vous montrerai les trains de mon mari au sous-sol… une activité bien apprécié pour mes clients et enfants !
        Encore une fois bravo.
        Marie-Claire Le Pessec.

        Aimé par 1 personne

  2. Le magnifique bâtiment avec la grille habrite des condos. J’ai eu l’occasion de visiter un 3 1/2 il y a quelques années lors d’une visite libre et déjà à l’époque, c’était dispendieux. Mais ce doit être magnifique d’habiter là.

    Aimé par 1 personne

      • Ce magnifique édifice logeait autrefois les Pères Dominicains. C’était le presbytère adjacent à l’église où j’ai fait ma première communion en 1956. Je suis une descendante de la famille Décarie et Prud’homme.

        Aimé par 1 personne

      • Cet édifice transformé en condos luxueux a été pendant de nombreuses décennies le monastère des pères dominicain, d’où la devise Veritas, qui est celle de cet ordre religieux qui pendant cent ans fut en charge de la paroisse.

        Aimé par 1 personne

    • Merci de nous éclairer tous, madame! Vous avez eu de la chance. ☺
      On se demande a qui appartenait ce beau domaine, et quel était sa vocation, avant la conversion en condos.
      A suivre. 😉

      Aimé par 1 personne

  3. Très belle visite, que j’ai fait de façon virtuelle ce matin. J’habite un peu à l’est, dans le quartier Snowdon, et j’aime beaucoup me balader sur Monkland, Sherbrooke et découvrir commerces et belles maisons. Un de mes coups de coeur sur Monkland (avec une deuxième adresse sur Sherbrooke depuis peu) est la Boulangerie Monkland, qui sert des croissants et des viennoiseries sublimes! Merci!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s