Quartiers Latin, Chinois et des Spectacles

Le Quartier latin était, au début du XXième siècle, fréquenté et habité par l’élite intellectuelle montréalaise et francophone. Après le déménagement de l’Université de Montréal, de l’École Polytechnique et de l’École des Hautes Études Commerciales en 1940, le secteur perd cependant de son prestige. Mais au début des années 70, il regagne ses lettres de noblesse avec l’implantation de l’Université du Québec à Montréal, du Cégep du Vieux-Montréal et, récemment, de la Bibliothèque Nationale. Il devient aussi, avec sa Place Émilie-Gamelin, le lieu privilégié de toutes les contestations…

Aujourd’hui redevenu un pôle du savoir et de l’éducation, il fait également partie intégrante d’un ensemble plus large: le Quartier des Spectacles. Son Théâtre St-Denis et les nombreuses terrasses de ses restos, bars et cafés s’ajoutent ainsi à toutes les institutions culturelles que l’on trouve plus à l’ouest: la Place des Arts et autres salles de spectacles, le Musée d’Art Contemporain, les théâtres, la Société des Arts Technologiques, la Vitrine Culturelle… En 10 ans seulement, plusieurs places publiques ont été aménagées pour accueillir les nombreux festivals de la ville et une multitude d’oeuvres d’art contemporaines. Et de nombreux édifices du secteur ont été mis en lumière, de sorte que le secteur est maintenant aussi intéressant à parcourir le jour que la nuit.

Au milieu de ce quartier, un autre Montréal aussi trouve sa place: celui des HLM, des Foufounes électriques, des graffitis et des murales. Un vestige contemporain, en quelque sorte, de l’ancien Red Light montréalais qui se trouvait autrefois ici. Sans oublier, plus au sud, la coexistence d’un autre quartier encore plus vieux: le Quartier Chinois, issu d’une immigration qui commença dès 1860! Un quartier que l’on s’affaire, depuis 3 ans, à renouveler de multiples façons…

Bref, ce secteur très prisé du centre-ville de Montréal a tellement changé, qu’il est méconnaissable pour quelqu’un qui n’y a pas mis les pieds depuis 10 ans! C’est ce que je te propose de découvrir aujourd’hui, à l’aide d’un itinéraire qui le traverse en passant par ses principaux lieux d’intérêts, ses plus belles rues, ses plus belles places publiques… Mais aussi par des lieux dont tu ne connais peut-être même pas l’existence! Laisse-moi te raconter le passé et le présent récent de ces quartiers exceptionnels, mais aussi leur futur. Bienvenue dans les Quartiers Latin, Chinois, et des Spectacles!

Voici ta carte:

map-quartier-latin-chinois-des-spectacles

clique pour agrandir!

1) La Place Émilie-Gamelin

Ta promenade d’aujourd’hui débute à la station de métro Berri-UQAM. La plus connue des stations montréalaises est en travaux de restauration depuis 7 ans et le sera jusqu’à la fin de l’année. Qu’à cela ne tienne: elle demeure un des lieux favoris de rencontre de toutes les générations. Qui n’a pas déjà donné rendez-vous à quelqu’un en haut, au centre, près de « la cenne » ou de « la rondelle »? 😉

Emprunte la sortie qui donne sur le coin de Ste-Catherine et Berri. (Si elle est fermée pour rénovation, emprunte l’autre qui donne sur Berri).

En sortant, tu vois devant toi le mythique « magasin de musique » Archambault: une véritable institution montréalaise…

01-place-emilie-gamelin-1

Derrière-toi: la Place Émilie-Gamelin. Les plus vieux se rappelleront du lugubre stationnement qui se trouvait autrefois ici, ceinturé d’un mur couvert d’affiches. La station de métro s’appelait alors « Berri-de-Montigny ». La Place fut inaugurée pour le 350ième anniversaire de la ville, sous le règne de Jean Doré. Le projet initial d’y implanter une patinoire et d’abriter la surfaceuse dans l’édicule du métro sous un petit poste de police ne se concrétisa jamais complètement. Mais la place publique est aujourd’hui devenue un lieu de spectacle et d’animation tout au long de l’année, en plus d’avoir été adoptée par de nombreux manifestants comme lieu de départ de leurs marches de revendication au centre-ville.

En haut de la pente, les trois tours de la fontaine-sculpture de Malvin Charney déversent leurs eaux dans quatre petits canivaux qui descendent la côte.

01-place-emilie-gamelin-3

Un immense filet illuminé, éclairé le soir, domine la Place. Il s’agit de l’oeuve 1.26, de l’américaine Janet Echelman.

01-place-emilie-gamelin-4

En bas, on retrouve maintenant les Jardins Gamelin chaque été, conçus par Pépinière & co. Les mêmes qui ont réussi à transformer le site abandonné au pied du Pont Jacques-Cartier en Village au Pied-du-Courant, et une partie de l’Esplanade du Stade en Jardineries.

01-place-emilie-gamelin-2

Ici, comme dans ces autres sites, on peut prendre un verre et casser la croûte dans une ambiance urbaine renouvelée. On trouve même de petits jardins et potagers, où l’on peut cueillir quelques fruits… Un petit vidéo te présente les Jardins Gamelin:

Traverse du côté sud de la rue Ste-Catherine, et marche vers l’ouest. Une fois la rue Berri franchie, quelques pas suffisent pour te retrouver devant la Chapelle Notre-Dame-de-Lourdes.

2) La Chapelle Notre-Dame-de-Lourdes

Beaucoup de Montréalais passent régulièrement devant sans jamais y entrer. Et pourtant! Sa porte est presque toujours ouverte, et de l’autre côté se cache un des plus beaux intérieurs d’église à Montréal! Inaugurée en 1881, elle présente un style romano-byzantin.

02-notre-dame-de-lourdes-1

Elle est petite, mais les peintures de Toussaint-Xénophon Renaud en mettent plein la vue!

02-notre-dame-de-lourdes-3

Au centre du choeur, on retrouve la Vierge Marie, sculptée, qui apparaît à la petite Bernadette agenouillée, comme le raconte l’histoire de l’apparition de la Sainte Vierge à Lourdes.

02-notre-dame-de-lourdes-4

La chapelle plaît à tout le monde. Car elle constitue un véritable oasis de paix à l’abri de l’animation de la ville, en plus de révéler de véritables trésors pour les amateurs d’architecture, de peinture, et de patrimoine…

02-notre-dame-de-lourdes-5

Sors de la chapelle et tourne à droite pour aller voir ce qui se cache derrière…

Ce n’est qu’une simple curiosité, mais beaucoup de gens n’ont probablement jamais osé emprunter ce sentier, alors je t’y amène. Il mène en fait au pavillon Hubert-Aquin de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), qui s’est construit autour de la chapelle. Une fois passé sous la passerelle vitrée, une cour intérieure se révèle telle une petite agora. Mes photos ont malheureusement été prises l’hiver, mais pendant l’été, la chute d’eau, les feuillages des arbres et les étudiants assis dans les marches rendent les lieux plutôt sympathiques…

02-notre-dame-de-lourdes

Complète ton tour extérieur de la chapelle et reviens sur la rue Ste-Catherine pour poursuivre ta marche vers l’ouest.

De l’autre côté de Ste-Catherine, entre les branches, tu peux apercevoir l’ancienne entrée principale de l’église Saint-Jacques, construite par Joseph Venne en 1889. Elle est aujourd’hui intégrée au pavillon Judith-Jasmin de l’UQAM.

02-notre-dame-de-lourdes-2

Traverse la rue St-Denis, puis tourne à droite et traverse la rue Ste-Catherine. Marche vers le nord sur St-Denis.

3) Une ancienne église devenue université

Tu comprends ici encore mieux comment l’université s’est fusionnée à l’ancienne église lors de sa construction dans les années 70. En effet, une fois rendu devant la Place Pasteur, tu te retrouves face à l’ancien clocher d’église: le plus haut à Montréal avec ses 85 mètres. Une réalisation de Victor Bourgeau. Quelques mètres de plus à peine que le clocher, encore fonctionnel celui-là, de l’église Nativité-de-la-Sainte-Vierge, dans Hochelaga.

03-uqam-1

Une centaine d’années après que la flèche actuelle fut construite, l’UQAM prit possession de l’église. Elle la démolit, mais conserva son clocher et la façade sud que tu as vue tantôt. En entrant dans le pavillon, tu peux d’ailleurs voir l’ancien mur de pierre qui se révèle sous la lumière du jour grâce à de nombreux puits de lumière…

03-uqam-2

Fait complètement méconnu: en montant aux étages supérieurs du pavillon, des fenêtres te permettent de jeter un oeil sur le mur, les puits de lumière, et l’arrière du clocher! C’est probablement de là qu’on réalise le mieux tous les efforts faits pour intégrer les vestiges de l’église Saint-Jacques à la nouvelle construction. Une étonnante combinaison symbolique de la religion et des sciences, de la foi et de la raison… Et un des plus beaux exemples d’église convertie à Montréal!

Traverse la rue St-Denis du côté est, et poursuis ta balade vers le nord.

4) La rue St-Denis

Véritable épicentre du Quartier Latin, cette portion de la rue St-Denis existe depuis 200 ans. Même si les étudiants francophones se dispersent aujourd’hui sur le Plateau et dans divers autres quartiers, elle représente encore pour eux un important pôle festif, alimenté par l’UQAM et le Cégep du Vieux-Montréal présents dans le secteur.

04-rue-st-denis-1

Les étudiants ont trois saints auxquels se vouer après leurs heures de cours: le Saint-Houblon

04-rue-st-denis-8

…le Saint-Sulpice

04-rue-st-denis-3

et le Saint-Bock.

04-rue-st-denis-5

Tu croises le premier assez vite. Le deuxième est le plus vieux et le plus grand d’entre-eux: une véritable institution, avec ses nombreuses salles et sa cour arrière. Rares sont les étudiants qui n’y ont jamais mis les pieds! Quant au troisième, il offre un choix incroyable de bières importées, en plus de proposer les siennes…

Continue de marcher vers le nord.

De l’autre côté de la rue, tu aperçois le Théâtre St-Denis, établi ici depuis 1916. Aux dernières nouvelles, on proposait de remplacer sa façade actuelle par une autre en verre qui mettrait en valeur l’édifice de briques qui se cache derrière, et que tu peux apercevoir au-dessus des affiches. À suivre…

04-rue-st-denis-14

De ton côté de la rue, quelques commerces méritent particulièrement ton attention. Tu croises tout d’abord le Juliette et Chocolat… Ce n’est pas la succursale la plus grande de la bannière, et on y attend souvent en file pour entrer. Mais leurs chocolats chauds sont les meilleurs en ville, et leurs brownies au chocolat nappés d’un caramel fleur de sel sont à se rouler par terre!

04-rue-st-denis-7

Juste après, les 3 Amigos, dont tu ne peux manquer les chapeaux mexicains en façade, proposent de bons fajitas et des cocktails colorés dans un décor qui l’est tout autant…

04-rue-st-denis-6

Enfin, il y a le CINKO, qui fait partie de ces nouveaux restaurants montréalais qui offrent leurs plats à 5$! Plusieurs ont effectivement ouvert ces dernières années, mais celui-ci se démarque tout particulièrement. Loin de tomber dans la friture facile et les burgers au fromage douteux, il propose des plats santé composés d’ingrédients frais et variés. Leurs tacos sont tout simplement délicieux. Et si tu préfères les burgers et les poutines, les leurs sont très respectables, au point où on se demande pourquoi on paierait plus cher pour aller les manger au McDonald juste à côté…

Une ruelle te sépare d’ailleurs de ce dernier. Remplie de terrasses pendant l’été, elle mène au bout à l’avenue Savoie et à la Bibliothèque et Archives Nationales du Québec. La popularité de cette dernière ne se dément pas, avec plus de 30 millions de visiteurs depuis son ouverture en 2005! Ce qui a donné un second souffle à secteur du Quartier Latin, autrefois occupé par le Palais du Commerce qui tombait en décrépitude…

04-rue-st-denis-12

Le long de l’avenue Savoie, des bouquinistes étalent leurs livres pendant la belle saison! L’Allée des Bouquinistes permet à la littérature de déborder en quelque sorte des murs de la Bibliothèque… On réalise alors que le Quartier Latin est non seulement un pôle culturel et festif, mais aussi un pôle du savoir, entretenu au fil des ans par la Bibliothèque Nationale, l’UQAM et le Cégep du Vieux-Montréal. Ce pôle, qui a bien failli disparaître après le départ de l’Université de Montréal au début des années 1940, est aujourd’hui plus vivant que jamais…

04-rue-st-denis-13

graffiti de l’avenue Savoie, près de l’Allée des Bouquinistes

Dépasse la ruelle et continue de marcher vers le nord.

Du côté ouest de la rue St-Denis, après les 3 Brasseurs

04-rue-st-denis-2

…tu aperçois bientôt l’ancienne Bibliothèque Saint-Sulpice, inaugurée en 1915. L’édifice de style beaux-arts, qui résiste tant bien que mal au temps qui passe, rouvrira ses portes à l’hiver 2018-2019 en devenant à la fois une bibliothèque pour adolescents et un laboratoire d’exploration des nouvelles technologies. Le concours d’architecture pour réaménager l’édifice historique vient d’ailleurs tout juste d’être lancé… On a hâte de connaître, le 31 mai prochain, le concept final qui sera retenu!

04-rue-st-denis-4

Marche jusqu’à la rue Ontario.

Je ne te fais pas marcher plus au nord sur St-Denis, mais sache que « quelque part plus loin » se trouve un bar « speakeasy »: le Quatrième Mur. Le concept est né dans les années 20, pendant la prohibition aux États-Unis. Alors que la consommation d’alcool était interdite, les bars clandestins florissaient, et il ne fallait pas ébruiter leur adresse. Quelques nouveaux bars montréalais s’amusent donc, ces dernières années, à nous faire revivre cette époque en se dissimulant discrètement un peu partout en ville. Le Quatrième Mur est l’un d’eux, et ça vaut la peine que tu le cherches (et trouves ensuite comment y entrer!). Car on y déguste des cocktails parmi les meilleurs en ville!

Tourne à gauche (direction ouest) sur la rue Ontario.

Quelques pas te suffisent pour passer à côté du Pèlerin Magellan, un bistro belge offrant une assiette de filet mignon et brie à prix abordable, et une des meilleures tartiflette en ville.

04-rue-st-denis-11

la tartiflette du Pèlerin Magellan

Un peu plus loin, tu croises Le Bordel, le fameux « Comédie Club » fondé par plusieurs humoristes, dont Louis-Josée Houde, Mike Ward et Laurent Paquin. Puis, au coin de Sanguinet, la Distillerie te propose, tout comme le Quatrième Mur, des cocktails parmi les meilleurs en ville. Dans le menu, ils sont groupés par type (acidulés, fruités, puissants…) afin que tu t’y retrouves facilement. Et comme dans les deux autres Distilleries (sur le Plateau et dans le Vieux-Rosemont), le service est franchement amical et sympathique!

Tourne à gauche (direction sud) sur la rue Sanguinet.

5) La nouvelle rue Émery

Rendu au coin de rue suivant, une surprise t’attend.

05-rue-emery-2

En effet, peu de Montréalais le savent encore, mais sur ta gauche, la petite rue Émery qui relie les rues Sanguinet et St-Denis, devant le Cineplex Odéon Quartier Latin, est complètement transformée depuis novembre 2016. La chaussée a été rétrécie pour aménager des trottoirs beaucoup plus larges et couverte de pavés de béton.

05-rue-emery-1

De multiples bancs publics ont été installés, et l’été prochain, une oeuvre d’art numérique sur le thème de l’histoire du cinéma sera ajoutée: Lux Obscura, de Jonathan Villeneuve.

"Lux Obscura", Jonathan Villeneuve, 2016

« Lux Obscura », Jonathan Villeneuve, 2016

6) L’autre Montréal: les HLM, les murales et les Foufs

Toujours au coin de Sanguinet et Émery, tu remarqueras sur ta droite une belle murale: L’Air du temps, de l’américain Phillip Adams.

05-rue-emery-4

Réalisée en 2012, elle fut la première d’une série de quatre murales ayant pour thème les éléments: l’air, l’eau, le feu et la terre. Consacrée à l’air, elle fait une grande place au ciel dans sa représentation fictive mais réaliste de ce qu’était la vie du quartier avant la construction des Habitations Jeanne-Mance. Les trois autres murales s’y trouvent aussi, notamment Cessez le feu et Terre d’accueil.

06-lautre-montreal-1

Continue de marcher vers le sud sur Sanguinet, puis tourne à droite (ouest) sur le boulevard de Maisonneuve.

Tu pénètres maintenant au coeur des Habitations Jeanne-Mance. Inaugurées en 1959, ses tours, multiplex et maisons de ville constituent un véritable quartier d’habitations à loyer modique. 1383 logements ont été rasés à l’époque pour en permettre la construction; des logements souvent insalubres, sans eau chaude ni toilette privée. Plus de 4000 personnes ont été évincées pour permettre d’en loger aujourd’hui 1700, dans un environnement cependant meilleur. Car si les Habitations ont longtemps été critiquées pour avoir créé un véritable ghetto en plein centre-ville, d’immenses efforts ont été faits ces dernières années pour les embellir. Aujourd’hui, la végétation est omniprésente et de nombreuses allées piétonnes permettent de traverser le secteur. On y trouve des terrains de soccer, de basketball et de pétanque; des jeux d’eau, des jardins communautaires, des mosaïques collectives, et de nombreuses oeuvres d’art. Si le sujet t’intéresse, le document Balade au coeur des Habitations Jeanne-Mance décrit très bien la démarche entourant l’ensemble de ces transformations, alors que tu trouveras ICI l’histoire du site et des témoignages de ses habitants au fil du temps…

Continue de marcher vers l’ouest sur la boulevard de Maisonneuve.

Après quelques pas, tu aperçois sur ta droite la murale Winter Haze, créée par David Guinn et Phillip Adams. Celle-ci fait partie d’une autre série de quatre murales réalisées dans le quartier de 2009 à 2011, cette fois sur le thème des saisons montréalaises. Dans le stationnement du côté sud du boulevard, tu aperçois d’ailleurs la murale représentant le printemps: Breath of spring. Et ailleurs dans le quartier, tu peux également trouver les murales Hot summer night et Rush of fall représentant bien sûr l’été et l’automne.

06-lautre-montreal-4

Quelques pas plus loin, un feu de circulation te permet de traverser le boulevard et de pénétrer dans le boisé du parc Toussaint-Louverture.

Sur ta droite, tu aperçois une grande main entre les arbres: il s’agit de la sculpture Mañana, de Daniel Vincent-Bernard.

06-lautre-montreal-13

Suis l’allée qui traverse le parc.

Autour de toi, des tiges métalliques se terminent par des feuilles qui sont sculptées à l’image des pays d’où originent les locataires des Habitations.

06-lautre-montreal-11

Il s’agit d’une oeuvre de Luce Pelletier, « L’Étreinte », à laquelle participent également les rochers de granit disposés autour et dans lesquels sont gravées les mains de certains enfants qui habitent également ici!

06-lautre-montreal-2

L’allée te permet de rejoindre la rue de Boisbriand. Sur ta gauche, la petite rue Sainte-Élisabeth mène au pub du même nom, très prisé des étudiants.

06-lautre-montreal-10

Mais c’est à droite que je veux t’amener. En effet, une première murale devant toi…

06-lautre-montreal-12

…t’amène à découvrir que toute l’arrière-cour de la rue Sainte-Catherine en est remplie!

06-lautre-montreal-8

Tourne à droite sur Boisbriand et marche un coin de rue.

Les murales se succèdent alors, et comme elles changent fréquemment, il n’est pas rare de croiser des passants qui viennent les immortaliser, appareil-photo à la main.

06-lautre-montreal-5

La cour arrière des « Foufs » en est remplie…

06-lautre-montreal-9

Tourne à gauche sur la petite rue de Bullion pour rejoindre la rue Sainte-Catherine.

Il faut dire que chaque année, depuis 1996, a lieu ici Under Pressure. Le festival rassemble des amateurs de street dance et de skate, et des artistes graffiteurs qui réalisent leurs fresques sur les murs environnants au son des Dj’s live. La beauté de ce festival, c’est qu’il contribue à maintenir la réputation historique alternative de ce secteur de la rue Sainte-Catherine. Quelque chose d’unique au centre-ville.

festival Under Pressure

festival Under Pressure

Le coin a cependant beaucoup changé, avec la construction de multiples condos…

06-lautre-montreal-7

Tourne à droite (ouest) sur la rue Sainte-Catherine.

Heureusement, le bar underground Les Foufounes Électriques et son décor spectaculaire montent toujours la garde et maintiennent le caractère marginal de ce bout de la « Ste-Cath » depuis 1983. Mais pour combien de temps?

06-lautre-montreal-6

Poursuis ta marche vers l’ouest.

En chemin, tu croises la salle de spectacle du Métropolis, là où s’est déroulée une rare tentative d’attentat politique au Québec. Sans l’enrayement de l’arme du tireur, le soir du  4 septembre 2012, la Première Ministre de l’époque, qui faisait son discours de victoire devant une salle comble, serait peut-être morte le jour de son élection. Le forcené a heureusement été arrêté, alors qu’il mettait le feu à une sortie de secours, après avoir fait un mort et un blessé. Les événements sont depuis ce temps connus sous de le nom de l’Attentat du Métropolis.

Marche jusqu’au boulevard St-Laurent.

7) Quand la Ste-Cath rencontre la Main

Le coin Ste-Catherine/St-Laurent est mythique. Et ce n’est pas étonnant. Car c’est ici que la plus longue artère commerciale au Canada (plus de 11km et 1200 commerces)  rencontre le boulevard qui sépare l’est et l’ouest de la ville, les francophones et les anglophones, depuis la fin du XVIII ième siècle. Ce coin, où « la Ste-Cath » rencontre « la Main » (prononcé en anglais), symbolise encore aujourd’hui, dans l’imaginaire populaire, le centre-ville de Montréal.

07-boul-st-laurent-1

Jusqu’à la fin des années 90, c’était aussi le Red Light de la ville, le coin de rue où trouver invariablement des prostituées, des salons de massage douteux et des salles de projection de films pornos entre deux restos de hot dog. Mais le secteur est maintenant en pleine transformation. En face de La Belle Province, l’édifice écologique et culturel 2-22 sert de porte d’entrée au Quartier des Spectacles. La Vitrine Culturelle y vend des billets de spectacle à rabais, et une radio communautaire y loge (CIBL 101,5 FM). Le soir, la mise en lumière réalisée par Moment Factory est impossible à manquer. Pourquoi 2-22? Parce que l’immeuble qui se trouvait autrefois ici occupait les adresses 2 à 22, rue Ste-Catherine.

Tourne à gauche (direction sud) sur le boulevard St-Laurent.

Après le 2-22, tu croises l’ancien Crystal Palace, qui accueille depuis l’an 2000 la salle de spectacle du Club Soda. Puis le Montreal Pool Room, un légendaire casse-croûte existant depuis plus de 100 ans, où tu peux manger des hot dog et une poutine classique.

Juste en face se trouve le Café Cléopâtre, abritant depuis plus de 40 ans un club de danseuses nues et un cabaret de spectacles de drag queens. Le pâté de maisons qui se trouvait autrefois autour a été rasé, hormis quelques façades historiques. Ces dernières seront intégrées au Carré Saint-Laurent, que la Société de Développement Angus est en train de construire. Le complexe abritera des bureaux, des résidences, et surtout le Marché Saint-Laurent, qui comprendra une quarantaine de commerces alimentaires où les clients pourront déguster des produits québécois. Un concept qui a fait ses preuves depuis longtemps en Espagne et au Portugal, dans des marchés où on peut s’approprier des petits plats à gauche et à droite et les manger sur des tables communes. Cet espace sera par ailleurs directement ouvert sur la rue pendant l’été, de telle sorte qu’on pourra passer de l’intérieur à l’extérieur sans obstacle.

Poursuis ta marche vers le sud.

Tu passes assez vite devant la Société des Arts Technologiques (SAT) et sa vitrine illuminée le soir. Ici se rencontrent les créateurs, diffuseurs et utilisateurs des technologies numériques du domaine des arts, de l’éducation et de l’industrie. C’est un espace privilégié, à Montréal, pour la diffusion de la culture numérique… Sur le toît, avec un peu de recul, tu peux d’ailleurs apercevoir la Satosphère, un dôme sous lequel 400 personnes peuvent assister à des projections immersives à 360 degrés. Chaque année, le SAT Fest s’y déroule, mettant en vedette une sélection de courts métrages immersifs.

la Satosphère de la SAT

la Satosphère de la SAT

Après la SAT, tu découvres la Place de la Paix, souvent fréquentée par les amateurs de skateboard. Et juste en face, du côté ouest du boulevard St-Laurent, le plus vieux théâtre québécois encore en fonction te présente sa façade de style néo-renaissance en pierre grise. Le Monument-National, qui existe depuis 1893, prend des couleurs étonnantes le soir venu…

07-boul-st-laurent-2

Marche jusqu’au boulevard René-Lévesque.

8) Le Quartier Chinois

Te voilà rendu en face de l’imposante porte d’entrée du Quartier Chinois. Celle-ci, et l’autre plus au sud, ont été offertes par la Chine à la Ville de Montréal, qui s’affaire présentement à les restaurer.

08-quartier-chinois-montreal-1

De part et d’autre, des lions protecteurs montent la garde jour et nuit.

08-quartier-chinois-montreal-24

Les premiers Chinois sont arrivés ici en 1860, afin de travailler pour les chemins de fer. Plus tard, pendant la Guerre Froide, sont venus s’ajouter des Vietnamiens. Si la plupart des Chinois ne vivent plus dans le quartier, ce dernier a quand même conservé ses épiceries, ses restaurants et ses commerces typiques. Sur St-Laurent et dans les rues voisines, on peut encore apercevoir à travers les larges vitrines de plusieurs restaurants du deuxieme étage, des familles complètes manger de façon traditionnelle, assises autour de tables tournantes remplies de mets.

Traverse le boulevard René-Lévesque, puis le boulevard St-Laurent, pour atteindre le coin sud-ouest.

Sur ce coin, de magnifiques murales ont été peintes sur les façades. Tout d’abord, celle des artistes québécois d’origine asiatique Gene Pendon et Bryan Beyung. Intitulée « May an Old Song Open a New World » (2015), elle illustre une chanteuse d’opéra chinois encadrée de deux masques représentant l’optimisme et la nostalgie, des sentiments qu’ont bien connu les immigrants chinois arrivés ici…

08-quartier-chinois-montreal-12

Puis, à droite, on trouve une murale de Stare, réalisée avec le support d’Artgang Montréal. Cette dernière s’inspire plutôt de la caligraphie japonaise…

08-quartier-chinois-montreal-13

Passe sous la porte et marche vers le sud sur St-Laurent.

Les murales donnent l’impression d’un début de renouvellement pour le Quartier chinois. On ne sait pas encore si ce mouvement va réellement prendre racine, mais l’introduction de l’art dans un secteur de la ville est souvent le début de quelque chose. D’ailleurs, quelques pas après la porte, un nouveau bar a ouvert en 2014: le Mal Nécessaire. On le trouve grâce à l’ananas illuminé en néons verts qui marque l’entrée. Il faut alors descendre en sous-sol pour accéder au commerce qui, malgré son décor minimal, offre une longue carte de délicieux cocktails. Notamment celui qui porte le nom du bar, alliant bourbon Jim Beam, Fernet-Branca, whisky Bowmore, ananas, citron et cannelle. À s’en lécher les babines! 😉

Marche jusqu’à la rue de la Gauchetière.

Devant toi, tu aperçois la deuxième grande porte rouge, un peu plus loin. Sur ta gauche, une arche chinoise surplombe la petite rue de la Gauchetière. C’est cette rue piétonne qui constitue l’axe le plus typique du Quartier Chinois.

08-quartier-chinois-montreal-15

Tourne à droite (ouest) sur la rue de la Gauchetière.

le terrain vague coin St-Laurent et De La Gauchetière

le terrain vague coin St-Laurent et De La Gauchetière

2014, ce n’est pas seulement l’année où le Mal Nécessaire a ouvert, amenant dans le secteur une clientèle plus jeune. C’est aussi l’année où la Ville a commencé à revitaliser le Quartier à coup de millions. En restaurant les portes chinoises, en renouvelant le mobilier urbain de la rue piétonne (lampadaires, bancs publics…) et en réaménageant la place Sun Yat-Sen. Le processus est encore en cours, mais on observe déjà les changements positifs… Cependant, le terrain qui marque l’entrée de la rue de la Gauchetière est vacant depuis maintenant 10 ans presque jour pour jour, suite à un incendie qui, le 20 janvier 2007, a complètement détruit l’épicerie qui s’y trouvait. De sorte que je rêve de voir pousser ici un édifice qui propulserait le renouvellement du Quartier et en assurerait la pérennité…

08-quartier-chinois-montreal-17En effet, l’an passé, je soutenais le blogueur Carle Bernier-Genest dans l’écriture de son article Pour la relance du Quartier chinois, qui propose de nombreuses idées pour renouveler le secteur, dont la construction d’un musée d’art contemporain chinois. Un an plus tard, je tiens encore à cette idée. J’ai déjà expliqué dans un autre article comment l’art peut mener à la revitalisation d’un quartier au complet, comme ce fut le cas pour la Lincoln Road Mall à Miami Beach, la plus longue rue piétonne américaine. Et je pense sincèrement que c’est l’ingrédient qui manque actuellement au Quartier chinois pour le revivifier de façon durable.

La réalisation des deux murales que tu viens de voir sur le boulevard René-Lévesque m’a fait rendre compte qu’on devrait faire une place encore plus grande aux jeunes artistes de descendance chinoise, leur donner un espace de création pour qu’ils puissent exprimer leurs origines… La Ville de Montréal serait bien placée pour pousser l’initiative, car elle a déjà établi un partenariat avec la ville de Shanghai pour construire ici, au Jardin Botanique, le plus grand jardin chinois hors de Chine. Le maire a même rapproché dernièrement nos deux villes en se battant pour une liaison aérienne directe entre elles. Or, au moment d’écrire ces lignes, Shanghai est en train de se positionner comme une des plus grandes villes d’art contemporain au monde, avec son Museum of Contemporary Art, sa Power Station of Art, son Doland Museum, son Rockbund Art Museum, son Long Museum, son Shanghai Sculpture Space, son Minsheng Art Museum, et son quartier complet d’ateliers d’artistes, le M50 District (voir photos ci-bas, source: internet)! Alors pourquoi ne pas profiter de ce momentum et de notre relation privilégiée avec Shanghai pour construire ici, au coin de St-Laurent et De La Gauchetière, le plus grand musée d’art contemporain chinois hors de Chine? Un édifice emblématique qui pourrait servir de vitrine aux collections muséales de Shanghai, en collaboration avec notre propre Musée d’art contemporain montréalais? Un tel projet pourrait décidément rendre notre Quartier chinois plus attractif que jamais, inciter les touristes à y passer plus de temps, et attirer des investisseurs qui pourraient être intéressés par les nombreux édifices vacants qui se trouvent autour…

Marche vers l’ouest sur la rue De La Gauchetière.

En attendant, à défaut de pouvoir t’arrêter à un musée, une bonne façon de passer plus de temps dans le Quartier est de visiter ses commerces. Plusieurs vitrines de restaurants exposent d’ailleurs les plats de leur menu de façon très réaliste, comme cela se fait en Chine et dans plusieurs autres pays asiatiques… De quoi donner la faim assez vite et donner le goût d’entrer quelque part! 😉

08-quartier-chinois-montreal-10

Après avoir dépassé la place Sun Yat-Sen et sa pagode…

08-quartier-chinois-montreal-18

…tu croises un petit comptoir qui propose des bonbons à la barbe de dragon fabriqués à la main. Les bonbons sucrés qui semblent tissés de fils de cotton fondent littéralement dans la bouche! On dit qu’ils n’étaient autrefois servis que lors des festins organisés pour les empereurs chinois…

Près de la rue suivante, sur ta droite, je te conseille aussi d’entrer dans la pâtisserie Harmonie. On y prépare toute une variété de Bao, des petits pains moelleux prêts à manger! Certains sont fourrés au poulet teriyaki, au porc et au chou, ou au boeuf barbecue; alors que d’autres le sont avec de la pâte de sésame, du chocolat fondant ou de la crème costarde… Une belle curiosité!

08-quartier-chinois-montreal-20

En sortant de la pâtisserie, tu peux tourner le coin sur la rue St-Urbain et aller déguster tes trouvailles sur les bancs publics qui côtoient « Les Sons de la musique ». Réalisée il y a 30 ans par le Cantonais Andrew Lui, l’oeuvre moulée en béton gris rosé de 15 mètres de long représente 14 musiciennes divertissant un homme placé au centre.

08-quartier-chinois-montreal-9

Si le coeur t’en dit, tu peux ensuite faire quelques pas au sud, sur la rue St-Urbain, pour voir une autre oeuvre: « Le Singe », de Tin Neon Pang. Celle-ci présente aussi une scène de la mythologie chinoise sur des panneaux en béton. Un cochon et un singe, sur des nuages, surplombent un roi, à cheval, suivi du valet qui transporte ses bagages.

08-quartier-chinois-montreal-19

Poursuis ta marche vers l’ouest sur De La Gauchetière.

Tu croises bientôt un petit parc, qui est très fréquenté par les sans-abris du coin. Et avec raison: il offre des bancs reposants à l’abri du soleil, ce qui est très apprécié les journées chaudes d’été.

08-quartier-chinois-montreal-8

De là, on aperçoit l’église de la Mission catholique chinoise du Saint-Esprit, avec ses murs de pierre grise et son petit clocher blanc. Depuis sa construction en 1834, l’église a subit plusieurs modifications et est passée entre les mains de plusieurs communautés. Mais sa restauration de 1988 l’a définitivement mise en valeur mieux que jamais…

08-quartier-chinois-montreal-7

Franchis la deuxième arche chinoise, puis tourne à droite (nord) sur la rue Jeanne-Mance.

9) La Place des Festivals

Quelques maisons résistent au temps, sur la petite rue Jeanne-Mance. Comme celle-ci, avec ses corniches sculptées, sa façade de briques et ses lucarnes.

09-place-des-festivals-1

Une fois le boulevard René-Lévesque traversé, tu sens à nouveau la présence du Quartier des Spectacles. De multiples sculptures sont disposées le long du Complexe Desjardins. Il s’agit en fait d’une seule et même oeuvre – « Où boivent les loups » – de Stephen Schofield (2016). Les cinq scènes qui sont représentées font référence au domaine du spectacle. Tu reconnaîtras notamment le cirque (une femme en équilibre sur un mat), le public (des mains qui applaudissent), et le théâtre (un comédien nu et sa metteure en scène)…

09-place-des-festivals-12

Traverse la rue Ste-Catherine pour pénétrer sur la place publique qui se trouve sur ta gauche.

Bienvenue sur la Place des Festivals! Dépendamment du moment de l’année où tu passes, tu y trouveras une ambiance complètement différente… Peut-être le Festival de Jazz ou les FrancoFolies, peut-être les animations liées à Montréal en Lumière… Inaugurée en 2009, la Place étonne chaque année. L’été, la plus grande fontaine animée au Canada projette ses 235 jets d’eau éclairés en blanc et rouge, suscitant les cris des enfants qui s’y mouillent et hypnotisant les plus vieux qui en suivent la cadence des yeux.

09-place-des-festivals-6

Il faut dire que le plus grand jet en met plein la vue, avec ses 10 mètres de haut…

09-place-des-festivals-7

L’hiver, en décembre et en janvier, la Place est occupée par une installation artistique éphémère et interactive qui illumine les jours plus courts de la saison froide. On en a vu de toutes les couleurs avec les installations publiques de Luminothérapie jusqu’ici: des prismes colorées qu’on peut faire pivoter (« Prismatica »), des sphères sonores qui éclairent la nuit (« Sphères Polaires »), des bascules lumineuses géantes pour se balancer (« Impulsion »), des cylindres qui tournent en pédalant pour faire défiler les images de contes d’enfants (« Loop »)…

09-place-des-festivals-3

Du côté est, la Place est bordée par d’immenses lampadaires contemporains blancs, deux restaurants dans des cubes vitrés, et le Musée d’Art Contemporain de Montréal. Alors que du côté ouest, l’agrandissement de l’édifice Wilder va bon train pour bientôt abriter quatre organismes liés à la Danse: les Grands Ballets Canadiens de Montréal, Tangente, l’École de danse contemporaine de Montréal, et l’Agora de la danse. Juste à côté, les portraits des grandes légendes qui ont participé au Festival International de Jazz de Montréal au fil des ans sont projetés sur les fenêtres de la Maison du festival Rio Tinto Alcan. De Leonard Cohen à Oliver Jones, en passant par Tony Bennett et Oscar Peterson: on peut tous les voir!

09-place-des-festivals-8

Mais ce qui est moins connu, c’est qu’au deuxième étage de cet édifice se trouve une exposition permanente gratuite comprenant plein d’objets ayant appartenus à ces grands artistes: leurs trophées, leurs instruments de musique, leurs vêtements de scène, etc. L’entrée se trouve sur la rue Ste-Catherine, si ça t’intéresse…

Traverse la rue Jeanne-Mance et poursuis ta marche vers l’est sur Ste-Catherine.

10) Le Coeur du Quartier des Spectacles

Sur le toît du Musée d’Art Contemporain (MAC) trône la Voie Lactée, une oeuvre de Geneviève Cadieux… Tu sais, les fameuses lèvres rouges? Si tu aimes ce genre d’oeuvres, tu en verras une centaine d’autres en te promenant dans les huit salles du MAC…

oeuvres de Nadia Myre / collection Loto-Québec

oeuvres de Nadia Myre / collection Loto-Québec

Et ce n’est qu’une fraction de leurs 7600 oeuvres! Des travaux d’agrandissement devraient avoir lieu prochainement pour permettre d’en exposer davantage…

10-quartier-des-specta

Parlant de travaux, l’Esplanade de la Place des Arts est justement en train d’être reconfigurée pour en niveler le plateau principal et implanter deux bassins d’eau. Le tout devrait être terminé en 2018. En attendant, on reconnaît quand même, au fond, l’immense Salle Wilfrid-Pelletier, où se produisent les Grands Ballets Canadiens et l’Opéra de Montréal. Il s’agit de la plus grande des six salles que compte la Place des Arts, le plus grand complexe canadien voué aux arts de la scène!

10-quartier-des-specta-2

C’est ici, sur l’esplanade et dans la rue, qu’a lieu en décembre le Grand Marché de Noël de Montréal, avec ses camions de bouffe de rue et ses artisans et producteurs québécois. L’ambiance y est vraiment féérique!

10-quartier-des-specta-3

Et en février et mars, les mêmes lieux servent plutôt aux activités de la Nuit Blanche, l’événement phare du Festival Montréal en Lumière qui a lieu chaque hiver. On dit que c’est l’événement qui attire le plus de gens de toute l’année à Montréal! La Nuit la plus folle en ville attire en effet 350 000 personnes qui profitent de plus de 200 activités gratuites, dont le parcours d’Art Souterrain de 7 km de long qui distille une centaine de projets d’art contemporain dans les couloirs de la ville souterraine.

ambiance lors de la Nuit Blanche

ambiance lors de la Nuit Blanche

D’ailleurs, le Complexe Desjardins, dont tu peux voir l’entrée principale du côté sud de la rue Ste-Catherine, fait partie du parcours. Je t’invite à y faire un tour, tout particulièrement pendant le temps des fêtes, alors que la fontaine de son atrium central devient l’élément majeur d’un spectacle son et lumière gratuit…

10-quartier-des-specta-5

En attendant la prochaine édition de la Nuit Blanche qui aura lieu le 4 mars prochain, tu peux lire ce véritable manifeste du blogue C’est Toi ma Ville, qui t’explique en quoi cet événement transforme tout simplement notre rapport à la ville. Et pour te préparer à parcourir les sept kilomètres du parcours d’art éphémère, tu peux aussi lire mon itinéraire qui te présente le Montréal Souterrain!

Longe l’édifice qui abrite les Théâtres Jean-Duceppe et Maisonneuve et traverse la rue Saint-Urbain.

Si tu jettes un oeil vers l’est, tu remarqueras peut-être que le profil de la rue Ste-Catherine a beaucoup changé ces dernières années! Les façades des nouveaux immeubles se succèdent, comme celle du 2-22, que tu reconnais maintenant; ou celle de la Maison du Développement Durable. C’est justement là que je t’amène… suis-moi!

11-maison-dev-durable-1

Passe du côté sud de la rue Ste-Catherine, si ce n’était déjà fait.

11) La Place Hydro-Québec et la Maison du Développement Durable

Sur le coin de Ste-Catherine et St-Urbain se trouve le Théâtre du Nouveau Monde et son café.

11-cafe-du-nouveau-monde-3

Le Café du Nouveau Monde est l’endroit idéal pour marquer une pause pendant ta promenade, si la faim te prend. L’été, tu pourras découvrir leurs tartares de boeuf ou de saumon…

…tout en profitant de leur terrasse en plein coeur de l’action. La foule abonde pendant les festivals, lorsque la rue Ste-Catherine est piétonne. Alors impossible de s’ennuyer: il y a toujours de quoi à regarder!

11-cafe-du-nouveau-monde

Poursuis ta marche vers l’est.

Juste après le théâtre, tu découvres le Jardin Hydro-Québec. L’espace est parsemé de bancs publics étoilés et couvert d’une grille qui laisse passer l’eau de pluie. Un endroit tout indiqué pour te reposer un peu, en retrait de l’agitation de la rue Ste-Catherine.

11-maison-dev-durable-3

Jouxtant le Jardin, la Maison du Développement Durable est un exemple concret de bâtiment écologique.  Elle abrite notamment les huit organisations à but non lucratif qui l’ont fondée, dont Amnistie Internationale, le Conseil régional de l’environnement de Montréal, Équiterre et Option Consommateurs. Des visites guidées et autoguidées gratuites sont possibles la semaine afin de comprendre comment elle a été conçue en fonction des principes du développement durable. On t’expliquera, par exemple, comment l’air est géré et la géothermie utilisée, tout en te présentant les matériaux -essentiellement locaux- utilisés pour sa construction (notamment un béton fait de poussière de verre). Tu découvriras aussi l’atrium, où un mur végétal de 5 étages de haut vole la vedette!

le mur végétal de la Maison du Développement durable

le mur végétal de la Maison du Développement durable

Tourne à gauche sur la rue Clark et marche en direction nord.

12) Un Parterre dans la brume

Le terrain que tu longes est vacant depuis longtemps. On a bien hâte qu’il soit enfin aménagé! En 2018 et 2019, des travaux auront lieu pour y construire une place publique, une patinoire réfrigérée et un pavillon commercial.

photo: courtoisie Ville de Montréal

photo: courtoisie Ville de Montréal

Mais en attendant, le Parterre qui se trouve derrière est très agréable. Il offre une vue sur la salle de l’Orchestre Symphonique de Montréal: la Maison Symphonique. On avait prévu, en 1985, la construire sur le site de l’actuelle Place Émilie-Gamelin, où tu as débuté ton circuit aujourd’hui. Mais c’est finalement ici qu’elle a vu le jour!

12-parterre-des-spectacles-3

Du côté nord, le Parterre débouche sur l’église anglicane Saint John The Evangelist, dont le toît rouge détonne sur fond jaune, en raison de la façade du pavillon des sciences biologiques de l’UQAM, qui se trouve derrière.

12-parterre-des-spectacles-4

L’été, des brumisateurs le long du sentier principal projette un mur de brume que l’on prend plaisir à suivre.

12-parterre-des-spectacles-5

En août prochain, trois sculptures permanentes s’ajouteront, avec leurs figures dansantes perchées dans les airs. L’oeuvre de Gilles Mihalcean, intitulée « Paquets de lumière », fera partie d’un parcours d’une vingtaine d’oeuvres disposées un peu partout au centre-ville. Plusieurs ne seront que temporaires, alors tu ne pourras les voir que du 31 août au 15 octobre, dans le cadre de l’événement KM3 Par contre, on prévoit déjà que KM3 reviendra tous les deux ans! 🙂

Traverse le Parterre en t’orientant vers l’église. Rendu au coin nord-ouest de l’espace vert, traverse le boulevard de Maisonneuve pour atteindre le terre-plein au milieu de la rue.

13) Les balançoires musicales

Une découverte n’attend pas l’autre! Te voilà maintenant sur la Promenade des Artistes… Il s’agit d’une allée piétonne pavée qui prend place entre le boulevard de Maisonneuve et l’avenue du Président-Kennedy, créant un pont symbolique entre les arts (Place des Arts) et les sciences (Complexe des Sciences de l’UQAM). Elle permet de relier le Parterre à la Place des Festivals que tu as visitée tantôt.

Du côté nord, les panneaux de verre de différentes teintes de jaune resplendissent au soleil au-dessus de l’église plus que centenaire.

13-uqam-1

La promenade entre les pavillons universitaires est d’ailleurs assez intéressante, révélant des cours intérieures et des points de vue inusités propices à faire de la photo.

13-uqam-2

À gauche de l’église, la façade courbée du pavillon Président-Kennedy, en forme de bateau, sert de mur de projection le soir, pour des séquences animées qui changent au fil des ans et des événements.

13-uqam-3

Mais la plus populaire des attractions de la Promenade des Artistes est sans contredit les balançoires musicales qui reviennent chaque année!

13-balancoires-musicales-1

En effet, les structures blanches qui se transforment en kiosques lors de certains événements servent aussi à suspendre des balançoires très populaires… Il s’agit en fait d’une véritable oeuvre d’art interactive intitulée « 21 Balançoires ».

13-balancoires-musicales-3

Les passants prennent plaisir à s’y détendre, et on se prend vite au jeu lorsqu’on réalise que nos mouvements créent des notes musicales. Les notes que chacun produit en se balançant se mêlent et finissent par créer une musique différente selon les participants. L’attraction plaît donc à tout coup, aux petits comme aux grands, et on voit régulièrement des touristes se faire photographier pendant leurs envolées… Si tu ne les as jamais vues ou essayées, Oprah Winfrey te les présente dans ce court vidéo de 2 minutes:

Marche jusqu’au bout de la Promenade des Artistes, coin Jeanne-Mance, puis tourne à gauche et traverse le boulevard de Maisonneuve. L’entrée de la station de métro Place des Arts se trouve devant toi!

**********

Voilà! C’est ainsi que se termine ta balade urbaine d’aujourd’hui… Réalises-tu combien ces quartiers se sont transformés ces dernières années? C’est fou…

Je t’invite maintenant à aller suivre mes itinéraires dans les autres quartiers de la ville, et à t’abonner à mon blogue pour être averti lorsque de nouveaux itinéraires sortiront!

Je te souhaite beaucoup de plaisir en (re)découvrant Montréal! À bientôt… 🙂

La page Facebook de Mes Quartiers, tenue conjointement avec le blogue C'est toi ma Ville: deux façons de découvrir encore plus Montréal!

La page Facebook de Mes Quartiers, tenue conjointement avec le blogue C’est toi ma Ville: deux façons de découvrir encore plus Montréal!

Advertisements

Un avis sur « Quartiers Latin, Chinois et des Spectacles »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s